Contenu principal

Détention d’animaux de rente exemplaire et bien contrôlée en Suisse

mmuniqué de presse de l’Union suisse des paysans du 14 septembre 2018

L’agriculture suisse est pionnière de la protection des animaux. Mais qu’en est-il aujourd’hui ? Notre position de leader au niveau international est-elle compromise ? L’Association Stratégie Qualité a présenté aujourd’hui une étude qu’elle avait commandée à Agridea. Principale conclusion : la production animale suisse demeure exemplaire. Cela vaut tant pour les conditions de détention que pour l’usage d’antibiotiques et, en particulier, pour les contrôles des prescriptions légales. Les pays voisins rattrapent leur retard.

L’Association Stratégie Qualité a présenté aujourd’hui l’étude comparative, qu’elle avait commandée à Agridea et qui vient de paraître, sur la protection des animaux et du bien-être animal dans la production de viande en Suisse et dans les pays d’importation. L’objectif était de dresser un bilan de la situation de l’agriculture suisse en matière de protection des animaux et de bien-être animal afin de s’atteler à d’autres optimisations ciblées. 

Dans le cas des prescriptions spécifiques aux animaux, la Suisse fait presque toujours mieux que les autres dans le domaine de la détention : moindres densités pour la volaille, interdiction du caillebotis intégral pour les bovins, aires de repos plus spacieuses pour les porcs et durées de transport plus courtes que dans les principaux pays d’importation de viande. Les stimulateurs de croissance antimicrobiens sont également interdits en Suisse, alors qu’ils sont monnaie courante un peu partout en Asie ou en Amérique du Nord et du Sud. 

La production suisse a aussi fait son devoir ou se trouve sur la bonne voie pour ce qui est de l'administration d'antibiotiques aux animaux malades : elle a réduit la consommation de ces produits de près de moitié au cours des dix dernières années. Les États-Unis, la Chine, le Brésil et l’Allemagne représentent les pays qui utilisent le plus d’antibiotiques. Fait particulièrement préoccupant : ces pays s’attendent à ce que leur consommation d’antibiotiques augmentent de près de 70 % jusqu’en 2030. 

Il faut sans cesse devenir meilleur pour rester bon. Cette devise est aussi celle de l’agriculture suisse. L’étude a également mis en évidence des améliorations possibles. La proportion de viande sous label, avec des exigences supplémentaires dans le domaine du bien-être animal, varie beaucoup d'une catégorie d'animal à une autre. Sur les étals de nos grands distributeurs, elle représente entre 65 et 85 % de la viande de veau, contre 2 à 13 % de la viande de volaille. Dans le cas des deux programmes étatiques d’encouragement SRPA (Sorties régulières en plein air) et SST (Systèmes de stabulation particulièrement respectueux des animaux), cette part oscille entre 91 % (vaches SRPA sans vaches laitières) et 7 % (poulets de chair SRPA). 

Depuis quelques années, l’Allemagne s’est lancée dans le développement de labels avec des cahiers des charges stricts pour la protection des animaux. Des travaux dans ce sens ont aussi débuté en Autriche. La Suisse garde encore une longueur d’avance à l’heure actuelle. Elle doit toutefois faire des efforts pour garder son avantage. Dans les discussions à venir, il s’agira de trouver un compromis entre rentabilité et prescriptions plus strictes au niveau des exigences de base. D'abord parce que les consommateurs ne sont pas tous prêts à payer des prix beaucoup plus élevés. Ensuite parce que les labels privés apportant des plus-values supplémentaires dans le domaine du bien-être animal ne se démarqueront pas assez sur le marché.

Renseignements

Martin Rufer

Martin Rufer

Directeur de l'Union Suisse des Paysans

Téléphone 078 803 45 54
E-Mail martin.rufer@sbv-usp.ch

Sur le même sujet

AGRISTAT Actuel
AGRISTAT « Actuel » 05-17 : Évolution de l’agriculture de 2007 à 2016

12.06.17 | Le recul du nombre d’exploitations agricoles (2016 : -1,8 %) sert souvent de paramètre majeur pour mesurer l’évolution structurelle. Dans nombre de domaines, que ce soit au niveau de l’élevage ou des surfaces cultivées, l’agriculture connaît cependant une évolution bien plus rapide. Les conséquences de ces changements se reflètent également dans les chiffres des comptes économiques de l’agriculture. En y regardant de plus près, l’évolution structurelle se fait dans son ensemble à un rythme nettement plus soutenu que ce que ne laisse supposer la diminution modérée du nombre des exploitations agricoles.

