Contenu principal

À fond contre l’initiative sur l’élevage intensif

Point de vue du 19 août 2022

« L’initiative est vouée à l’échec, alors à quoi bon se donner tant de mal ? », se demande un opposant ; une importante revue spécialisée n’hésite pas à souligner que l’initiative sur l’élevage intensif n’a aucune chance : en ce moment, de telles déclarations ne sont pas rares. Pourtant, selon le premier sondage du groupe Tamedia, l’initiative « Non à l’élevage intensif en Suisse » rassemble une petite majorité. Son titre, intelligemment choisi, n’y est pas pour rien. En effet, qui voudrait d’un élevage intensif ? Personne, ni même nous les paysans ! Ceux qui ne se penchent pas sur les revendications de l’initiative et leurs conséquences, et qui n’ont aucune idée de ce à quoi ressemble l’élevage en Suisse, auront donc tendance à voter oui. Les premiers résultats de tout sondage sont à interpréter avec prudence. Il n’en demeure pas moins étonnant que nous soyons au même taux d’acceptation que lors du premier sondage sur les initiatives « Pour une eau potable propre » et « Pour une Suisse libre de pesticides de synthèse » de l’année dernière. À l’époque, l’agriculture a tout donné : au terme d’un énorme engagement commun, les deux initiatives ont été rejetées par 60 % des votants. L’initiative sur l’élevage intensif semble à son tour séduire une petite majorité de la population. Le rejet n’est donc pas encore garanti.

Pour faire pencher la balance de notre côté, il nous faut réitérer l’engagement et la mobilisation dont nous avons fait preuve dans le cadre des initiatives phytos extrêmes. Nous ne voulons pas que le peuple dise non du bout des lèvres. Au contraire, notre objectif est plutôt d’obtenir un rejet sans équivoque, et donc un net soutien en faveur de l’élevage indigène et de l’agriculture dans son ensemble. À cet effet, nous avons besoin de solidarité. Si certaines exploitations sont moins concernées cette fois-ci, elles pourraient se retrouver mises à mal une prochaine fois. Elles seraient alors bien contentes que les autres exploitations les défendent. Luttons donc ensemble pour obtenir le meilleur résultat possible, aujourd’hui comme demain.

Montrons à la population que nous assurons son alimentation quotidienne de manière responsable et respectueuse des animaux. Montrons-lui qu’elle peut faire confiance aux exploitations agricoles de Suisse. Le positionnement non seulement des exploitations détenant des animaux, mais aussi de celles qui n’en ont pas est particulièrement efficace dans cette optique. L’année dernière, les grandes cultures, la culture maraîchère, l’arboriculture, la culture des petits fruits et la vitiviniculture ont d’ailleurs bénéficié d’une grande solidarité au sein du secteur agricole. Les exploitations d’élevage s’accordent à dire que l’engagement est une évidence. De fait, personne dans le secteur agricole et l’industrie alimentaire n’a intérêt à ce que notre élevage respectueux des animaux soit supplanté par de nouvelles importations. Par ailleurs, il est temps que les entreprises en amont et en aval prennent position. Le « non » devrait être affiché par chaque boucherie, chaque fromagerie et même par le commerce de gros et de détail. Après tout, il en va de leurs emplois.

J’espère donc de tout cœur assister à un nouvel élan ces prochains jours et retrouver les sujets de notre campagne non seulement dans les espaces payants des villes, mais aussi partout dans les zones rurales. Dans moins de deux semaines, les citoyens recevront le matériel de vote. Le titre séduisant les poussera à se prononcer. Mettons dons ensemble la main à la pâte ! Chères familles paysannes, n’attendez plus pour accrocher drapeaux, panneaux et bâches, apposer les autocollants sur vos véhicules, intervenir dans les discussions sur les réseaux sociaux, écrire des courriers des lecteurs, participer à des actions sur stand, informer et convaincre votre entourage. Il reste beaucoup à faire. Nous sommes reconnaissants de pouvoir compter sur vous.

Urs Schneider, directeur adjoint de l’USP et responsable de la campagne contre l’initiative sur l’élevage intensif 

Auteur

Sur le même sujet

Communiqués de presse
Le Conseil des Etats souhaite renforcer la promotion des vins suisses

12.03.24 | La chambre haute donne un signal fort en reconnaissant la nécessité d’augmenter les moyens destinés à la promotion des vins suisses à 9 millions par année. Une lutte à armes égales face à la concurrence européenne et leur dizaine de millions d'euros engagés sur le marché suisse est essentielle. Autre avancée positive pour la branche, l’introduction d’une réserve climatique pour les vins suisses est saluée.

Lire la suite
Communiqués de presse
Des attentes claires pour la politique agricole 2030

08.03.24 | En novembre 2023, l’Union suisse des paysans a mené une enquête auprès des exploitations. L’objectif était de recueillir leurs projets d’avenir et leurs attentes concrètes concernant la prochaine politique agricole. L’évaluation montre que les cheffes et chefs d’exploitation voient quatre grands champs d’action : il faut reprioriser la production alimentaire, renforcer sa valeur ajoutée, réduire les charges administratives et stabiliser le cadre légal.

Lire la suite
Communiqués de presse
Nos besoins en tant que jeunes agricultrices et jeunes agriculteurs

05.03.24 | La prochaine politique agricole entrera en vigueur en 2030. À ce moment-là, 40 % des cheffes et chefs d’exploitation actuels seront partis à la retraite. Ce seront donc les jeunes agricultrices et agriculteurs qui mettront en œuvre les décisions prises aujourd’hui.

Lire la suite
Communiqués de presse
Pas de dépenses au détriment de l’agriculture !

03.03.24 | Le peuple suisse a approuvé la 13e rente AVS pour toutes et tous. Il accepte ainsi des dépenses annuelles supplémentaires pour le premier pilier de l’ordre de 4 à 5 milliards de francs, dont le financement reste totalement ouvert.

Lire la suite
Communiqués de presse
Un premier pas tardif pour améliorer la situation

01.03.24 | Aujourd’hui, l’Interprofession du lait a décidé d’augmenter le prix indicatif du lait de trois centimes, mais seulement à partir du troisième trimestre. L’Union suisse des paysans (USP) reconnaît qu’il s’agit là d’un premier pas. Les transformateurs et les distributeurs ont compris la gravité de la situation, dans la mesure où aucune amélioration n’était susceptible d’attiser la frustration de la base paysanne.

Lire la suite
Prises de position Angleichung der EO-Leistungen

27.02.24 | Stellungnahme des Schweizer Bauernverbands zur Angleichung der EO-Leistungen.

Lire la suite
Prises de position Finanzierung von Gebäudeschäden bei Erdbeben

27.02.24 | Stellungnahme des Schweizer Bauernverbands zur Finanzierung von Gebäudeschäden bei Erdbeben.

Lire la suite
Communiqués de presse
Pas question de réduire le budget agricole !

14.02.24 | Le Conseil fédéral doit rééquilibrer les finances de la Confédération. Mais au lieu d’économiser là où les dépenses augmentent, il veut faire passer entre autres l’agriculture à la caisse. À cet effet, il prévoit une réduction linéaire des dépenses faiblement liées dans le budget 2025. Pour l’Union suisse des paysans, il n’est pas question de réduire le budget agricole.

Lire la suite