Contenu - 08.02.19 La sérénité règne chez les engraisseurs de volaille

Robert Raval

La sérénité règne chez les engraisseurs de volaille

Commentaire du marché du 08 février 2019 dans le journal Agri

Pour les producteurs suisses de volaille, 2018 a été une année faste. La plupart des exploitations ont tourné à plein régime. La santé des animaux et les rendements de production ont eux aussi été excellents. La longueur de l’été et la douceur de l’automne ont dynamisé les ventes de viande de volaille, en particulier indigène. La majorité des organisations de commercialisation ont annoncé une hausse des ventes de l’ordre de 4 à 10 % par rapport à 2017. Les autres ont signalé un niveau identique.

Conformément à la tendance saisonnière, la demande en viande de volaille suisse est un peu plus modeste en ce début d’année. En effet, la plupart des distributeurs produisent moins au premier trimestre. Il est avéré cependant que la production devrait rebondir au cours du deuxième trimestre en vue de la saison des grillades. 

Pour les mois de janvier à mars, les prévisions de mises à l’engrais des poussins se révèlent contradictoires : certaines organisations tablent sur la stabilité par rapport à 2018 ; d’autres prédisent des augmentations de 5 % au maximum ; d’autres encore parlent de réductions.

Les stocks de viande de volaille indigène dans les entrepôts frigorifiques constituent un indicateur supplémentaire pour prévoir le niveau de production. La majorité des distributeurs signalent des stocks bas à normaux. Pour d’autres, l’écoulement irrégulier des parties de volaille fait que certains stocks sont prêts pour la mise en vente au cours des semaines à venir.

Au vu de la propension des consommateurs à acheter et de la collaboration harmonieuse entre producteurs et entreprises de mise en vente, les engraisseurs de volaille peuvent aborder l’année avec sérénité. Dans le domaine des poulets bio, de nouveaux producteurs restent recherchés.

Robert Raval, Président de l’ASPV