Contenu - Commentaires du marché

Jörg Oberle

Des veaux Naturafarm jusqu’en 2020

Commentaire du marché du 15 février 2019 dans le journal Agri

À l’heure actuelle, tous les acquéreurs de veaux d’étal de classe T3 livrés à l’abattoir paient moins que le prix hebdomadaire de 13 fr. 80 le kg poids mort. Micarna ne dégage qu’en partie le marché des veaux IP-Suisse (prix de base : entre 13 fr. 50 et 13 fr. 70), lesquels partent sur le marché AQ. Les 13 fr. 80 correspondent à l’offre ac-tuelle et sont par conséquent trop élevés pour désengorger le marché. Comme les années précédentes, une me-sure de stockage ciblée devrait permettre de maintenir le prix à 13 fr. 30. En 2018, les veaux d’étal de classe T3 valaient 14 fr. 40 en moyenne, soit 5 centimes de plus qu’en 2017, en raison d’un recul de production de 0,4 %. Nous autres, engraisseurs, devons nous réjouir de ce prix de vente. L’an passé, le kilo de veau d’engrais était malheureusement un franc plus cher qu’en 2017, en grande partie à cause de l’accroissement constant de l’offre en animaux croisés de race bouchère. 

  
Cette année, je m’attends à ce que le prix des veaux d’engrais à la production rejoigne celui de 2017/2018. En raison du manque de fourrage dû à la sécheresse, les veaux d’engrais seront meilleur marché qu’en 2017, comme l’ont d’ailleurs confirmé au cours de ces derniers mois l’accroissement de l’offre et la baisse de 70 ct. du prix par kg en glissement annuel. La suppression de la prime SRPA d’IP-Suisse au 1er janvier a elle aussi réduit le prix des veaux d’engrais, car le rendement des veaux IP-Suisse baisse. Si Coop n’avait pas repoussé le terme du pro-gramme des veaux Naturafarm à fin 2020, le prix des veaux d’engrais se serait retrouvé à un niveau encore plus bas. Après que Coop a accédé quelque peu aux requêtes des engraisseurs, je contemple l’avenir avec sérénité, pour autant que la protection douanière qui grève la viande de bœuf et de veau reste telle quelle.

Jörg Oberle, propriétaire de Gefu Oberle AG