Contenu principal

La baisse du prix du lait sert-elle à accroître les marges ?

Communiqué de presse de l’Union suisse des paysans du 5 juillet 2019

Il est incompréhensible que les entreprises les mieux positionnées sur le marché suisse veuillent faire passer coûte que coûte des baisses de prix du lait à l’approche de la période de faible production, alors que tous les principaux indicateurs de marché laissent entrevoir une stabilité ou une évolution positive. Bien des éléments donnent à penser que les acheteurs procèdent ici à une augmentation sans détour de leurs marges sur le dos des producteurs de lait. L’Union suisse des paysans et les Producteurs Suisses de Lait condamnent cette façon de faire. Les deux organisations exigent très clairement une hausse de 3 centimes du prix du lait pour rémunérer les prestations supplémentaires du « Tapis vert ».

Les négociations du prix du lait à partir du 1er juillet 2019 ne sont pas encore achevées. Les baisses du prix du lait réclamées par les acheteurs restent encore et toujours d’actualité. Le marché, lui, évolue encore et toujours dans une autre direction. Des arguments commerciaux objectifs justifiant aussi peu que ce soit la démarche annoncée font toujours défaut. Les faits sont les suivants :

  • les stocks de beurre se révèlent bas ;
  • les livraisons de lait restent inférieures à celles de l’année dernière ;
  • l’indice du prix indicatif du lait A est en hausse ;
  • la situation du marché et les perspectives dans l’UE se montrent stables à légèrement positives.

La donne n’a toujours pas changé après des investigations approfondies et les discussions menées entre-temps. Il n’y a pas de nouveaux éléments factuels permettant d’arriver à une autre conclusion. C’est pourquoi l’Union suisse des paysans (USP) et les Producteurs Suisses de Lait (PSL) condamnent encore avec autant de détermination la démarche prévue par divers acheteurs de lait.

Il est essentiel que les groupes de négociation manifestent aussi leur incompréhension en termes clairs. Les producteurs suisses de lait créent une valeur ajoutée avérée, qui contribue de façon absolument substantielle à un meilleur positionnement. Il est dès lors inadmissible que le secteur en aval en profite à fond pour augmenter ses marges. Ce n’est pas ainsi que fonctionne une collaboration dans un esprit de partenariat.

Les producteurs de lait se sentent livrés à la merci d’acteurs tout-puissants sur le marché. Dans l’optique des débats autour de la PA22+, des réflexions supplémentaires sur de meilleures conditions-cadres seront indispensables pour mettre les producteurs dans une position d’égalité avec les autres acteurs du marché.

Le guide pratique et liste de contrôle « Bovins et sentiers pédestres » est conforme aux prescriptions en vigueur en matière de sécurité et de prévention des accidents. Comme le montre la jurisprudence, ce document et les mesures prises jouent un rôle important dans les jugements rendus à la suite d’événements dommageables. La liste de contrôle a fait ses preuves. Disponible auprès du SPAA, de l’USP, de Vache mère Suisse et de Suisse Rando, elle est aussi disponible en ligne.

Renseignements

Reto Burkhardt

Producteurs Suisses de Lait
Téléphone 079 285 51 01

Jacques Bourgeois

Jacques Bourgeois

Union Suisse des Paysans
Directeur
Conseiller national

Téléphone 079 219 32 33
E-Mail jacques.bourgeois@sbv-usp.ch

Martin Rufer

Martin Rufer

Directeur de l'Union Suisse des Paysans
Chef du groupe de travail ad hoc sur le coronavirus et responsable departement production, marché & écologie

Téléphone 078 803 45 54
EMail martin.rufer@sbv-usp.ch

Sur le même sujet

Rapports de situation Statistique de la semaine 06.04 - 10.04.20

08.04.20 | Le commerce de détail rapporte que les ventes de légumes ont fortement augmenté. Une augmentation des ventes était attendue en raison de la suppression des restaurants et du tourisme d'achats. Les légumes fournis-sent relativement peu d'énergie alimentaire, mais de nombreux minéraux et vitamines. En 2018, 887 317 tonnes de légumes ont été consommées, ce qui a fourni 739 térajoules d'énergie alimentaire. À 833 kilojoules par kilo-gramme, ceci correspond à la densité d'énergie la plus faible de tous les groupes d'aliments. C'est pourquoi nous ramenons les légumes en grande quantité à la maison. Donc, il n'est pas étonnant que l'augmentation des ventes de légumes soit particulièrement visible.

Lire la suite
Communiqués de presse
Les exploitations agricoles sont essentielles à l’approvisionnement

01.04.20 | La Confédération fait savoir que les exploitations agricoles sont essentielles à l’approvisionnement de la Suisse et qu’elles peuvent par conséquent poursuivre leur travail. De son côté, l’Union suisse des paysans continue de chercher des solutions pour les exploitations impactées par le coronavirus. Elle salue aussi les mesures qu’a prises aujourd’hui le Conseil fédéral pour désengorger le marché de la viande.

