Contenu principal

Avec le climat, pour le meilleur comme pour le pire

Communiqué de presse de l’Union suisse des paysans du 11 juillet 2019

Le secteur agricole travaille dans et avec la nature. C’est ce qui le rend dépendant du climat, et c’est pour cela que les soubresauts de celui-ci l’affectent particulièrement. Le secteur agricole est victime et en partie aussi à l’origine des gaz nuisibles pour le climat. Les paysans passent à l’action : ils s’adaptent au changement et réduisent leurs émissions. 

Les familles paysannes ne sont pas prêtes d’oublier la longue période de sécheresse qu’a connue la Suisse l’été dernier : les fourrages se sont faits beaucoup trop rares à de nombreux endroits ; l’irrigation des cultures sensibles a tourné à plein régime ; il a fallu ravitailler en eau bon nombre d’exploitations d’alpage . Comme de nombreux petits et moyens cours d’eau s’étaient asséchés, certaines régions ont aussi enregistré des pénuries. Cette année, la météo n’en fait encore qu’à sa tête : le pays a déjà connu des chaleurs extrêmes, des averses de grêle violentes, des tempêtes et des inondations dévastatrices. Les experts annoncent que le changement climatique entraînera une hausse des températures moyennes et une recrudescence d’événements météorologiques extrêmes. Par ailleurs, la Suisse devrait connaître une canicule estivale encore plus marquée qu’aujourd’hui. La hausse des températures accroîtra la pression des ravageurs, les rendements des cultures sensibles à la chaleur s’amenuiseront, et le travail et les charges qu’exigent les plantes irriguées grandiront. Pour couronner le tout, la grêle et le gel endommageront les cultures.

Le changement est de rigueur

Les agriculteurs se préparent à ces divers nouveaux défis : ils exploitent les possibilités d’irrigation, ils adoptent des systèmes économiques en eau et utilisent des capteurs permettant une irrigation conforme aux besoins des cultures, ils misent sur des variétés plus robustes et supportant mieux la chaleur, ou ils passent à de nouvelles cultures plus résistantes à la sécheresse et à la canicule. Ces dernières comprennent entre autres le sorgho et la luzerne, deux plantes fourragères nécessitant peu d’eau ou puisant profondément dans le sol ce dont elles ont besoin. À cet égard, la protection des sols et contre l’érosion revêt une importance toute particulière. Plus un sol est sain et riche en humus, plus sa capacité de rétention d’eau est importante. Les systèmes agroforestiers présentent aussi des avantages, mais leur exploitation à large échelle en Suisse reste peu rentable à l’heure actuelle. Enfin, il subsiste encore la question des solutions d’assurance. Il en existe certaines, mais elles se révèlent trop chères pour de nombreuses cultures. C’est pourquoi il serait de bon ton que les réductions de primes, à l’instar de ce qui se fait à l’étranger, constituent aussi un élément de la prochaine réforme agricole suisse.

Réduire les émissions

L’agriculture suisse participe à 13 % aux émissions des gaz à effet de serre du pays. Ce taux se compose à 45 % du méthane issu de la garde d’animaux de rente, et à un tiers du protoxyde d’azote émanant des terres agricoles et du stockage de l’engrais de ferme. Le reste provient du dioxyde de carbone qu’engendre en grande partie la combustion de carburant. Depuis 1990, l’agriculture a réduit ses émissions totales de 11,4 %. Les installations de biogaz permettent non seulement de produire du courant vert, mais aussi de diminuer les émissions de méthane dues à l’engrais de ferme grâce à un processus de fermentation. Une prolongation de la durée de vie des vaches allaitantes et des vaches laitières réduit aussi les émissions de méthane, car le temps d’élevage est compensé par une performance de vie plus importante. De plus, l’ajout d’inhibiteurs de nitrification dans les fertilisants entraîne une réduction des émissions de protoxyde d’azote dans la culture des champs. L’effet de compléments alimentaires particuliers dans la nourriture des bovins est certes prouvé, mais il varie beaucoup d’une bête à l’autre. Les processus biologiques en œuvre dans le secteur agricole sont complexes et ne se soumettent pas au bon vouloir des agriculteurs.

Le changement climatique place donc les familles paysannes et l’Union suisse des paysans face à toute une série de nouveaux défis, qu’il convient de saisir à bras-le-corps. Le plus tôt sera le mieux.

Medienkonferenz "Mit dem Klima verbunden" / Conference de presse "Avec le climat, pour le meilleur comme pour le pire"

Renseignements

Markus Ritter

Markus Ritter

Président de l'Union Suisse des Paysans
Conseiller national

Téléphone 079 300 56 93
EMail markus.ritter@parl.ch

Martin Rufer

Martin Rufer

Directeur de l'Union Suisse des Paysans

Téléphone 078 803 45 54
E-Mail martin.rufer@sbv-usp.ch

Alicia Moulin

Responsable du projet
AgroCleanTech

Tél : 056 462 50 25
Email : alicia.moulin@agrocleantech.ch

Sur le même sujet

Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - février 2022

11.03.22 | Février 2022 a connu non seulement des températures douces et de longues périodes d’ensoleillement, mais aussi un temps très venteux au début et à la fin du mois. Alors que les précipitations étaient abondantes dans les Alpes centrales et orientales, le temps est resté sec dans l’ouest du Plateau, le nord-est de la Suisse et surtout le sud du pays. La floraison des noisetiers et du tussilage a eu lieu environ deux semaines plus tôt que la moyenne des années 1990 à 2020. L’hiver 2021/2022 a été doux, très ensoleillé par endroits et particulièrement sec dans le sud de la Suisse.

