Contenu principal

Numérisation de l’agriculture suisse, allons-nous rater ce train ?

Point de vue de l’Union suisse des paysans du 3 août 2018 

La numérisation de l’agriculture, ce ne sont pas seulement de nouveaux engins comme des drones, des robots de traite, d’alimentation et de nettoyage ou des tracteurs et des machines agricoles autonomes, guidés par GPS. C’est un changement systémique : ces nouvelles technologies seront connectées entre elles, mais aussi avec les instruments de gestion de l’exploitation comme le bilan de fumure, les plans d’affouragement et d’assolement et même avec la comptabilité. Ces connexions ne vont pas se limiter à l’exploitation, elles vont aussi être en lien avec les fournisseurs d’intrants et d’équipements et avec les acheteurs de la production agricole de l’exploitation. Même dans certains cas, par la mise en place de plateformes de commercialisation, ces connexions vont aller jusqu’au consommateur final. C’est un défi dont le potentiel d’amélioration, par exemple au niveau de la simplification administrative et du développement durable, est important. Cela présente toutefois aussi des risques, comme celui de laisser de nombreuses familles paysannes  sur le carreau et de restreindre l’indépendance entrepreneuriale des exploitations agricoles.

Il y des signaux qui laissent malheureusement présager que nous pourrions rater le train de la numérisation de l’agriculture suisse. Le 19 juin a eu lieu à Zollikofen, en présence du Conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann, la journée de la mise en réseau numérique : plus de 40 organisations sont venues signer la charte sur la numérisation de l’agriculture suisse. Pour l’instant, cette charte n’est qu’un bout de papier. Il est prévu de mettre en place une communauté de la charte pour la faire vivre. À la fin de cette journée, Bernard Lehmann, directeur de l’OFAG, a effectué une synthèse intelligente, digne d’un grand professeur. Cependant, nous aurions préféré entendre l’ordre de marche d’un capitaine qui fixe un calendrier, des objectifs à atteindre et surtout la mise à disposition de moyens pour atteindre ces objectifs.  Les bonnes intentions ne suffisent pas. Nous avons besoin d’un cadre qui offre toute la latitude nécessaire au développement numérique, tout en préservant les droits et les intérêts des acteurs (propriété des données, sécurité, protection, transparence quant à la création et à l’utilisation de données, etc.). Et il faut des moyens, notamment financiers. En comparaison, les gouvernements français et allemand investissent des sommes importantes pour la numérisation de leur agriculture.

Deux projets importants de gestion des données sont en cours d’élaboration en Suisse. Le projet ADA soutenu notamment par IP-Suisse, TSM  et Agrosolution. Le projet Barto soutenu par Identitas, Agridea, fenaco et des organisations actives dans l’élevage et la production animale. Il ne faut plus perdre du temps pour se prononcer pour ou contre ces deux projets. C’est un fait, ils existent, et il faut investir pour en faire des projets complémentaires. Or, ces projets prennent du retard notamment en fonction de problématiques juridiques. Là-aussi, la Confédération doit jouer un rôle de facilitateur et de soutien.

Au niveau des cantons suisses, nous avons cinq systèmes différents d’attribution des paiements directs, cinq systèmes qui assurent les mêmes prestations. Il serait temps d’avoir le courage de réfléchir à unifier ces systèmes. La future PA prévue pour 2022 va venir avec son lot de changements et pour les cinq systèmes, les cantons devront procéder à des adaptations informatiques qui vont coûter des millions de francs. Il y a urgence. Ces changements provoqués par la numérisation doivent être stimulés et accompagnés. La Confédération a un rôle central à jouer, mais qui va au-delà des bonnes intentions. Une task force privée publique doit être mise en place rapidement !

