Contenu principal

Il n’y a pas d’élevage intensif en Suisse

Communiqué de presse de l’Union suisse des paysans du 17 septembre 2019

Dans l’agriculture suisse, le bien-être animal constitue une priorité, et les effectifs maximaux par exploitation empêchent toute forme d’élevage industriel. Aussi l’Union suisse des paysans juge-t-elle futile la nouvelle initiative populaire « Non à l’élevage intensif en Suisse ».

En ce jour, une association du nom de Sentience Politics a déposé une initiative populaire pour abolir l’élevage intensif en Suisse. Aux yeux de l’Union suisse des paysans (USP), cette initiative n’est d’aucune utilité. En effet, l’élevage en Suisse présente de toute façon de petites dimensions par rapport à ce qui se fait ailleurs dans le monde. Nos dispositions en matière de protection animale sont strictes, et les règles concernant les effectifs maximaux empêchent l’élevage industriel. À titre d’exemple, la Suisse autorise la détention de tout au plus 18 000 poules pondeuses ou 1500 porcs à l’engrais. Les consommateurs peuvent encourager les élevages encore plus petits en achetant de manière conséquente des produits issus entre autres de l’agriculture biologique ou d’élevage en plein air de l’association KAGfreiland. De fait, les exploitations biologiques ne peuvent disposer au maximum que de deux poulaillers de 2000 animaux chacun. Ensuite, l’offre suit automatiquement la demande.

L’initiative prévoit que la Confédération édicte aussi des directives pour les importations. L’USP estime que de telles prescriptions ne sauraient être mises en œuvre, car incompatibles avec les obligations de l’OMC. S’agissant de l’application dans le cas des produits transformés, même les auteurs de l’initiative prônent une démarche « pragmatique ». Cette démarche impliquerait à coup sûr que le « laisser-faire » deviendrait la règle pour les composants d’origine animale dans les produits alimentaires importés. Des aliments contenant p. ex. des œufs de poules élevées en batterie pourraient ainsi toujours arriver en Suisse. Or, l’élevage en batterie est un mode de production interdit depuis longtemps en Suisse. En cas d’acceptation de l’initiative, davantage de produits issus d’élevages douteux se retrouveraient sur nos étals. Pour faire court : l’USP ne voit aucune plus-value dans l’initiative « Non à l’élevage intensif en Suisse », ni pour le bien-être animal en général, ni pour les consommateurs, ni même pour les familles paysannes.

Renseignements

Jacques Bourgeois

Jacques Bourgeois

Union Suisse des Paysans
Directeur
Conseiller national

Téléphone 079 219 32 33
E-Mail jacques.bourgeois@sbv-usp.ch

Martin Rufer

Martin Rufer

Directeur de l'Union Suisse des Paysans

Téléphone 078 803 45 54
E-Mail martin.rufer@sbv-usp.ch

Sur le même sujet

Statistique de la semaine
Semaine 39-2022

30.09.22 | Ces dernières années, les importations de grains et de farine de céréales se sont développées de façon constante. Elles correspondent à peu près à une énergie alimentaire de 3000 térajoules par an. Par contre, les importations de produits céréaliers transformés (surtout des positions du chapitre douanier 19) ont manifesté une croissance constante. Au cours des dix dernières années, l’augmentation en termes d’énergie alimentaire a at-teint presque 50 %. La protection à la frontière est minime pour les produits transformés en comparaison avec celle des produits non ou peu transformés. Les produits transformés peuvent être importés et vendus à un prix bon marché. Ainsi, ils mettent sous pression la production indigène et surtout le secteur de transformation. Des initiatives pour une transformation locale des céréales indigènes et des garanties de provenance peuvent remé-dier à cet effet. Quant aux produits de boulangerie, la marque « pain suisse » garantie déjà pour une origine suisse des produits.

Lire la suite
Communiqués de presse
Une nette majorité considère inutile l’initiative sur l’élevage intensif

25.09.22 | Quelque 63 % des votant·e·s rejettent clairement l’initiative sur l’élevage intensif. Ils s’opposent ainsi à l’imposition par l’État des normes bio dans le domaine de l’élevage. L’agriculture suisse se réjouit de ce chiffre. Et ce pour la raison suivante : l’offre existe déjà. Si tous les partisans du « oui » puisent dans cette offre à l’avenir, le bio et les autres labels particulièrement respectueux des animaux connaîtront une augmentation significative de leurs ventes.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 38-2022

23.09.22 | Les prix continuent d’augmenter en Suisse. En août, les prix à la consommation étaient quelque peu supérieurs au niveau du mois précédent et de 3,5 % à celui de l’année d’avant. Il ne faut pas s’attendre à un apaisement de la situation à moyen terme. L’agriculture n’est pas épargnée par cette tendance : la plupart des indices des prix des agents de production agricole affichent des valeurs bien plus importantes qu’en 2021. Avec des augmentations de l’ordre de 50 % pour les combustibles, les carburants et les engrais, le secteur agricole doit même faire face à des coûts supplémentaires considérables.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 37-2022

