Contenu - Paysans dans le besoin

De quoi s'agit il ?

Le quotidien des agricultrices et agriculteurs est, de nos jours, incontestablement semé d’épreuves. Le travail physique astreignant ainsi que les interminables journées de travail ont toujours fait partie intégrante de la vie à la ferme. Au cours des dernières décennies, une baisse des revenus, la volatilité des marchés, la paperasserie croissante et l’apparition incessante de nouvelles contraintes légales en matière de protection des animaux ou d'écologie, ayant eu pour effet de renchérir la production, sont toutefois venues s’y ajouter. Comment vais-je payer mes factures à la fin du mois ? Quelle est la branche de production la plus rentable ? Dois-je restructurer mon exploitation ? Suis-je en mesure de financer les investissements nécessaires à cet effet ? Combien de temps encore serai-je capable d’exercer ma profession ? Ce sont là des questions qui tourmentent toujours plus souvent les agricultrices et agriculteurs suisses.

Les situations de vie difficiles n’épargnent pas non plus l’agriculture

La pression devient de plus en plus forte. A partir du moment où d’autres difficultés (non professionnelles) surviennent, une situation a priori banale peut soudainement dégénérer. Doutes, angoisses, voire peurs existentielles, et nuits d’insomnie en sont les conséquences possibles. La dépression, l'épuisement professionnel ou des pensées suicidaires guettent les personnes traversant une phase de vie critique. Il n’existe pas de chiffres précis sur le nombre d’agricultrices et agriculteurs concernés, mais les articles négatifs dans les médias laissent apparaître une tendance croissante. Huit agriculteurs ont mis fin à leurs jours rien que dans le canton de Vaud en 2016, trois jeunes agriculteurs se sont donnés la mort en très peu de temps dans le canton de Thurgovie - la situation est tragique. Chaque suicide est un drame de trop.

Dans le désespoir, il est souvent difficile de se confier à des membres de sa famille ou des personnes de son entourage. La crainte de ne pas être compris ou d'être considéré comme faible de caractère peut représenter un obstacle important. Dans ces cas-là, il faut oser faire appel à un soutien professionnel ! Il existe de nombreuses offres d’aide au niveau national, cantonal ou régional, où les personnes concernées peuvent trouver une écoute et du soutien pour canaliser leurs émotions et rechercher des solutions possibles. Des interlocuteurs compétents offrent une écoute -  anonyme si l'appelant le souhaite.   

Il ne faut pas avoir honte de demander de l’aide : il y a toujours une issue !

Documentaire RTS «Paysans en détresse»