Auteur

Francis Egger

Francis Egger

Vice-directeur
Responsable du Département Economie, formation et relations internationales

Belpstrasse 26, 3007 Bern
francis.egger@sbv-usp.ch
Département Economie, formation et relations internationales
Division Economie agraire

Sur le même sujet

Communiqués de presse
Train d’ordonnances agricoles 2022 : quelques bons éléments

26.04.22 | Aujourd’hui, les membres de la Chambre suisse d’agriculture ont adopté la prise de position de l’Union suisse des paysans sur le train d’ordonnances agricoles 2022. Ils demandent que les modifications prévues n’affaiblissent pas la production davantage. Par ailleurs, ils ont adopté un document de synthèse sur les nouvelles techniques de sélection.

Lire la suite
Communiqués de presse
Décisions incompréhensibles du Conseil fédéral

13.04.22 | En total décalage avec son temps, le Conseil fédéral a adopté aujourd’hui des ordonnances qui ne permettent en rien de mettre en œuvre l’Iv. pa. 19.475. Au lieu de remplir sa mission première qui est de réduire les risques liés à la protection des végétaux, le gouvernement impose des mesures disproportionnées qui viennent affaiblir la production alimentaire indigène et donc l'approvisionnement de la population. L’Union suisse des paysans ne parvient pas à comprendre ces décisions.

Lire la suite
Communiqués de presse
La campagne contre l’initiative sur l’élevage intensif prête au départ

18.03.22 | Les drapeaux de la campagne contre l’initiative inutile sur l’élevage intensif sont dès à présent disponibles. Les personnes intéressées peuvent s’adresser à la chambre d’agriculture de leur canton pour s’en procurer.

Lire la suite
Communiqués de presse
Dons de l’USP et des familles paysannes en faveur de la population ukrainienne

09.03.22 | Le monde est en état de choc depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie il y a de cela deux semaines. En plus d’être un État indépendant et démocratique, l’Ukraine est le grenier de l’Europe. Les terres fertiles du pays produisent beaucoup de nourriture destinée non seulement à la population indigène, mais aussi à l’exportation.

Lire la suite
Communiqués de presse
L’agriculture suisse restera exempte d’OGM

08.03.22 | Le Conseil des États a cédé lors de l’élimination des divergences concernant la loi sur le génie génétique et s’est aligné sur la décision du Conseil national : la Chambre haute s’est elle aussi prononcée en faveur d’une agriculture exempte d’OGM sans exception pour les quatre prochaines années. Elle soutient également le mandat visant à élaborer une réglementation future des nouvelles techniques de sélection. L’Union suisse des paysans salue cette décision.

Lire la suite
Communiqués de presse
Décision avisée sur le génie génétique en Suisse

02.03.22 | Le Conseil national rejette l’exception au moratoire sur le génie génétique prévue par le Conseil des États pour les nouvelles techniques de sélection. Il préfère miser à juste titre sur une agriculture suisse exempte d’OGM. Parallèlement, le Conseil national charge le Conseil fédéral de présenter d’ici à 2024 des propositions pour réglementer ces techniques. L’Union suisse des paysans salue cette décision.

Lire la suite
Communiqués de presse
Seule l’initiative sur l’élevage intensif sera soumise au peuple

02.03.22 | Avec la décision qu’a prise aujourd’hui le Conseil des États, le contre-projet qu’opposait le Conseil fédéral à l’initiative sur l’élevage intensif n’est plus d’actualité. Seule l’initiative sera soumise au peuple cette année encore. Le Conseil fédéral et le Parlement la rejettent. L’agriculture elle-même la considère comme inutile, car le niveau de bien-être animal en Suisse est déjà très élevé et que l’offre exigée par l’initiative est déjà plus que suffisante.

Lire la suite
Communiqués de presse
L’USP exige une hausse des prix à la production

23.02.22 | À l’instar de tous les secteurs de l’économie, les familles paysannes connaissent un renchérissement des agents de production. Aussi la Chambre suisse d’agriculture exige-t-elle sans plus attendre une augmentation des prix à la production d’au moins 5 %. À partir de 2023, la production animale et la production végétale devront toucher un revenu supplémentaire de respectivement 5 % et 10 % au minimum, de sorte à amortir la hausse des coûts et les risques liés à la mise en œuvre de nouvelles exigences environnementales.

Lire la suite