Lire la suite
Communiqués de presse
Une plateforme pour le placement de main-d’œuvre dans l’agriculture

25.03.20 | En raison du coronavirus, agrix.ch propose dès maintenant une bourse d’emplois dans l’agriculture au niveau national.

Lire la suite
Communiqués de presse
Des mesures pour faire face à la crise du coronavirus

21.03.20 | L’Union suisse des paysans et ses organisations membres ont du pain sur la planche : elles sont en train de traiter avec assiduité des différents problèmes et des questions ouvertes que pose la situation exceptionnelle liée au coronavirus pour les secteurs agricole et alimentaire, ainsi que pour les familles paysannes.

Lire la suite
Communiqués de presse
Annonce préalable obligatoire pour la main-d’œuvre étrangère

20.03.20 | L’entrée en Suisse des travailleurs étrangers sur présentation d’un contrat de travail est autorisée jusqu’à jeudi prochain. Cependant, ces travailleurs doivent d’abord avoir été annoncés auprès des autorités. L’Union suisse des paysans met un formulaire à la disposition des employeurs. La situation qui règne aux frontières suisses est tendue. C’est pourquoi les travailleurs étrangers qui disposent d’un contrat de travail mais pas d’un permis de séjour ne peuvent entrer sur le territoire qu’après avoir été annoncés. L’Union suisse des paysans a préparé un formulaire à cet effet. Aujourd’hui à 16 h 00, elle transmettra aux autorités les personnes annoncées par ce biais pour qu’elles puissent entrer demain en Suisse. La prochaine annonce aura lieu lundi au plus tard. Les employeurs qui attendent de la main-d’œuvre étrangère dans les jours à venir doivent donc s’affranchir de cette nouvelle formalité. Les personnes que l’Union maraîchère suisse et Fruit-Union Suisse ont déjà annoncées ne sont pas concernées. La réglementation actuelle dure encore jusqu’au jeudi 26 mars. La dernière annonce sera donc faite le mercredi 25 à 16 h 00. À partir du vendredi 27, tout travailleur étranger devra présenter un permis de séjour en plus d’un contrat de travail pour pouvoir entrer en Suisse. La marche à suivre concernant les permis de séjour figure sur notre site internet.

Lire la suite
Communiqués de presse
Main-d'œuvre étrangère : il faut agir tout de suite !

18.03.20 | Les frontières suisses sont fermées à cause du coronavirus. Pour entrer en Suisse, les travailleurs étrangers ont besoin d’un permis de séjour. Les employeurs doivent demander ces permis tout de suite.

Lire la suite
Communiqués de presse
Les magasins de ferme peuvent rester ouverts

17.03.20 | Les magasins de ferme peuvent continuer de vendre des aliments. Dans les magasins avec personnel, il convient de respecter les prescriptions de l’Office fédéral de la santé publique. Depuis aujourd’hui, la Suisse se trouve dans une « situation extraordinaire » aux termes de la loi sur les épidémies. Tous les magasins, restaurants, bars, ainsi que les établissements de divertissement et de loisirs resteront fermés jusqu’au 19 avril 2020 en tout cas. Les magasins d’alimentation et, partant, les magasins de ferme situés sur les exploitations agricoles ne sont pas concernés par cette mesure. La situation ne pose pas de problème dans le cas des magasins de ferme en self-service. Par contre, dans les magasins de ferme avec personnel, il convient de respecter les prescriptions de l’Office fédéral de la santé publique. Parmi ces prescriptions figurent des mesures d’hygiène, comme se laver soigneusement les mains, renoncer aux poignées de main et garder ses distances par rapport aux autres personnes. Dans le cadre de cette dernière mesure, il faut peut-être aussi limiter le nombre de clients présents dans le magasin. Il serait aussi idéal de proposer un moyen de paiement sans espèces. Sur ce point, l’Union suisse des paysans (USP) collabore depuis un certain temps maintenant avec TWINT. Toutes les informations sont disponibles sur www.a-la-ferme.ch. La tenue de marchés hebdomadaires n’est plus permise.

Lire la suite
Communiqués de presse
Un secteur agroalimentaire indigène fort garantit des étagères pleines

17.03.20 | La population s'inquiète de l'approvisionnement alimentaire, ce qui se traduit par l'achat massif de denrées alimentaires par des particuliers. Le secteur agroalimentaire suisse est bien positionné. Grâce à la production et à la transformation locale, notre pays dispose d'une solide infrastructure de production qui assure un degré élevé d'auto-approvisionnement en denrées alimentaires de base telles que la farine, les pommes de terre, les produits laitiers, les fruits, les légumes, la viande et le sucre. Il contribue également de manière importante à l'approvisionnement de la population par la production locale de produits transformés, souvent de longue conservation, tels que les pâtes, les soupes, les sauces, les boissons, le chocolat et les pâtisseries. La production alimentaire locale permet un flux rapide de marchandises vers les consommateurs. Il n'y a pas de justification pour des achats de denrées alimentaires supérieurs aux réserves recommandées par le Conseil fédéral. Ces achats représentent une charge de travail supplémentaire inutile pour les personnes actives dans la branche.

Lire la suite