Contenu principal

Hormone problématique bannie de l’élevage indigène

Communiqué de presse de l’Union suisse des paysans et de Suisseporcs du 2 mai 2022

La filière animale interdit par voie de droit privé l’hormone PMSG visant à traiter les problèmes de fertilité chez les truies. Les conditions de production douteuses et contraires aux normes élevées de bien-être animal dans l’agriculture indigène sont à la base de cette décision. La nouvelle exigence s’applique à toute la viande issue des élevages inscrits à AQ-Viande Suisse, un programme qui couvre la quasi-totalité du marché.

Aujourd’hui, la commission permanente Production animale de l’Union suisse des paysans (USP) a accédé à la demande de Suisseporcs de renoncer à l’hormone PMSG dans les élevages indigènes inscrits au programme de base AQ-Viande Suisse. Cette hormone est obtenue à partir du sang de juments gestantes et sert dans certains cas à traiter les problèmes de fertilité chez les truies. La découverte que la mise à disposition de l’hormone continue à se faire dans des conditions cruelles pour les juments est à la base de cette décision. Prélever cette hormone en Europe (Islande) plutôt qu’en Amérique du Sud n’a pas apporté l’amélioration escomptée.

La branche était d’accord pour dire que l’utilisation de l’hormone PMSG allait à l’encontre des normes élevées de bien-être animal dans l’agriculture indigène, alors qu’une telle préparation n’a été utilisée que dans de rares cas jusqu’à présent, uniquement à des fins thérapeutiques et sur moins de 1 % des truies mères. L’utilisation d’hormones pour améliorer les performances n’a jamais été autorisée en Suisse, raison pour laquelle la viande indigène est exempte de tout résidu hormonal.

Le programme AQ-Viande Suisse est géré par l’USP. Tous les grands abattoirs de Suisse exigent de leurs fournisseurs qu’ils remplissent les exigences d’AQ-Viande Suisse. La décision prise sera donc contraignante pour 95 % des exploitations d’élevage suisses à partir du 1er septembre 2022, et l’utilisation de PMSG interdite pour toutes les catégories d’animaux. Les vétérinaires doivent à présent être informés en conséquence qu’ils ne peuvent plus prescrire cette hormone. Le respect de l’interdiction sera contrôlé à partir de 2023.

Renseignements

Meinrad Pfister

Président de Suisseporcs et de la commission permanente Production animale de l’USP
tél. 079 916 00 41 

Michel Darbellay

Responsable du département Production, marché et écologie de l’USP

Téléphone        078 801 16 91
E-Mail               michel.darbellay@sbv-usp.ch 

Daniel Flückiger

Responsable Agriquali
Tél. 056 462 52 18

Sur le même sujet

Statistique de la semaine
Semaine 25-2022

04.07.22 | En ce qui concerne les denrées alimentaires, le renchérissement arrive avec du retard en Suisse. Selon l’Office fédéral de la statistique, les prix à la consommation des denrées alimentaires ont augmenté de 0,9 % seulement au mois de mai 2022 par rapport au mois de mai 2021. Ceci tient à plusieurs raisons : Le cours élevé du franc suisse a un effet modérateur sur les prix. Une partie des produits indigènes en vente provient encore des récoltes de l’année passée. Les importations sont souvent réglées par des contrats à long terme et les produits concernés arrivent avec un certain retard en vente. Les prix à l’importation de produits agricoles non transformés et transformés ont augmenté lentement, mais ils vont influencer les prix à la consommation de plus en plus.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 24-2022

17.06.22 | La population suisse s’accroît continuellement. En 2000, la Suisse comptait 7,2 millions d’habitants. En 2021, ce chiffre a atteint 8,8 millions. Ainsi, la surface agricole disponible par personne a reculé. En 2000, une surface de 570 mètres carrés de terres arables était disponible par personne. Ce chiffre a reculé à 453 mètres carrés en 2021. Cette surface correspond à un carré de 21,3 fois 21,3 mètres et à une diminution de 20,5 % par rapport à 2000. Si on tient compte de la surface agricole totale, on arrive à une diminution relative presque identique de 20,3 % par habitant.

