Contenu principal

Initiatives phytos extrêmes : une campagne de votation à la hauteur

Communiqué de presse de l’Union suisse des paysans du 14 janvier 2021

Le 13 juin prochain, le peuple se prononcera sur les deux initiatives phytos extrêmes « Pour une eau potable propre » et « Pour une Suisse libre de pesticides de synthèse ». L’Union suisse des paysans a mis en place une alliance soutenue par de nombreux acteurs pour lutter contre ces deux initiatives. En déployant un large éventail de mesures, cette alliance entend faire sortir un double non des urnes.

Les longues délibérations menées au Parlement et le report de délais en raison de la situation extraordinaire liée au coronavirus ont entraîné divers retards. Mais à présent, la route est tracée : le peuple se prononcera sur les deux initiatives phytos extrêmes « Pour une eau potable propre » et « Pour une Suisse libre de pesticides de synthèse » le 13 juin prochain. La première vise à priver de paiements directs toutes les exploitations agricoles qui utilisent des produits phytosanitaires ou qui achètent des aliments pour nourrir leurs animaux. La seconde prévoit d’interdire de manière générale l’utilisation de pesticides de synthèse dans la production indigène et dans les produits importés. Ces deux initiatives auraient des conséquences désastreuses non seulement pour les familles paysannes de Suisse, mais aussi pour le secteur de la transformation et les consommateurs du pays : la production indigène diminuerait, à l’inverse les importations augmenteraient, le gaspillage alimentaire grimperait en flèche, et le prix des aliments de la région (ou des aliments en général) s’envolerait. En particulier l’initiative sur l’eau potable représente une imposture en bonne et due forme, car elle aurait dans son ensemble un effet néfaste sur l’environnement.

Affiches en ville et à la campagne

À travers une vaste campagne de votation tous azimuts, l’alliance mise en place par l’Union suisse des paysans (USP) entend exposer à la population les nombreuses conséquences négatives des deux initiatives et la convaincre de voter non. La première de ces mesures a été le hissage de drapeaux. Des affiches dans les villes et les agglomérations sur des espaces payants, ainsi que des panneaux et des bannières dans les zones rurales non payantes constitueront les éléments principaux de cette campagne. Cinq visuels différents seront disponibles, de même qu’une version spécifique pour les exploitations bio. L’idée de base est de montrer la préoccupation générale : un citoyen ou une citoyenne scie la branche d’arbre sur laquelle lui ou elle et toutes les autres parties concernées sont assis. Les familles paysannes pourront se procurer les affiches prévues à leur attention auprès de la chambre d’agriculture de leur canton à partir de mi-mars. Ces mêmes visuels seront repris comme bannières en ligne en complément des affiches. L’alliance attend aussi beaucoup de l’appel direct qui sera lancé à la population sur Facebook, Instagram et Twitter dans le cadre de la campagne en ligne « NON aux initiatives phytos extrêmes », de même que du site web éponyme assorti d’une liste d’arguments, d’un exposé des conséquences, d’une foire aux questions et de différentes vidéos explicatives.

Engagement possible de tout un chacun

Sur le site web, toute personne intéressée peut rejoindre le comité national ou se mettre à disposition pour des activités supplémentaires. Des dépliants à distribuer à son entourage ou lors d’actions sur stand, ainsi que des annonces-témoignages dans la presse écrite viendront compléter la campagne nationale. Les chambres cantonales d’agriculture ne se contenteront pas de superviser la mise en œuvre des mesures nationales au niveau cantonal : nombre d’entre elles déploieront en plus leurs propres mesures. D’autres organisations agricoles ont elles aussi prévu des activités supplémentaires. Si nous faisons front commun, un double non est tout à fait réaliste.

Renseignements

Urs Schneider

Directeur adjoint de l'Union Suisse des Paysans
responsable de la campagne

Mobile 079 438 97 17
Email urs.schneider@sbv-usp.ch

Sandra Helfenstein

Union Suisse des Paysans
Responsable suppléante du Département Communication et services internes
Coresponsable de la communication, service Médias & Relations publiques
Porte-parole de l'USP

Téléphone 056 462 52 21
Mobile 079 826 89 75
Email sandra.helfenstein@sbv-usp.ch

Sur le même sujet

Points de vue
Juin 2021 et septembre 2022 : même combat

16.09.22 | Le 25 septembre et la décision sur l’initiative « Non à l’élevage intensif » approchent à grands pas. Ces dernières semaines, de nombreuses exploitations agricoles ont participé à la diffusion des mesures et des arguments en faveur du NON auprès des citoyens. Nous les remercions de tout cœur de leur engagement. Les discussions récentes ont montré une fois de plus à quel point le sujet de l’élevage est émotionnel. C’est la raison pour laquelle les résultats des sondages sont beaucoup moins nets que les bons arguments contre l’initiative ne le laisseraient supposer. Le camp qui saura le mieux mobiliser ses partisans fera tourner l’issue de la votation à son avantage. Est-ce que ce sera la gauche, plutôt urbaine, qui veut couler l’AVS et l’impôt anticipé, ou la bourgeoisie, plutôt rurale, qui ne veut pas mettre en péril l’agriculture suisse et les retraites ?

