Contenu principal

Année de la santé des végétaux: parlons de la protection des plantes !

Communiqué de presse AgroCleanTech du 30 janvier 2020

L’ONU a proclamé 2020 Année internationale de la santé des végétaux.  Ce n’est pas un hasard : seules des plantes saines permettent de garantir l’alimentation des 7,6 milliards d’habitants de la planète.En même temps, des maladies des végétaux et des ravageurs entraînent d’importantes pertes de récoltes et de qualité dans le monde entier et en Suisse.  L’Union suisse des paysans veut empêcher l’introduction de nouvelles maladies et de nouveaux ravageurs, et s’engage pour que les plantes cultivées en Suisse restent aussi saines que possible.Si nécessaire, une protection efficace des plantes contre la détérioration doit toutefois demeurer possible pour continuer à approvisionner la population en aliments sains de proximité.

Aujourd’hui, les offices fédéraux de l’agriculture et de l’environnement, ForêtSuisse, JardinSuisse, la Fédération suisse des jardins familiaux et l’Union suisse des paysans (USP) lancent officiellement l’Année internationale de la santé des végétaux. Le principal objectif est de prévenir l’introduction de nouveaux ravageurs, maladies et adventices en Suisse. Ces organismes nuisibles causent de gros problèmes dans l’agriculture : en 2014, la drosophile du cerisier a exercé ses ravages et fait pourrir le raisin, les petits fruits et d’autres fruits. Depuis, il est nécessaire d’intensifier les traitements aux insecticides dans les cultures touchées ou d’installer des filets de protection au prix d’un important travail, afin de réduire l’infestation à un niveau tolérable La flavescence dorée entraîne la mort des vignes. Les services cantonaux ordonnent des traitements obligatoires aux insecticides pour empêcher la propagation de la maladie. En 2019, la punaise diabolique a provoqué des pertes chiffrées en millions de francs. Les poires, déformées par les piqûres de ce ravageur, sont devenues invendables, car leur aspect ne répondait plus aux exigences des acheteurs. La chrysomèle des racines du maïs a aussi atteint la Suisse, mais elle n’a pas (encore) réussi à s’installer grâce à l’assolement et à la rotation des cultures pratiqués depuis toujours dans le pays. D’autres nouveaux ravageurs sont déjà apparus dans les pays voisins : le scarabée japonais est associé à plus de 200 plantes hôtes potentielles, dont le maïs, la tomate, la cerise, la pomme et la vigne, mais aussi l’érable, le tilleul et les roses. La bactérie Xylella Fastidiosa peut infester plus de 300 plantes hôtes, dont la vigne et les fruits à noyau.

La santé des plantes aussi menacée par d’anciens fléaux

C’est pourquoi l’USP et ses partenaires lancent un appel à la population qui part en vacances : il ne faut pas ramener de plantes, de fruits, de légumes, de fleurs coupées ou de semences à la maison. En même temps, l’USP veut aussi utiliser l’Année internationale de la santé des végétaux pour donner des informations générales sur la protection et la santé des végétaux. Il s’agit de faire connaître les nombreuses mesures préventives que les familles paysannes prennent pour protéger leurs cultures des maladies et des ravageurs : labours adaptés, assolements diversifiés, semences saines et variétés si possible résistantes. Or, ces mesures ne suffisent pas toujours à satisfaire les exigences de qualité élevées des commerçants, des transformateurs et des consommateurs. Étant donné que les familles paysannes vivent de la vente de leurs produits et qu’il n’existe pas forcément plusieurs parades à certains dangers, elles n’ont pas d’autre choix que de traiter les cultures infestées avec des produits phytosanitaires. En Suisse, les utilisateurs doivent obéir à toute une série de lois et de prescriptions strictes, et chaque produit fait l’objet d’une procédure d’homologation par la Confédération. Un nombre croissant d'agriculteurs pratiquant l'agriculture conventionnelle utilisent aussi des substances biologiques. Sans produits phytosanitaires, la production indigène diminue en moyenne de 20 à 40 %. Dans des cultures spéciales comme la vigne, la production maraîchère, l’arboriculture, les pommes de terres, les betteraves sucrières ou le colza, les pertes pourraient se révéler encore beaucoup plus importantes lors d’années pluvieuses. Sans produits phytosanitaires, la durée de conservation des aliments diminue, et les pertes durant le stockage augmentent, ce qui conduit à davantage de gaspillage alimentaire. Chaque réduction des rendements et les autres pertes nécessitent davantage d’importations. Il est indispensable de disposer de produits phytosanitaires pour continuer à approvisionner la population en aliments sains et de proximité.

