Contenu - Conjoncture

Marchés et Prix

Vente directe

Prix indicatifs :

Légumes

Fruits

Fait maison

Viande et poisson

Commentaire du marché

Jörg Oberle, président de la CI « Viande de veau »

Les vaches à deux fins

Commentaire du marché du 15 juin 2018 dans le journal Agri

 

En raison d’une offre réduite et d’une demande soutenue, les prix hebdomadaires des veaux d'étals livrés à l'abattoir sont montés à 14 fr. 20 le kg PM. Les engraisseurs de veaux considèrent ce prix comme étant conforme au marché pour les animaux de classe T3. Selon eux, tout irait pour le mieux si les veaux maigres n’étaient pas aussi chers. Le nombre de vêlages baisse d’année en année. Ainsi, 2017 a vu naître 15 600 de veaux en moins que 2016. Les engraisseurs de gros bétail doivent remplir leur étable. Actuellement, ils sont toujours prêts à payer davantage que les engraisseurs de veaux. Si les prix d’abattage du bétail d’étal devaient rester sous pression, la situation pourrait évoluer en faveur de l’engraissement des veaux.

En conséquence, les prix hebdomadaires départ ferme publiés par l’Union suisse des paysans sont dépassés de un à deux francs le kg PV. Ce sont les engraisseurs de gros bétail et des veaux qui font les frais de ces guerres des prix. Il ne peut être qu’espéré qu’ils pourront rentrer dans leurs comptes malgré des prix d'abattage élevés. Le manque de veaux d'engrais pourrait être comblé si tous les détenteurs de vaches passaient à l’élevage de races à deux fins. Dans le pays d'herbage qu'est la Suisse, la vache à deux fins est la panacée : elle donne naissance à des veaux mieux adaptés à l’engraissement et dont la viande est bien meilleure que celle des veaux de races laitières.

Jörg Oberle, président de la CI « Viande de veau »