Contenu principal

Les fourrages

De par ses montagnes et ses collines, de même que par son climat plutôt humide dans la plupart des régions, la Suisse a tout d’un pays d’herbages. Plus de deux tiers des surfaces agricoles ne se prêtent pas aux grandes cultures. Les nombreux prés et pâturages donnent toutefois le meilleur fourrage qui soit pour nourrir les vaches, les chèvres et les moutons et permettent ainsi de produire des aliments de grande qualité tels que la viande, le lait et le fromage. Nous pouvons donc néanmoins mettre ces surfaces à profit pour notre propre alimentation.

Plus d'information vous trouverez d'ici.

Interlocuteur pour le dossier

Sandra Helfenstein

Union Suisse des Paysans
Responsable suppléante du Département Communication et services internes
Coresponsable de la communication, service Médias & Relations publiques
Porte-parole de l'USP

Téléphone 056 462 52 21
Mobile 079 826 89 75
Email sandra.helfenstein@sbv-usp.ch

  

AGRISTAT Actuel
AGRISTAT « Actuel » 11-18 : 2018, année de sécheresse

11.12.18 | La sécheresse en 2018 a surtout eu un impact sur les cultures fourragères, mais cela transparait à peine dans les comptes économiques de l’agriculture de l’année 2018. Les effectifs d’animaux ont actuellement tendance à diminuer, mais sans plus. Le surcoût pour les importations de fourrage pourra atteindre 35 millions de francs d’ici la fin de l’hiver 2018/19. En revanche, ce mauvais bilan fourrager a pour effet de maintenir le prix du lait.

Lire la suite
Commentaire de marché Le prix du foin atteint 38 à 40 francs

07.12.18 | L’Association Suisse de négociants en fourrages a décidé une forte augmentation du prix indicatif du foin.

Lire la suite
En direct de l'USP En direct de l’USP n° 27 (02.07. – 06.07.2018)

11.07.18 | Le Conseil fédéral a décidé, à juste titre, de ne pas opposer de contre-projet à l’initiative « Pour une eau potable propre et une alimentation saine. » Les initiants font maintenant des concessions à tout va concernant l’interpré-tation de leur texte, mais il est trop tard ! Au final, il n’y a que des perdants avec cette initiative : les familles paysannes – en bio et en PER – les consommateurs et l’environnement, lorsque l’on considère les conséquences environnementales à l’étranger.

Lire la suite
Communiqués de presse
Améliorer l’approvisionnement en fourrages suisses

04.07.18 | Depuis l’automne 2017, un groupe de travail institué par l’Union suisse des paysans cherche des leviers pour accroître l’approvisionnement en fourrages suisses. Ses membres ont élaboré une stratégie dans ce but. Ils ont présenté les résultats intermédiaires à un plus large éventail de représentants de la branche. Malgré les réserves concernant le financement, le soutien est acquis aux idées du groupe de travail. La prochaine étape est une consultation.

Lire la suite
AGRISTAT Actuel
AGRISTAT « Actuel » 04-18 : Bilan des fourrages 2016

13.05.18 | Chiffrés à 8 382 000 tonnes de matière sèche en 2016, les aliments fourragers disponibles ont diminué de 1,4 % en glissement annuel. Dans le cas des aliments commercialisables, il s’agit pour l’essentiel d’aliments concentrés, dont 1 875 000 tonnes étaient disponibles pendant l’année sous revue. Les produits non marchands sont constitués de fourrages de base, dont la quasi-totalité est destinée à l’alimentation du bétail consommant du fourrage grossier. 6 507 000 tonnes d’aliments pour animaux, soit 77,6 % de la consommation totale, appartenait à cette catégorie d’aliments en 2016. À nouveau en légère baisse, la production intérieure a fourni 84,5 % du fourrage disponible total en 2016. Des récoltes inférieures à la moyenne sont à l’origine du recul des quantités disponibles de produits des champs et de sous-produits d’origine indigène destinés à nourrir les animaux. Des importations supplémentaires et, dans certains cas, une diminution du bétail ont servi à pallier cette pénurie.

Lire la suite
En direct de l'USP En direct de l’USP n° 17 (23.04. – 27.04.2018)

02.05.18 | L’USP a pu donner un exposé sur la thématique de l’eau et de l’agriculture dans le cadre d’un colloque organisé par l’Association suisse des professionnels de la protection des eaux (VSA). Les PER et les mesures prises par l’agriculture suisse pour diminuer les intrants de produits phytosanitaires ont été présentées et expliquées devant plus d’une centaine de participants (services cantonaux de l’environnement, offices fédéraux, professionnels de l’environnement et bureaux d’ingénieurs). Les priorités du secteur agricole pour améliorer la qualité des eaux de surface ont ensuite été exposées. Pour finir, Markus Ritter a répondu aux questions du président de la VSA, Heinz Habegger. Bilan : si nous pouvons nous expliquer, les gens nous comprennent.

Lire la suite
En direct de l'USP En direct de l’USP n° 21 (22.05. – 26.05.2017)

31.05.17 | Ce printemps, la branche du tourisme s’est réunie lors d’une manifestation de Suisse Tourisme de deux jours. 1250 participants se sont retrouvés cette année à Davos. A cette occasion, l’USP a été invité à présenter pourquoi les paysans jouissent d’une bonne image auprès de la population.

Lire la suite
AGRISTAT Actuel
AGRISTAT « Actuel » 04-17 : Bilan fourrager 2015

10.05.17 | En 2015, les aliments fourragers disponibles, à savoir 8 479 000 tonnes de matière sèche, ont reculé de 0,9 % par rapport à l’année précédente. Les aliments concentrés représentent la plus grande partie des fourrages commercialisables, avec 1 905 000 tonnes disponibles dans l’année sous revue. Les produits non marchands sont des fourrages de base, dont la quasi-totalité est destinée à l’alimentation du bétail consommant du fourrage grossier. En 2015, 6 574 000 tonnes d’aliments fourragers, soit 77,5 % du total consommé, entraient dans cette catégorie. La part de la production indigène du fourrage disponible total, se montant à 85,4 %, a affiché une légère diminution. Les récoltes de l’année précédente, supérieures à la moyenne, n’ont pu être égalées. C’est pourquoi les quantités de produits des champset de sous-produits disponibles pour l’affouragement ont été moindres. Ce déficit a été compensé par des importations supplémentaires et en partie par la réduction du cheptel.

Lire la suite