Contenu principal

Il n’y a pas d’élevage intensif en Suisse

Communiqué de presse de l’Union suisse des paysans du 17 septembre 2019

Dans l’agriculture suisse, le bien-être animal constitue une priorité, et les effectifs maximaux par exploitation empêchent toute forme d’élevage industriel. Aussi l’Union suisse des paysans juge-t-elle futile la nouvelle initiative populaire « Non à l’élevage intensif en Suisse ».

En ce jour, une association du nom de Sentience Politics a déposé une initiative populaire pour abolir l’élevage intensif en Suisse. Aux yeux de l’Union suisse des paysans (USP), cette initiative n’est d’aucune utilité. En effet, l’élevage en Suisse présente de toute façon de petites dimensions par rapport à ce qui se fait ailleurs dans le monde. Nos dispositions en matière de protection animale sont strictes, et les règles concernant les effectifs maximaux empêchent l’élevage industriel. À titre d’exemple, la Suisse autorise la détention de tout au plus 18 000 poules pondeuses ou 1500 porcs à l’engrais. Les consommateurs peuvent encourager les élevages encore plus petits en achetant de manière conséquente des produits issus entre autres de l’agriculture biologique ou d’élevage en plein air de l’association KAGfreiland. De fait, les exploitations biologiques ne peuvent disposer au maximum que de deux poulaillers de 2000 animaux chacun. Ensuite, l’offre suit automatiquement la demande.

L’initiative prévoit que la Confédération édicte aussi des directives pour les importations. L’USP estime que de telles prescriptions ne sauraient être mises en œuvre, car incompatibles avec les obligations de l’OMC. S’agissant de l’application dans le cas des produits transformés, même les auteurs de l’initiative prônent une démarche « pragmatique ». Cette démarche impliquerait à coup sûr que le « laisser-faire » deviendrait la règle pour les composants d’origine animale dans les produits alimentaires importés. Des aliments contenant p. ex. des œufs de poules élevées en batterie pourraient ainsi toujours arriver en Suisse. Or, l’élevage en batterie est un mode de production interdit depuis longtemps en Suisse. En cas d’acceptation de l’initiative, davantage de produits issus d’élevages douteux se retrouveraient sur nos étals. Pour faire court : l’USP ne voit aucune plus-value dans l’initiative « Non à l’élevage intensif en Suisse », ni pour le bien-être animal en général, ni pour les consommateurs, ni même pour les familles paysannes.

Renseignements

Jacques Bourgeois

Jacques Bourgeois

Union Suisse des Paysans
Directeur
Conseiller national

Téléphone 079 219 32 33
E-Mail jacques.bourgeois@sbv-usp.ch

Martin Rufer

Martin Rufer

Directeur de l'Union Suisse des Paysans
Chef du groupe de travail ad hoc sur le coronavirus  

Téléphone 078 803 45 54
EMail martin.rufer@sbv-usp.ch

Sur le même sujet

Statistique de la semaine
Semaine 23/2021

11.06.21 | A l’heure actuelle, les prix des matières premières agricoles sur les marchés internationaux connaissent une hausse extraordinaire. Pour ce fait, il y a plusieurs raisons : La hausse du prix du pétrole, l’augmentation des frais de transport, la grande demande de la Chine, de faibles récoltes aux États-Unis. L’évolution rappelle celle des années 2007/2008. En Suisse, ceci ne créera guère des problèmes comme la part des dépenses pour l’alimentation est modeste. Dans les pays en voie de développement, la part des frais de l’alimentation se situe souvent à la moitié du revenu. Alors, la situation des gens peu fortunés peut devenir difficile dans ces pays. L’augmentation des prix mondiaux – les prix du pétrole et des engrais augmentent également – va faire grimper les frais de production des exploitations agricoles suisses.

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - mai 2021

10.06.21 | Le mois de mai s’est distingué par des températures basses et des précipitations bien supérieures à la moyenne. À basse altitude, dans le nord de la Suisse, la température était de 2 à 3 degrés inférieure à la norme 1981-2010. Au cours de la première quinzaine de mai, des gelées au sol se sont encore produites par endroits (surtout dans le nord de la Suisse), bien que leur ampleur soit restée beaucoup plus faible qu’en 2019. Les précipitations ont atteint 135 % de la pluviométrie normale en moyenne nationale, mais elles se sont révélées encore bien plus abondantes dans certaines régions. Sur une grande partie du pays, la pluie est tombée presque tous les jours jusqu’au 27 mai. Le temps frais d’avril et de mai a fait de ce printemps le plus froid depuis 1987. En raison du temps humide et froid, le développement de la végétation a pris du retard, d’ampleur très variable selon les espèces végétales et les cultures. En 2020, il n’y a eu que peu de déclarations de sinistres causés par la grêle. Les 8,5 millions de francs d’indemnisations versées demeurent bien inférieures à la moyenne. Dans les cas des dommages causés par les naturels, les indemnisations de 7,2 millions de francs sont restées en deçà de celles des cinq années précédentes (tableau 1.4).