Renseignements

Martin Rufer

Martin Rufer

Directeur de l'Union Suisse des Paysans
Chef du groupe de travail ad hoc sur le coronavirus et responsable departement production, marché & écologie

Téléphone 078 803 45 54
EMail martin.rufer@sbv-usp.ch

Barbara Steiner

Union Suisse des Paysans
Division Production végétale 

Téléphone    076 533 59 90
E-Mail      barbara.steiner@sbv-usp.ch

Sur le même sujet

Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - avril 2020

11.05.20 | En raison de plusieurs zones de haute pression, le début du mois d’avril a affiché des températures de début d’été. Ce temps ensoleillé et sec a perduré dans la majeure partie de la Suisse. Les heures d’ensoleillement et les températures ont été d’autant plus importantes qu’elles ont rejoint leurs maxima. Durant la première décade d’avril, aucune station de mesure n’a enregistré de précipitation (tableau 1.1). À la mi-avril, l’ensoleillement a faibli quelque peu à cause d’un front froid en provenance du nord, mais la pluie n’est tombée que de manière éparse. À partir du 22 avril, le temps s’est alourdi. Les averses nocturnes ont fait baisser la limite des chutes de neige à quelque 1500 mètres. Le dicton « En avril, ne te découvre pas d’un fil » s’est donc avéré. Au 28 avril, la somme des précipitations s’est établie à 33 % de la norme 1981-2010 en moyenne nationale. Les dernières averses du mois ont permis de diminuer le déficit important en précipitations. En moyenne nationale, il s’agissait là du troisième mois d’avril le plus chaud depuis le début des mesures en 1864, le thermomètre affichant 7,7 degrés en moyenne. Ces températures élevées ont entre autres avancé la floraison des arbres fruitiers de 14 à 17 jours par rapport à la moyenne 1981-2010.

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - mars 2020

09.04.20 | Le mois de mars a commencé par un temps variable et des chutes de neige parfois jusqu’en plaine. Du 11 au 20 mars, des courants de secteur ouest à sud-ouest ont apporté des températures très douces. Sous l’effet de la bise, un temps froid persistant, avec des températures très basses pour la saison, s’est installé à partir du 21 mars. À la fin du mois, plusieurs nuits de gel ont peut-être causé des dommages dans les cultures précoces de fruits à noyau (en particulier les abricots) et les cultures maraîchères. La bise persistante a compliqué la prise de mesures contre le gel. La menace du gel devrait subsister au début du mois d’avril. Malgré le froid à la fin du mois, la température moyenne en mars a dépassé de 0,8 degré la norme 1981-2010. Sur le plan phénologique, la végétation présentait jusqu’à un mois d’avance en mars, ce qui la rendait encore plus vulnérable au gel. Le semestre hivernal 2019/2020 beaucoup trop chaud s’est achevé en mars. Seul le semestre hivernal 2006/2007 s’était révélé encore plus chaud en moyenne nationale depuis le début des mesures en 1864.