Lire la suite
Prises de position Lärmschutz-Verordnung (LSV)

29.05.17 | Certaines exploitations agricoles se trouvent le long d’axes routiers. Ces exploitations sont donc directement affectées par la pollution sonore liée au trafic. Celle-ci porte atteinte à la qualité de vie des habitants ainsi qu’au bien-être animal. C’est pourquoi nous sommes d’accord avec la proposition de la motion Lombardi 15.4092 « Routes. Mesures de protection contre le bruit à partir de 2018 », adoptée par le Conseil des États le 15 mars 2016 et par le Conseil national le 12 septembre 2016, qui vise à garantir que les projets de réduction du bruit émis par les routes qui font l’objet d’une convention-programme avec la Confédération d’ici au 31 mars 2018 bénéficient de subventions fédérales même s’ils ne sont réalisés qu’après 2018. Pour le secteur agricole, il est impératif que les travaux de réalisation de ces ouvrages soient réalisés dans les meilleures conditions : l’impact sur les sur-faces agricoles, en particulier les surfaces d’assolement, doit être minimisé et la remise en état après travaux doit être qualitativement et financièrement garantie.

Lire la suite
Prises de position Änderung Zusatzmodul 8 Suisse-Bilanz

22.05.17 | Vergärungsprodukte aus Biogasanlagen haben sich in den vergangenen Jahren für die Schweizer Landwirtschaft zu einer wichtigen Nährstoffquelle entwickelt – mit steigender Bedeutung. Dank modernster Ausbringtechnik können diese Produkte heute verlustarm sowie Klima- und Bodenschonend in einer Vielzahl von landwirtschaftlichen Kulturen eingesetzt werden. Die Landwirtschaft ist bestrebt, die Effizienzsteigerung bei der Stickstoffdüngung weiter voranzutreiben. Dazu braucht sie aber Rahmenbedingungen, welche fachlich und agronomisch nachvollziehbar sind. Die oben gemachten Ausführungen zeigen hingegen eindeutig auf, dass für Einführung eines strengeren N- Ausnützungsgrades die wissenschaftliche Begründung fehlt und die herrschenden Praxisbedingungen sowie nicht beeinflussbare Umweltfaktoren ignoriert werden. Bereits heute ist der Stickstoff-Einsatz auf Grund sehr tief angesetzter Pflanzenbedarfs- und Ertragsnormen (GRUD) stark limitiert.

Lire la suite
AGRISTAT Actuel
AGRISTAT « Actuel » 04-17 : Bilan fourrager 2015

10.05.17 | En 2015, les aliments fourragers disponibles, à savoir 8 479 000 tonnes de matière sèche, ont reculé de 0,9 % par rapport à l’année précédente. Les aliments concentrés représentent la plus grande partie des fourrages commercialisables, avec 1 905 000 tonnes disponibles dans l’année sous revue. Les produits non marchands sont des fourrages de base, dont la quasi-totalité est destinée à l’alimentation du bétail consommant du fourrage grossier. En 2015, 6 574 000 tonnes d’aliments fourragers, soit 77,5 % du total consommé, entraient dans cette catégorie. La part de la production indigène du fourrage disponible total, se montant à 85,4 %, a affiché une légère diminution. Les récoltes de l’année précédente, supérieures à la moyenne, n’ont pu être égalées. C’est pourquoi les quantités de produits des champset de sous-produits disponibles pour l’affouragement ont été moindres. Ce déficit a été compensé par des importations supplémentaires et en partie par la réduction du cheptel.

Lire la suite
AGRISTAT Actuel
AGRISTAT « Actuel » 03-17 : Statistique définitive du bétail de boucherie 2016

10.04.17 | En 2016, les abattages de taureaux, de boeufs, de génisses, de moutons et de chèvres ont augmenté par rapport à l’année précédente. En revanche, ils ont diminué dans le cas des vaches, des porcs et des équidés. Les poids morts se révèlent plus importants dans toutes les catégories, à l’exception des chèvres et des équidés. La production de viande a ainsi progressé dans le cas du gros bétail (+2,7 %) et des moutons (+7,1 %). En revanche, elle a reculé dans le cas des veaux (-1,6 %), des porcs (-1,1 %), des chèvres (-11,5 %) et des équidés (-5,0 %). Une fois de plus, la production de viande de volaille enregistre une nette hausse : +3,2 % pour les poulets de chair et +14,2 % pour les dindes.

Lire la suite
AGRISTAT Actuel
AGRISTAT « Actuel » 02-17 : La surface céréalière en Suisse

10.03.17 | La surface céréalière peut être représentée de différentes manières selon le point de vue adopté, qu’il s’agisse des espèces cultivées ou de l’utilisation des céréales. Des différences existent aussi entre les surfaces ensemencées et récoltées. L’examen de plusieurs variantes des statistiques des surfaces fait ressortir une très légère hausse de la surface de céréales fourragères ces deux dernières années. Il n’est toutefois pas possible de juger s’il s’agit là d’une variation temporaire ou d’une tendance durable.

Lire la suite
AGRISTAT Actuel
AGRISTAT « Actuel » 01-17 : Rétrospective 2016

10.02.17 | Pour la première fois depuis plusieurs années, la surface de céréales fourragères a connu une nette extension en 2016. Les surfaces en colza et en betteraves sucrières ont diminué. La production de viande de bœuf a augmenté au détriment de la viande de veau. La production d’œufs et de viande de volaille a aussi enregistré une nouvelle hausse. Ce sont la production de viande et les cultures spéciales qui ont permis de compenser les résultats décevants dans l’économie laitière et la culture des champs.

Lire la suite