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - mai 2022

13.06.22 | Le mois de mai a connu un nombre record de jours d’été ; il s’agit du deuxième mois de mai le plus chaud depuis le début des mesures en 1864. Seul mai 1968 a été encore plus chaud. Genève a connu 15 jours d'été avec une température maximale de 25 degrés ou plus, Locarno en a connu 16. En Suisse alémanique, il y a eu moins de dix jours d'été. Sur une grande partie du territoire, les précipitations sont restées inférieures à la norme 1991-2020. En Suisse romande et en Valais, les précipitations n’ont parfois même pas atteint les 30 % de la norme 1991-2020. Dans certaines régions du sud de la Suisse, elles sont restées en dessous des 40 % de la norme alors qu’en Suisse alémanique, elles se situaient entre 40 et 80 % de la norme. Le mois de mai a marqué la fin d'un printemps doux, ensoleillé et pauvre en précipitations. Ce fut l’un des dix printemps les plus secs depuis le début des mesures.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 23-2022

10.06.22 | La surface est répartie de manière inégale entre les exploitations agricoles. 28,4 % des exploitations ont une grandeur entre 10 et 20 hectares, mais n’exploitent au total que 20,0 % de la surface. En somme, 56,5 % des exploitations (plus de la moitié) exploitent moins que 20 hectares par exploitation. Cependant, elles exploitent au total 26,1 % de la surface (environ un quart). Selon la surface, la catégorie des exploitations avec 30 jusqu’à 50 hectares est la plus importante : ces 16,4 % des exploitations disposent au total de 29,4 % de la surface.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 22-2022

03.06.22 | La vague de renchérissement n’a pas encore atteint les prix des denrées alimentaires dans le commerce de détail. Les prix touchés par les exploitations agricoles pour leurs produits n’ont que peu bougé jusqu’à ce jour. Ceci n’a guère été possible comme les récoltes en production végétale sont juste en train de débuter. Par contre, les prix des agents de la production agricole ont nettement augmenté, surtout les prix des engrais, de l’énergie (y compris les carburants) et des fourrages. Au mois d’avril 2022, l’indice des prix d’achat des agents de la produc-tion agricole était à 112,2 points (décembre 2020 = 100) et a ainsi augmenté de 10,4 % par rapport au niveau du mois d’avril 2021. Ceci engendre des frais supplémentaires de 900 millions de francs estimés pour l’agriculture au cours de l’exercice actuelle. Une nette augmentation des prix pour les produits agricoles sera nécessaire, sinon le revenu des agriculteurs et des agricultrices va reculer de manière importante.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 21-2022

24.05.22 | Les livraisons d’engrais saisies dans HODUFLU ont augmenté au cours des années. Depuis 2014 les bulletins de livraison ont subi un accroissement de 37,7 % (échelle de droite du graphique). Cette croissance est à attribuer surtout aux engrais de ferme (+ 46,2 % depuis 2014 de l’azote total au stock). Les engrais de recyclage sont restés assez constants et fluctuent autour d’une moyenne de 4'670 tonnes d’azote total au stock.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 20-2022

20.05.22 | En Suisse, en 2020, 7'752'114 tonnes d’aliments pour animaux de rente (mesurées en matière sèche) étaient disponibles. La part la plus importante avec 78,9 % (6'113'293 tonnes) était destinée aux bovins. Suivent les porcs avec 9,6 % (741'555 tonnes) et la volaille avec 4,8 % (368'544 tonnes). La catégorie «autres» avec les équidés (chevaux, ânes, mulets) et les lapins a reçu 4,1 % (315'604 tonnes). Les moutons et les chèvres ont réclamé la part la plus modeste avec 2,7 % (213'117 tonnes). Plus d’informations au sujet du bilan alimentaire sont disponibles sous « AGRISTAT Actuel ».

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 19-2022

13.05.22 | En Suisse, en 2020, 7'752'114 tonnes d’aliments pour animaux de rente (mesurées en matière sèche) étaient disponibles. La part la plus importante avec 78,9 % (6'113'293 tonnes) était destinée aux bovins. Suivent les porcs avec 9,6 % (741'555 tonnes) et la volaille avec 4,8 % (368'544 tonnes). La catégorie «autres» avec les équidés (chevaux, ânes, mulets) et les lapins a reçu 4,1 % (315'604 tonnes). Les moutons et les chèvres ont réclamé la part la plus modeste avec 2,7 % (213'117 tonnes). Plus d’informations au sujet du bilan alimentaire sont disponibles sous « AGRISTAT Actuel ».

Lire la suite