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - février 2020

10.03.20 | Février 2020 a été le deuxième mois de février le plus chaud depuis le début des mesures en 1864, sur le versant sud des Alpes même le plus chaud jamais enregistré. À fin février, l'hiver est aussi entré dans les annales comme le plus chaud depuis le début des mesures. Certaines régions du pays ont aussi connu le mois de février le plus tempétueux depuis le début des mesures automatiques en 1940. Les principales tempêtes ont été Hervé (4 février), Ciara (10 février) et Tomris Inès (du 13 au 14 février). Ciara a été la plus violente des trois, mais elle n’a pas atteint la puissance de Lothar (26 décembre 1999) ou d’Eleanor (3 janvier 2018). Les précipitations sont restées en partie inférieures de 10 % à la normale 1981-2000 dans le sud de la Suisse, tandis qu’elles ont souvent dépassé la normale de 120 % à 160 % dans le nord du pays. Selon les observations phénologiques du noisetier, du pas d’âne, de l’anémone des bois et de l’ail des ours, la végétation présentait environ un mois d’avance sur la normale en février.

Lire la suite
Communiqués de presse Année de la santé des végétaux : parlons de la protection des plantes !

30.01.20 | L’ONU a proclamé 2020 Année internationale de la santé des végétaux.Ce n’est pas un hasard : seules des plantes saines permettent de garantir l’alimentation des 7,6 milliards d’habitants de la planète.En même temps, des maladies des végétaux et des ravageurs entraînent d’importantes pertes de récoltes et de qualité dans le monde entier et en Suisse.L’Union suisse des paysans veut empêcher l’introduction de nouvelles maladies et de nouveaux ravageurs, et s’engage pour que les plantes cultivées en Suisse restent aussi saines que possible.Si nécessaire, une protection efficace des plantes contre la détérioration doit toutefois demeurer possible pour continuer à approvisionner la population en aliments sains de proximité.

Lire la suite
Communiqués de presse
Le Parlement investit dans la recherche et la sélection végétale

10.12.19 | Le Conseil des États veut lui aussi débloquer six millions de francs supplémentaires en faveur du Centre de compétences sur les sols, ainsi que de la recherche en production végétale et en agriculture biologique. L’Union suisse des paysans soutient cette décision.

Lire la suite
Communiqués de presse
Décision de la CER saluée

08.10.19 | Les membres de la Commission de l’économie et des redevances du Conseil national (CER-CN) soutiennent une initiative parlementaire de la commission homologue du Conseil des États (CER-CE) en rapport avec les deux initiatives « pour une eau potable propre » et « pour une Suisse libre de pesticides de synthèse » : la CER-CE propose d’inscrire dans la loi une trajectoire de réduction assortie de valeurs cibles pour les risques liés à l’usage des pesticides. L’Union suisse des paysans (USP) préconise elle aussi cette voie. L’initiative parlementaire renforce ainsi le Plan d’action national Produits phytosanitaires. L’USP estime que, de ce fait, toutes les conditions sont posées pour que le Conseil des États poursuive rapidement et sans retard l’examen des initiatives pour une eau potable propre et pour l’interdiction des pesticides.

Lire la suite
Communiqués de presse
Le Conseil national prend les bonnes décisions

20.06.19 | Le Conseil national rejette l’initiative pour une eau potable propre et l’initiative pour une Suisse libre de pesticides de synthèse. Aucun contre-projet ni un renvoi à la commission chargée du premier examen n’ont rencontré de majorité. La Chambre basse confirme ainsi l’évaluation de ladite commission et du Conseil fédéral. Pour l’Union suisse des paysans, les décisions qu’a prises la Chambre du peuple sont les bonnes, car elles viennent renforcer les nombreuses mesures déjà mises en route en faveur d’une agriculture encore plus respectueuse de l’environnement.

Lire la suite
Communiqués de presse
Une étude fédérale le confirme : l’initiative pour une eau potable est contre-productive

13.06.19 | L’Union suisse des paysans n’est pas surprise par les résultats de l’étude sur les répercussions de l’initiative pour une eau potable, publiée aujourd’hui par Agroscope. Les scénarios calculés confirment que l’effet souhaité ne serait pas atteint, bien au contraire.

Lire la suite