Contenu principal

Améliorer l’approvisionnement en fourrages suisses

Communiqué de presse de l'Union suisse des paysans du 4 juillet 2018

Depuis l’automne 2017, un groupe de travail institué par l’Union suisse des paysans cherche des leviers pour accroître l’approvisionnement en fourrages suisses. Ses membres ont élaboré une stratégie dans ce but. Ils ont présenté les résultats intermédiaires à un plus large éventail de représentants de la branche. Malgré les réserves concernant le financement, le soutien est acquis aux idées du groupe de travail. La prochaine étape est une consultation.

L’alimentation des animaux de rente constitue un sujet important. En Suisse, 86 % du fourrage consommé par les animaux de rente est d’origine indigène. Les 14 % restants proviennent de l’étranger, mais ils sont aussi garantis 100 % sans OGM. Quant au soja fourrager utilisé, il est issu presque sans exception d’une production responsable. Toutefois, malgré ces évolutions positives, la branche veut accroître l’auto-approvisionnement et ainsi répondre aux nouvelles attentes des consommateurs et de la société. C’est pourquoi l’Union suisse des paysans a donné le coup d’envoi, l’année dernière, à l’élaboration d’une stratégie pour un approvisionnement durable en fourrages d’origine suisse. Les premiers résultats intermédiaires du groupe de travail sont à présent disponibles. Sa stratégie repose sur trois axes d’action :
 

  • Renforcer la production indigène : le groupe de travail souhaite accroître la part des fourrages suisses. Pour ce faire, il veut doubler la production de blé fourrager. Il faudrait que le plus grand nombre possible de programmes et de labels exigent une part minimale de fourrages suisses pour y parvenir. Une réelle expansion de la culture de blé fourrager doit passer par une augmentation de prix, cofinancée par toute la chaîne de création de valeur. En effet, un plus grand attrait économique de cette culture se révèle indispensable dans ce contexte.
  • Surveiller les importations : en outre, il faudra s’assurer que les composantes fourragères importées sont issues d’une production responsable sur les plans écologique et social. Certaines composantes fourragères importantes, comme les brisures de riz et le gluten de maïs, seront analysées de plus près dans cette optique.
  • Préserver et encourager les autres solutions : il faut préserver et si possible développer les autres manières existantes de nourrir les animaux de rente. Il est nécessaire de maximiser la valorisation des sous-produits de l’industrie alimentaire (pulpes de betteraves, sous-produits des minoteries). Afin d’améliorer l’utilisation des ressources, il conviendrait aussi de réexaminer le recours aux protéines animales.  


C’est sous forme de résultats intermédiaires que le groupe de travail a présenté ces trois axes d’action aux représentants de la chaîne de chaîne de création de valeur concernée. Ces derniers s’entendent pour dire que l’élaboration d’une stratégie soutenue par l’ensemble de la branche et nécessaire, et ils ont apporté leur soutien de principe aux orientations définies. Des réserves plus importantes subsistent toutefois concernant le cofinancement des coûts. Les travaux se poursuivront malgré tout. Dans une prochaine étape, les acteurs des branches concernées pourront s’exprimer plus en détail dans le cadre d’une consultation.

Renseignements

Martin Rufer

Martin Rufer

Directeur de l'Union Suisse des Paysans

Téléphone 078 803 45 54
E-Mail martin.rufer@sbv-usp.ch

Sur le même sujet

AGRISTAT Actuel
AGRISTAT « Actuel » 11-17 : Evolution de la production porcine

11.12.17 | Les producteurs porcins de Suisse ne profitent guère des gains de productivité de ces dernières années. Moins consommée que par le passé en Suisse, la viande de porc perd des parts de marché au profit de la viande de volaille. Comme la part de la production suisse de viande de porc se révèle élevée à l’heure actuelle, cela se traduit par des conditions difficiles sur le marché et un affaiblissement du cycle du porc. Le renforcement de l’euro et la suppression de places d’engraissement dans un avenir proche avec des normes plus sévères pour les porcheries pourraient contribuer à détendre un peu la situation.

Lire la suite
AGRISTAT Actuel
AGRISTAT « Actuel » 10-17 : Bilan alimentaire (BA) 2016

10.11.17 | Les récoltes catastrophiques que l’année 2016 a apportées pour divers produits agricoles ont, de manière étonnante, eu un impact faible sur la consommation alimentaire totale en Suisse. Toutefois, la mauvaise année de production a pesé sur la part de la production indigène dans la consommation, qui a atteint son niveau le plus bas depuis le début de la période des calculs en 2007. La méthode actuelle pour calculer le BA est déjà appliquée depuis dix ans. Des évaluations complémentaires permettent de tirer des conclusions sur l’évolution des habitudes alimentaires suisses.

Lire la suite
AGRISTAT Actuel
AGRISTAT « Actuel » 09-17 : L’effectif du bétail de rente en Suisse

10.10.17 | L’effectif du bétail de rente est resté pour ainsi dire stable en 2017 (-0,1 %). Le recul des vaches laitières (-0,5 %) est compensé en grande partie par l’augmentation des autres vaches (+2,3 %). L’effectif des moutons est resté stable dans l’ensemble, pour la première fois après plusieurs années de diminution. Les chèvres et les brebis laitières augmentent (+5 %) sous l’effet de la popularité croissante des produits à base de lait de chèvre et de brebis. Le léger recul de l’effectif porcin se poursuit (-1,7 %). L’effectif des poulets de chair a continué d’augmenter (+5 %).

