Contenu - Conjoncture

Marchés et Prix

Vente directe

Prix indicatifs :

Légumes

Fruits

Fait maison

Viande et poisson

Commentaire du marché

Hans Rüssli

Les vaches deviennent de plus en plus rares

Commentaire du marché du 17 mars 2017 dans le journal Agri

 

L’été prochain, le prix des vaches va à nouveau monter à 8,50 fr./kg de PM pour la qualité T3. C’est ce que prédit Hubert Jungo, gérant de la Coopérative fribourgeoise pour l’écoulement du bétail, si les conditions qui prévalent actuellement, en mars, se maintiennent. Cela implique que la consommation de viande bovine reste bonne et les importations modérées, que les producteurs de lait ne cessent pas massivement leurs activités malgré un prix du lait bas et que l’approvisionnement en fourrage reste suffisant.

Cette semaine, les prix des vaches augmentent de 10 centimes pour atteindre 8 francs pour les vaches T3. Sur les marchés publics et les marchés surveillés par Proviande, les prix pratiqués, notamment pour les vaches peu charnues et sans couverture de graisse, sont nettement supérieurs aux prix indicatifs. Proviande a requis l’importation de 1300 tonnes (t) de vaches en demi-carcasses pour la période comprise entre le 20 mars et Pâques. À cela viennent s’ajouter 550 t d’importations d’aloyaux de bœuf. Les bons prix des vaches soutiennent le marché du bétail d’étal, raison pour laquelle les prix pour les taureaux, les génisses et les bœufs T3 sont restés stables, à 9 francs. En raison des prix élevés pour les vaches, le bétail d’étal de qualité insuffisante est valorisé sous forme de viande de transformation, ce qui soutient le marché du bétail d’étal et maintient les prix à un niveau stable. Le nombre de vaches laitières diminuant sans cesse, il y a aussi toujours moins de veaux maigres sur le marché. Les prix des veaux AA augmentent de 50 centimes pour atteindre 9,50 francs pour les veaux mâles et 8,20 francs pour les femelles. Les prix des veaux A destinés à l’engraissement augmentent aussi de 50 centimes et s’élèvent à 4,30 francs au départ de l’exploitation de naissance.

Hans Rüssli, SBV