Contenu principal

Faucher futé

Communiqué de presse de l’Union suisse des paysans du 13 avril 2022 

Faucher futé, c’est utiliser la faucheuse-conditionneuse de manière ciblée. La qualité du fourrage s’en retrouve améliorée, et les insectes et autres animaux préservés. 

Dans la production fourragère, la faucheuse-conditionneuse présente de nombreux avantages. Comme elle accélère le séchage des fourrages, elle permet d’utiliser de courtes fenêtres météo et de réduire les pertes d’éléments nutritifs. Suivant le lieu et le moment où elle est utilisée, elle a aussi des effets négatifs sur les insectes et les petits animaux. La faucheuse-conditionneuse peut tuer deux fois plus de sauterelles et, dans une prairie fleurie, jusqu’à sept fois plus d’abeilles qu’une faucheuse classique.

L’agriculture se préoccupe elle aussi beaucoup de la protection des petits animaux et surtout des insectes. Ces derniers sont en effet essentiels à la pollinisation de nombreuses cultures végétales, et donc aux rendements ainsi qu’aux écosystèmes dans leur ensemble. Les familles paysannes suisses favorisent donc la biodiversité par différentes mesures. Pour l’Union suisse des paysans (USP), il est important que ces mesures apportent un bénéfice effectif. Elle met par exemple l’emphase sur l’optimisation de la qualité des surfaces de promotion de la biodiversité. Dans les cultures fourragères, les prairies riches en trèfles ou en fleurs constituent non seulement une bonne base pour l’alimentation des animaux de rente, mais aussi un habitat et une source de nourriture pour de nombreux animaux sauvages. Il convient d’en tenir compte lors de la fauche.

C’est pourquoi l’USP lance le projet de sensibilisation « Faucher futé ». Elle peut compter sur l’expertise d’IP-Suisse, de l’Association suisse pour l’équipement technique de l’agriculture, d’apisuisse, de la Station ornithologique suisse et d’Agridea, ainsi que sur le soutien du Fonds Coop pour le développement durable. Ce projet a pour objectif d’optimiser les techniques de fauche et l’utilisation de la faucheuse-conditionneuse afin de favoriser la diversité sur les surfaces de production. De nombreuses bases d’information ont été élaborées à cet effet. La question principale est de savoir quand l’utilisation du conditionneur est judicieuse ou non. Il convient ainsi d’exploiter pleinement les avantages agronomiques de ce dernier. Le projet « Faucher futé » sensibilise aux dangers pour les insectes et petits animaux et émet des recommandations pour une fauche respectueuse des animaux. Le projet met également en avant des alternatives mécaniques, comme les barres de coupe à double lame.

Pour ceux et celles qui fauchent futé, une bonne qualité de fourrage et le respect de la biodiversité vont de pair.

Rendez-vous sur www.faucher-fute.ch pour de plus amples informations.

Renseignements

Selina Fischer

Département Production, marché et écologie

Téléphone        056 462 50 27
E-Mail               selina.fischer@sbv-usp.ch

Sur le même sujet

AGRISTAT Actuel
Agristat « Actuel » 06-22 : Engrais de ferme et de recyclage dans HODUFLU

11.07.22 | Depuis 2014, les quantités et les livraisons d’engrais gérées dans HODUFLU sont en augmentation. Environ deux tiers des livraisons ont lieu au sein du secteur agricole. Le tiers restant regroupe les installations de compostage et de méthanisation en tant que preneurs ou remettants. Une livraison sur cinq est intercantonale. Comme il fallait s'y attendre, les cantons ayant une densité de bétail élevée ont tendance à livrer aux cantons ayant beaucoup de terres assolées. En 2021, la quantité totale dans HODUFLU représentait 12,9 % de la quantité totale d'engrais en Suisse. Au vu de la hausse des prix des engrais minéraux, la demande en engrais de ferme et de recyclage devrait continuer à augmenter.

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - juin 2022

11.07.22 | Le mois de juin 2022 a été le deuxième mois le plus chaud depuis le début des mesures en 1864. Seul le mois de juin de l'année 2003 a affiché une température moyenne encore plus élevée. Dans de nombreuses stations de mesures, les valeurs maximales journalières ont atteint de nouveaux ecords pour un mois de juin. Les précipitations totales sont restées inférieures à la moyenne sur une grande partie du territoire. Le temps sec des mois précédents a donc persisté (cf. tableau 1.2).

Lire la suite
En direct de l'USP
En direct de l‘USP n° 27

11.07.22 | La plateforme Protection phytosanitaire a discuté de la mise en œuvre de l’Iv. pa. 19.475. Outre la situation actuelle sur la base des indicateurs de risque, il a été question de la convention des objectifs avec l’OFAG.

Lire la suite
En direct de l'USP
En direct de l‘USP n° 26

04.07.22 | Lors des Journées internationales d’économie alpestre, un total de 350 personnes de diverses régions de l'arc alpin se sont réunies à Viège pour discuter des défis actuels et des perspectives de l’agriculture de montagne.

Lire la suite
En direct de l'USP
En direct de l‘USP n° 25

28.06.22 | Lors d’une commission compétente du conseil des Etats, l’USP a pu s’exprimer concernant la révision de la loi sur la chasse. Il a été démontré qu’une révision de la loi était nécessaire et urgente afin de rendre possible la régula-tion du loup. Des mesures préventives sont également indispensables. Les membres de la commission ont en-suite pris une décision en ce sens.

Lire la suite
Prises de position Umsetzung der Änderung des Energiegesetzes auf Verordnungsstufe

24.06.22 | Stellungnahme des Schweizer Bauernverbands zur Umsetzung der Änderung des Energiegesetzes auf Verordnungsstufe.

Lire la suite
En direct de l'USP
En direct de l‘USP n° 24

21.06.22 | Une brochure et un site web ont été créés dans le cadre de la campagne de sensibilisation «Faucher futé». Objectif: promouvoir une utilisation ciblée de la faucheuse-conditionneuse et, ainsi, protéger les insectes.

Lire la suite
AGRISTAT Actuel
Agristat « Actuel » 05-22 : La guerre en Ukraine et l’agriculture

13.06.22 | La guerre en Ukraine fait grimper en flèche les coûts de production dans l’agriculture. À l’heure actuelle, les coûts supplémentaires pour l’année 2022 sont estimés à 900 millions de francs. Les coûts supplémentaires effectifs dépendront de l’évolution future. Si l’on ne veut pas que le revenu agricole diminue sensiblement, les prix à la production doivent augmenter en conséquence.

Lire la suite