Lire la suite
Prises de position Heilmittelverordnungspaket IV (HMV IV)

04.10.17 | Das Verordnungsrecht zum Heilmittelgesetz ist äusserst umfangreich und sehr komplex. Der Umstand, dass die Erlasse sowohl für die Humanmedizin als auch die Veterinärmedizin gelten, trägt auch nicht zur Verständlichkeit und Vereinfachung bei. Daher ist aus Sicht des SBV die Trennung der Bestimmungen für die beiden Bereiche auf Stufe Verordnung zu prüfen. Die Zusammenfassung der Vorgaben für die Arzneimittelinformation für Tierarzneimittel (TAM) in Anhang 6 der AZV wird daher ausdrücklich begrüsst. Für die Humanmedizin ist ein analoges Überwachungsinstrument des Antibiotikaverbrauches einzuführen. Die Veterinärmedizin kann die hausgemachten Probleme der Humanmedizin nicht lösen, da ist die Humanmedizin in der Pflicht. Besonders zu beachten ist die möglichst einfache Datenerfassung und Benutzerfreundlichkeit. Der Aufbau des Benchmarking-Systems zur Information und Sanktionierung bei übermässigem Antibiotikaeinsatz von Tierärzten oder Tierhaltern und die Vorbereitung der Rechtsgrundlagen müssen unbedingt zusammen mit den Vertretern der betroffenen Kreise erfolgen.

Lire la suite
Prises de position Änderung von Verordnungen im Veterinärbereich

15.09.17 | SBV begrüsst die Anpassung der Verordnungen im Bereich Tiergesundheit an neuen Entwicklungen und zur Vorbereitung auf Seuchenausbrüche. Der Ausbau der Tierverkehrskontrolle bei Schafen und Ziegen ist nötig, um bestehende oder neue Tierseuchen besser vermeiden oder bekämpfen zu können. Es ist sicherzustellen, dass ein einfaches, getestetes und funktionierendes System eingeführt wird. Die Meldungen an die TVD von Schaf- und Ziegenhaltern sollen auch schriftlich (nicht nur elektronisch) erfolgen können. Allenfalls ist es sinnvoll, die TVD Schafe und Ziegen erst auf den 1. Januar 2020 einzuführen. Der SBV begrüsst ausdrücklich, dass für die TVD Schafe und Ziegen die gleichen Regeln wie bei Tieren der Rindergattung angewendet werden sollen. Insbesondere ist richtig, dass die Entsorgungsbeiträge künftig je zur Hälfte an den Geburts- und den Schlachtbetrieb ausgerichtet werden. Die optionale Einführung von elektronischen Ohrmarken wird begrüsst. Die Schaffung von Grundlagen für elektronische Begleitdokumente ist nötig. Der SBV unterstützt die Anpassung der Gültigkeit der Begleitdokumente bis zur Schlachtung, auch wenn vor Mitternacht verladen wird. Die Anpassung der Kompetenzen der Kantonstierärzte in Bezug auf die Organisation der Milchsammlung bei einem Ausbruch der Maul- und Klauenseuche ist in Zusammenarbeit mit der Branche ausgearbeitet worden und wird unterstützt. Die Anpassung der Regelungen für die Entsorgung von tierischen Nebenprodukten und die Verfütterung von Proteinen tierischer Herkunft an die neuen Entwicklungen bezüglich BSE-Status der Schweiz und der Nutzung von Insektenproteinen werden begrüsst.

Lire la suite
AGRISTAT Actuel
AGRISTAT « Actuel » 08-17 : Estimation des terres assolées en Suisse pour 2017

11.09.17 | Grâce à l’augmentation des surfaces de maïs d’ensilage, de légumes de plein champ et de prairies artificielles, les terres assolées progressent en 2017 de près de 3000 hectares par rapport à 2016 et dépassent clairement le seuil de 400 000 hectares. Les cinq cultures principales – blé, maïs, orge, colza et betteraves sucrières – couvrent 78 % des terres ouvertes.

Lire la suite
Prises de position Revision der Anleitung zur Schätzung des landwirtschaftlichen Ertragswertes und den damit verbundenen Änderungen der dazugehörenden Verordnungen

25.08.17 | Der landwirtschaftliche Ertragswert ist ein zentrales Element bei Betriebsübergaben innerhalb der Familie. Es handelt sich dabei nicht um ein Privileg des Betriebsnachfolgers / der Betriebsnachfolgerin. Der Ertragswert ist jene ausschlaggebende Bedingung, welche den Fortbestand des landwirtschaftlichen Gewerbes innerhalb der Familie sicherstellt. Damit wird auch das Kulturland nachhaltig erhalten und geschützt. Müssten die Betriebe durch die nachfolgende Generation zum Verkehrswert gekauft werden, so wäre eine landwirtschaftliche Produktion nicht mehr wirtschaftlich. Die Produktionsgrundlage würde den selbstbewirtschaftenden Landwirten entzogen und könnte höchstens noch von Grossgrundbesitzern gepachtet werden. Der landwirtschaftliche Ertragswert verhindert im Zusammenspiel mit den anderen Bestimmungen des BGBB schädliche Spekulationen mit dem für uns so wertvollen Boden.

Lire la suite
AGRISTAT Actuel
AGRISTAT « Actuel » 07-17 : Production et consommation de denrées alimentaires en Suisse

10.08.17 | Les très mauvais rendements de la production végétale réduiront probablement le taux d’auto-approvisionnement alimentaire brut de l’année 2016 à la faible valeur de 55 %. Toutefois, cela devrait être un événement unique. À long terme, le bilan fourrager est plus préoccupant, vu l’augmentation constante des importations. En 2016, pour la première fois, le taux d’auto-approvisionnement net est nettement inférieur à 50 %.

Lire la suite