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - janvier 2022

10.02.22 | Le mois de janvier a connu des températures douces, surtout à son début, et un temps très ensoleillé, même à basse altitude dans le Nord de la Suisse. Sur une grande partie du territoire, les précipitations ont représenté moins de 50 % de la norme 1991-2020, et même moins de 20 % dans une grande partie du Sud du pays.

Lire la suite
Communiqués de presse
Aucun besoin d’action politique dans la garde d’animaux de rente

14.01.22 | Suite aux décisions du Conseil national, la commission du Conseil des États chargée de l’examen préalable propose à la Chambre haute de rejeter tant l’initiative sur l’élevage intensif que le contre-projet. L’Union suisse des paysans salue ces décisions. Sur le plan politique, le besoin d’intervenir dans l’élevage en Suisse n’est pas à l’ordre du jour.

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - décembre 2021

11.01.22 | Le premier tiers de décembre a débuté avec beaucoup de neige, parfois jusqu’en plaine. Le deuxième tiers a surtout connu de grandes étendues de brouillard élevé, le soleil brillant en premier lieu au-dessus des sommets. Le troisième tiers s’est terminé avec des températures douces et les nombreuses précipitations sont tombées avant tout sous forme de pluie. Sur une grande partie du territoire, la température moyenne de décembre a été supérieure de 1 degré à la norme 1981-2010. D’un point de vue météorologique, l’année 2021 restera dans les annales pour les précipitations extrêmes de l’été et les nombreux orages de grêle.

Lire la suite
Communiqués de presse
En Suisse, les animaux de rente sont mieux lotis que nulle part ailleurs

04.01.22 | L’élevage des animaux dans les exploitations agricoles donne actuellement matière à discuter. Aujourd’hui, l’Union suisse des paysans a fait le point dans l’exploitation porcine de Marianne et Franz Guillebeau à Lanzenhäusern, dans le canton de Berne. Bilan : l’élevage suisse est d’une qualité inégalée dans le monde grâce à des prescriptions légales complètes, à des effectifs maximaux clairement définis, à des programmes de santé ciblés et à des programmes de bien-être animal relevant de la politique agricole. Les produits labellisés garantissent que la clientèle particulièrement attentive au bien-être des animaux trouve une offre correspondante. Cette dernière est aujourd’hui plus importante que la demande. Pour ces raisons, des initiatives politiques telles que celle sur l’élevage intensif sont inutiles.

Lire la suite
Communiqués de presse
Le Conseil national reconnaît le niveau élevé du bien-être animal

15.12.21 | Le Conseil national rejette l’initiative sur l’élevage intensif, de même que le contre-projet du gouvernement et son renvoi en commission. L’Union suisse des paysans salue ces décisions. L’urgence n’est pas à l’ordre du jour : l’excellente qualité de l’élevage des animaux en Suisse est unique au monde et se voit sans cesse améliorée. De plus, l’offre en denrées alimentaires d’origine animale remplissant des exigences encore plus strictes est suffisante.

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - novembre 2021

10.12.21 | Les températures de novembre étaient de 0,5 degré inférieures à la norme 1981-2010 dans les régions de basse altitude du versant nord des Alpes, et à peine supérieures dans les régions de haute altitude. Au sud des Alpes, les températures ont dépassé la norme de 0,5 degré en moyenne. Les bancs de stratus persistants, qui ont donné lieu à un temps brumeux en plaine et plutôt ensoleillé en altitude, pourraient en être à l’origine. De fortes précipitations ont marqué le début du mois de novembre. Les Alpes orientales ont notamment connu d’importantes chutes de neige. À partir du 25 novembre, une zone de basse pression a amené la neige jusqu’en plaine. Il n’empêche que, dans l’ensemble, novembre n’a enregistré que peu de précipitations, celles-ci n’atteignant que 30 à 50 % de la norme par endroits. Aux Grisons et sur le versant sud des Alpes, les précipitations ont été plus importantes que d’habitude. Tout l’automne a lui aussi été très sec de manière générale. Dans le Nord de la Suisse, certaines régions n’ont connu que 30 à 40 % des précipitations habituelles. Seule l’Engadine a vu des précipitations supérieures à la moyenne en automne.

Lire la suite
Communiqués de presse
Deux initiatives rejetées, les prochaines en approche

18.11.21 | L’année prochaine, l’Union suisse des paysans aura fort à faire avec l’initiative sur l’élevage intensif, qu’elle estime inutile. À l’occasion de son Assemblée des délégués, elle a souhaité la bienvenue à Jeanette Zürcher-Egloff et à Damien Humbert-Droz au sein de son Comité.

Lire la suite