16.09.22 | La Suisse est parmi les plus grands exportateurs de café. La torréfaction du café est une tradition en Suisse qui continue à évoluer grâce à des nombreuses innovations. Principalement, le café brut est importé, transformé et puis exporté sous forme de café torréfié. La valeur d’exportation a connu une augmentation continue depuis l’année 2006 et s’élevait à plus de 3 milliards de francs suisses en 2021. Le prix à l’exportation (valeur d’exportation / poids d’exportation) a bondi entre 2006 et 2009 (+ 127 %). La cause principale de ce développement est un producteur de capsules de café qui agit l’échelle globale mais qui produit toutes ses capsules en Suisse romande. Il est bien possible que des nouvelles innovations dans la transformation du café vont stimuler à leur tour les exportations.

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - août 2022

12.09.22 | La température moyenne de 1,9 degré supérieure à la norme 1991-2020 a permis à août 2022 de se hisser à la deuxième place des mois d’août les plus chauds depuis 1864, derrière celui de 2003, où la température moyenne avait été de 3,5 degrés supérieure à la norme. À partir du 15 août, la pluie s’est enfin abattue sur plusieurs régions de Suisse. À de nombreux endroits, il s’agissait des premières précipitations significatives depuis début juillet. La seconde quinzaine d’août a été marquée par des averses parfois importantes et des cumuls journaliers élevés au niveau régional. Dans certaines régions, ce sont surtout les cultures d’herbe et de maïs qui ont le plus souffert de la sécheresse. Dans certains cas, la récolte du maïs d’ensilage a déjà débuté en août. Si le nombre de déclarations de sinistres était de 4374 en juin, il a chuté à 1790 en juillet (tableau 1.5). La situation des sinistres en juillet 2022 a donc été dans l’ensemble moyenne par rapport aux années précédentes. Le même constat peut être fait pour les dommages causés par les éléments naturels : le nombre de déclarations a été de 327 (tableau 1.6).

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 36-2022

09.09.22 | Face aux prix élevés des engrais, les importations sont en train de diminuer à l’heure actuelle. Par rapport à l’année précédente, la quantité d’engrais importée a reculé de 23,8 % de janvier jusqu’à juillet. Comme le prix a augmenté en moyenne de 76,2 % dans cette période, la valeur des importations a grimpé de 34,3 %. Confrontées aux prix des moyens de production en hausse, les exploitations agricoles diminuent leurs achats respectifs. Ainsi, les importations de machines agricoles sont aussi en train de diminuer. Dans de nombreux cas, les exploitations agricoles devront rattraper ces achats plus tard, à des conditions plus favorables si possible.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 35-2022

02.09.22 | À partir de l’année 2017, le prix à la production du lait de centrale a augmenté presque continuellement. À l’heure actuelle, il a dépassé le niveau de l’an 2014. Par contre, la production diminue depuis le deuxième semestre 2021. Le temps pluvieux en 2021 a beaucoup gêné la production fourragère et a provoqué une qualité médiocre des fourrages utilisés pendant l’hiver 2021/2022. Cette année, la sécheresse complique la production fourragère. De plus, suite à la guerre en Ukraine, les prix des aliments concentrés ont augmenté de manière importante. Pour ces raisons, la quantité de lait produite recule malgré des prix à la hausse. Ceci a fait augmenter les importations de beurre par exemple. Dans le graphique, la somme des livraisons des douze mois précédents voir la moyenne des prix des douze mois précédents sont affichées afin d’éliminer les fluctuations saisonnières.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 34-2022

26.08.22 | En 2022, les précipitations étaient très faibles jusqu’à l’heure actuelle. Par rapport à la dernière année de sécheresse, 2018, seules les précipitations des mois d’avril et de juin étaient nettement plus élevées. Le bilan hydrologique calcule la quantité d’eau disponible. Ce chiffre correspond aux précipitations après déduction de l’évapotranspiration potentielle. En 2022, le temps très chaud a provoqué une forte évapotranspiration. Par conséquent, le bilan hydrologique cumulé depuis le début de l’an est glissé en dessous de zéro sur le plateau suisse à la mi-juillet. La quantité d’eau potentiellement évaporée est plus grande que la somme des précipitations. Ceci a de graves conséquence pour l’agriculture à bien des endroits. Des cultures souffrent du manque d’eau, elles grandissent moins ou passent à l’échaudage. Souvent, trop peu de fourrage peut être récolté et les stocks prévus pour l’hiver doivent déjà être utilisés.

Lire la suite