Lire la suite
Points de vue
Les familles paysannes profitent d’un premier pilier sûr

29.08.22 | Le 25 septembre, outre l’initiative contre l’élevage intensif, nous voterons sur la réforme de l’AVS et son financement additionnel par le biais de la TVA. Pour que la réforme puisse entrer en vigueur, les deux votations doivent avoir été acceptées. L’Union suisse des paysans (USP) a donc décidé de voter deux fois oui. Le fait est que, dans l’agriculture, le revenu à l’âge de la retraite provient à 65% de l’AVS, la moyenne se situant à 56% parmi tous les secteurs et les personnes en Suisse. Par conséquent, une «bonne» rente du premier pilier sûre est décisive pour le niveau de vie de nos retraité(e)s.

Lire la suite
Points de vue
À fond contre l’initiative sur l’élevage intensif

19.08.22 | « L’initiative est vouée à l’échec, alors à quoi bon se donner tant de mal ? », se demande un opposant ; une importante revue spécialisée n’hésite pas à souligner que l’initiative sur l’élevage intensif n’a aucune chance : en ce moment, de telles déclarations ne sont pas rares. Pourtant, selon le premier sondage du groupe Tamedia, l’initiative « Non à l’élevage intensif en Suisse » rassemble une petite majorité. Son titre, intelligemment choisi, n’y est pas pour rien. En effet, qui voudrait d’un élevage intensif ? Personne, ni même nous les paysans ! Ceux qui ne se penchent pas sur les revendications de l’initiative et leurs conséquences, et qui n’ont aucune idée de ce à quoi ressemble l’élevage en Suisse, auront donc tendance à voter oui. Les premiers résultats de tout sondage sont à interpréter avec prudence. Il n’en demeure pas moins étonnant que nous soyons au même taux d’acceptation que lors du premier sondage sur les initiatives « Pour une eau potable propre » et « Pour une Suisse libre de pesticides de synthèse » de l’année dernière. À l’époque, l’agriculture a tout donné : au terme d’un énorme engagement commun, les deux initiatives ont été rejetées par 60 % des votants. L’initiative sur l’élevage intensif semble à son tour séduire une petite majorité de la population. Le rejet n’est donc pas encore garanti.

Lire la suite
Communiqués de presse
Le Conseil fédéral adopte le rapport sur la politique agricole

23.06.22 | Aujourd’hui, le Conseil fédéral a adopté le rapport sur les postulats que lui avait commandé le Parlement après avoir suspendu la PA22+. Ce rapport doit servir de base aux débats sur la prochaine politique agricole. L’USP estime que ce document de fond sera utile pour la suite des discussions.

Lire la suite
Communiqués de presse
Union suisse des paysans : 125 ans et toutes ses dents

07.06.22 | Aujourd’hui, l’Union suisse des paysans fête son 125e anniversaire. Pour cette occasion historique, la présidence et la direction reviennent entre autres à l’hôtel de ville de Berne, où s’est tenue en 1897 la mémorable assemblée constitutive. À l’époque, nombre de familles paysannes connaissaient des conditions économiques difficiles. C’est dans l’optique de mieux défendre les intérêts de ces familles que fut fondée l’association en tant que faîtière de l’agriculture indigène.

Lire la suite
Points de vue
La date de la votation étant enfin définie, nous pouvons maintenant lancer la campagne

03.06.22 | Nous sommes heureux que la date à laquelle le peuple scellera le sort de l’initiative sur l’élevage intensif soit enfin fixée et que nous puissions bientôt passer de la pré-campagne à la campagne de votation. La conférence de presse du comité national aura lieu le 13 juin à Berne. En outre, nous pouvons désormais lancer l’impression des flyers, des affiches, des bâches, etc., afin qu’ils soient distribués dans les semaines à venir, puis installés à temps pour la votation.

Lire la suite
Communiqués de presse
Initiative sur l’élevage intensif : les jeux seront faits le 25 septembre

25.05.22 | Le Conseil fédéral a annoncé les objets de la votation populaire du 25 septembre, parmi lesquels figure comme prévu l’initiative sur l’élevage intensif. Un rejet clair et net de cette initiative requiert un grand élan de solidarité de tout le secteur agricole. Aussi les drapeaux doivent-ils être accrochés dès à présent pour sensibiliser la population avant que ne débute en juin la campagne de votation.

Lire la suite
Communiqués de presse
Réformer ce qui doit l’être, renoncer aux expérimentations

25.05.22 | Le 25 septembre, les citoyens se prononceront sur trois éléments centraux de la stabilité en ces temps d’incertitudes : une AVS et des rentes sûres, le rapatriement de recettes fiscales en Suisse et la sécurité de l'approvisionnement en denrées alimentaires. Concrètement, il s'agit de la réforme AVS21, de la réforme de l'impôt anticipé et de l'initiative populaire contre l'élevage industriel. Une large alliance de l'économie s'engage en faveur des réformes de l'AVS et de l'impôt anticipé et s'oppose à de nouvelles prescriptions pour l'agriculture qui, au final, ne font qu'accroître la dépendance vis-à-vis de l'étranger.

Lire la suite