Contenu principal

Inconséquence de la politique phytosanitaire fédérale !

Communiqué de presse de la Fédération Suisse des Betteraviers du 12 novembre 2020

La Fédération Suisse des Betteraviers est consternée. L’Office fédéral de l’agriculture n’a pas donné suite à la demande d’autorisation d’urgence temporaire, pour le traitement des semences de betteraves sucrières avec une néonicotinoïde, exigée par la branche du sucre. Cela après adoption par de nombreux Etats membres de l’UE d’une dérogation pour l’enrobage des semences par des néonicotinoïdes. La FSB exige donc l’égalité de traitement pour la production de sucre indigène en autorisant que les importations de sucre produit avec les pesticides autorisés en Suisse.

Les betteraves sucrières ont été fortement touchées par la jaunisse virale cette année. Dans les régions très touchées, cela a entrainé des pertes de rendements de 30 à 50%.  Après l’interdiction des néonicotinoïdes à l’échelle de l’UE en 2019, les plantes ne peuvent plus être protégées contre des ravageurs aériens par des produits systémiques, dont l’efficacité persiste durant plusieurs semaines. Le virus de la jaunisse BYV (Beet Yellow Virus), transmis par les pucerons, s’est donc fortement propagé. Pour cette raison, de nombreux pays de l’UE ont octroyé des autorisations d’urgence pour l’enrobage des semences par des néonicotinoïdes. Dernière en date, la France, plus gros producteur de sucre d’Europe a adaptée sa base juridique à cet effet.

La FSB est déçue par le rejet de la demande. Dans le contexte des prochaines votations sur les initiatives phytosanitaires, cela peut être compréhensible sur le plan politique mais est erroné du point de vue agronomique. La betterave ne fleurit pas au cours de l’année de culture et l’effet négatif du traitement des semences sur les abeilles n’a jamais été démontré. En outre, la FSB a présenté à la Confédération des mesures d’accompagnements constructives et efficaces. Certes, l’OFAG a autorisé deux matières actives pour les traitements de surface. Il n’est pas possible de savoir si la prolifération des pucerons et la propagation de l’épidémie de jaunisse virale pourront être ainsi stoppées. Les conditions météorologiques et l’efficacité des nouveaux insecticides foliaires seront déterminantes.

La décision négative pose d’énormes défis à la culture de betteraves sucrières en Suisse. Il faut craindre que les fondements mêmes de l’économie sucrière indigène soient mis en péril.

Le refus de l’autorisation d’urgence temporaire entraine une distorsion de la concurrence entre le sucre indigène et le sucre importé issu d’une production moins durable. Il aura pour conséquence une hausse des importations. L’inégalité de traitement entre les betteraviers suisses et les concurrents européens ne sera pas sans conséquences. Pour cette raison, la Fédération Suisse des Betteraviers exige avec force que seul le sucre produit sans pesticides interdits en Suisse soit importé. Des motions allant dans ce sens ont déjà été déposées au Parlement en septembre.

En parallèle, les sélectionneurs doivent être mis sous pression pour développer, le plus rapidement possible, des variétés tolérantes et les mettre à disposition des essais variétaux du Centre betteravier suisse (CBS).  D’autres moyens de lutte contre les pucerons et les autres ravageurs doivent être trouvés et testés. La FSB salue le programme de recherche proposé par le Conseil fédéral. Pour 2021, le CBS activera à nouveau le service d’alerte pour la lutte contre les pucerons tout en définissant le moment opportun pour la pulvérisation des nouveaux insecticides foliaires.

Renseignements

Josef Meyer, président de la Fédération Suisse des Betteraviers, mobile 079 606 10 21

Samuel Jenni, gérant du Centre betteravier suisse, tél.  032 391 68 00

Sur le même sujet

AGRISTAT Actuel
AGRISTAT « Actuel » 02-18 : Importance de l’agriculture pour le marché du travail

12.03.18 | Bien que le nombre d’exploitations agricoles et donc le nombre de personnes employées dans l’agriculture ne cesse de diminuer, l’agriculture suisse joue un rôle économique important en tant que productrice de denrées alimentaires. Le débat politique porte sur la question de savoir combien d’emplois dépendent directement et indirectement de l’agriculture indigène. Selon nos estimations, il est permis de penser qu’environ 297 000 équivalents plein temps (7,4 %) dépendent de l’agriculture suisse, 156 000 équivalents plein temps (3,9 %) étant entièrement tributaires de l’agriculture.

Lire la suite
Prises de position Bundesgesetz über Tabakprodukte und elektronische Zigaretten

28.02.18 | L'USP estime que les restrictions proposées en matière de publicité ainsi que les procédures en matière de con-trôles des entreprises atteignent une limite supérieure et que tout renforcement serait une entrave aux principes de notre constitution de liberté de commerce et de responsabilité personnelle. L'USP estime qu'une approche aussi restrictive pourrait représenter un précédent dangereux dans d'autres domaines de consommation comme par exemple la consommation de sucre ou de viande. Vi-à-vis des adultes, une information complète et neutre est préférable à une stratégie de prohibition. D'autres renforcements ne devraient pas intervenir dans le cadre des ordonnances d'application.

Lire la suite
Communiqués de presse
Les producteurs suisses pénalisés par la solution en vigueur jusque-là

23.02.18 | Sans mesures politiques rapides, la culture nationale de la betterave sucrière et, avec elle, la production suisse de sucre sont menacées. Voilà le message central de la conférence de presse tenue en commun par l’Union suisse des paysans, les betteraviers et l’industrie du sucre dans la raffinerie sucrière d’Aarberg. Cette situation est due à la modification unilatérale de l’organisation du marché du sucre par l’Union européenne. Suite à la suppression des quotas et des restrictions des exportations, sa production de sucre explose. D’un côté, des quantités excédentaires arrivent aux prix les plus bas en Suisse, alors que, de l’autre côté, l’UE a conservé des droits de douane élevés sur les importations de sucre. Le Parlement a désormais la possibilité d’adapter la protection douanière du côté de la Suisse afin que la production suisse puisse lutter à armes égales et se maintenir sur le marché.

Lire la suite
Prises de position Aufnahme alter Wirkstoffe in Anhang 10 der PSMV

09.05.17 | Aldicarb: Die Produktion des Wirkstoffs wurde bereits seit längerem eingestellt und dieser wird heute nicht mehr eingesetzt. Wir bedauern, dass kein Wirkstoff für die Bekämpfung des Rübenkopfälchens mehr verfügbar ist. Wenn der Wirkstoff Maneb wegfällt, sind aktuell noch alternative Fungizide verfügbar. Der Wirkstoff Linuron ist ein sehr bedeutendes Herbizid. Der drohende Wegfall der Linuron-Produkte wird in manchen Kulturen zu Lückenindikationen führen. Insbesondere bei: Knollenfenchel, Sellerie, Nüsslisalat, Küchenkräuter. Bei den Sonnenblumen, Soja und Ackerbohnen ist die Wirkstoffpalette bereits heute klein. Wenn Linuron als Wirkstoff wegfällt steigt das Risiko für Resistenzen. Um den Schutz der Kulturen zu gewährleisten und Resistenzen zu vermeiden, beantragen wir, Linuron weiterhin zu bewilligen.

Lire la suite