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 22/2021

04.06.21 | En 2021 et selon les chiffres provisoires de Sucre Suisse SA, la culture de betteraves recule surtout dans l’ouest de la Suisse. La surface cultivée totale diminue par rapport à l’année précédente de 1468 hectares (-8,2 %) et atteint 16 433 hectares. La plus grande surface de betteraves à sucre a été cultivée en 2014, avec une surface de plus de 21 000 hectares.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 20/2021

21.05.21 | Selon les chiffres de l’Office fédéral de la statistique, l’effectif des espèces de rente les plus importantes a aug-menté de 3,9 % en 2020. L’augmentation est due à l’effectif de volaille (+5,2 %). Les effectifs des autres espèces ont diminué (caprins, équidés, porcins, bovins) ou stagnent (ovins). Malgré l’augmentation du nombre total des animaux de rente, on peut partir du principe que le nombre d’unités de gros bovins a diminué et ainsi également le besoin en fourrages et la production d’engrais. Dans ce domaine, la diminution des effectifs bovins et porcins a plus d’importance.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 19/2021

17.05.21 | En 2020, la surface des terres ouvertes a augmenté de 2368 hectares (+0,9 %) afin d’atteindre un total de 274 424 hectares. Les terres ouvertes biologiques ont progressé de manière plus importante, elles ont avancé de 1855 hectares (+7,8 %). Ainsi, la part bio des terres ouvertes s’établit actuellement à 10,3 %. Toujours en culture biologique, les surfaces de blé panifiable ont augmenté le plus, en chiffres de 615 hectares (+9,9 %), suivies par les surfaces des légumes de plein champs avec une augmentation de 442 hectares (+7,5 %). En termes relatifs, les surfaces de soja ont augmenté le plus, en chiffres de 300 hectares (+67,6 %). L’augmentation des surfaces de soja doit contribuer à mieux couvrir les besoins en aliments protéiques indigènes.

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - avril 2021

10.05.21 | Le mois d’avril 2021 a été le plus froid depuis 20 ans. Comme en mars déjà, les précipitations sont restées rares. En avril, de longues périodes de gelées basses sévères ont causé des dégâts importants, en particulier sur les fruits à noyau (abricots, cerises et pruneaux), mais aussi sur les fruits à pépins et dans la vigne. Le deuxième graphique du tableau 1.3 montre l’évolution des températures les plus basses dans diverses stations de mesure. À l’évidence, toute la Suisse était touchée. Les dégâts se révèlent très variables selon les régions, les exploitations et les cultures. Suisse Grêle estime que les dégâts peuvent atteindre un montant de cinq millions de francs suisses. Le temps froid du mois d’avril a entraîné un retard dans le développement de la végétation, lequel se situe désormais dans la moyenne pluriannuelle.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 18/2021

07.05.21 | L’importance et la composition du produit des exploitations agricoles font preuve de la grande diversité qui règne dans l’agriculture suisse. Selon le type d’exploitation, c’est plutôt la production végétale ou la production animale qui domine. Les paiements directs livrent un apport très variable. D’autres sources de revenu (produits transfor-més, location de machines, vente directe) ont surtout pour les exploitations avec des cultures spéciales une im-portance élevée. Par type d’exploitation et en moyenne des années 2017 - 2019, la part de la production végétale par rapport au produit de l’exploitation a varié entre 2,3 et 62,7 %, celle de la production animale entre 1,6 et 82,3 % ainsi que celle des paiements directs entre 7,7 et 48,2 %. Le montant total du produit d’exploitation allait de 204 383 CHF à 538 290 CHF par exploitation et par an.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 17/2021

30.04.21 | En 2019, la consommation de fourrages par les animaux de rente a diminué par rapport à l’année précédente de 1,7 % pour atteindre la somme de 7,78 millions de tonnes de matière sèche. Le recul ressort surtout de la con-sommation réduite des herbivores (bovins, ovins, caprins et chevaux). La plus grande part du fourrage (65,3 %) provient des cultures fourragères pluriannuelles. Il s’agit surtout de l’herbe, fraîche ou conservée (foin, ensilage, herbe séchée). Les autres produits principaux (22,1 %) contiennent surtout des céréales. Les importations de sous-produits (5,5 %) ont augmenté au cours des dernières années. Ce sont surtout des produits ressortant de la transformation d’oléagineux. En Suisse, des sous-produits (5,1 %) sont aussi disponibles, ressortant de la trans-formation de matières premières agricoles. Ils proviennent de la transformation de céréales (son), betteraves sucrières (pulpe de betteraves, mélasse) et oléagineux (tourteau). Le bilan fourrager 2019 sera publié le 10 mai 2021.

Lire la suite