Contenu principal

La propreté de l’eau potable est dans l’intérêt de tous

Communiqué de presse de l’Union suisse des paysans du 15 août 2019

Le rapport de l’Observation nationale des eaux souterraines que l’Office fédéral de l’environnement a publié aujourd’hui montre que des efforts doivent être déployés à tous les niveaux pour continuer d’assurer la protection de l’eau potable. L’agriculture respecte ses engagements. 

En ce jour, l’Office fédéral de l’environnement (OFEV) a publié le rapport de l’Observation nationale des eaux souterraines pour les années 2007 à 2016. Ce rapport montre que, pendant ce laps de temps, la présence de résidus de produits phytosanitaires n’a pas dépassé les exigences quantitatives dans 98 % des stations de mesure. Les secteurs de la société et de l’industrie devraient en prendre de la graine : à titre d’exemple, la valeur limite des hydrocarbures halogénés a été dépassée dans 4 % des stations. Pour des résidus tels que les médicaments, qui se retrouvent souvent dans les eaux souterraines, il n’existe pas de valeur maximale dans le cadre de l’eau potable.

La période étudiée est comprise avant l’introduction du Plan d’action national Produits phytosanitaires à la fin de l’été 2017. Depuis lors, la protection des eaux revêt une importance d’autant plus grande. Les 51 mesures concrètes ainsi que les objectifs et les délais contraignants du plan d’action doivent empêcher au maximum l’arrivée de résidus nocifs issus de l’agriculture dans les eaux souterraines et de surface. Par ailleurs, les cantons mettent en œuvre de nombreux projets de gestion des ressources dans le domaine de la protection des végétaux, auxquels les familles paysannes participent en grand nombre.

Ces derniers mois, la situation des métabolites considérés comme « non problématiques » et donc comme « non pertinents » par le milieu scientifique a connu une petite révolution. Jusqu’à présent, le chlorothalonil, une substance active présente dans de nombreux fongicides appliqués dans les cultures céréalières, maraîchères et viticoles, était considéré comme « non pertinent ». Aussi n’était-il soumis à aucune valeur limite. Depuis peu, les autorités européennes de la santé et, par la suite, les autorités suisses jugent le chlorothalonil « pertinent ». Bien que la présence de résidus dans l’eau potable n’ait pas augmenté, les règles du jeu ont vite changé. Certains distributeurs d’eau ont dû prendre des mesures, car la présence de la substance en question était supérieure à l’exigence quantitative de 0,1 µg/l. L’exemple du chlorothalonil montre que le système fonctionne, et que les autorités compétentes agissent sur la base de l’état actuel des connaissances. Il a déjà été annoncé que chlorothalonil verrait son autorisation retirée cet automne. Une eau potable propre est dans l’intérêt de tous, y compris de l’agriculture. Celle-ci soutient sans réserve le Plan d’action Produits phytosanitaires et met les mesures prévues en œuvre. Un pessimisme unilatéral (et teinté d’idéologie politique) vis-à-vis du secteur agricole n’a donc pas lieu d’être.

Il convient de rappeler que 42 % des captages n’ont pas encore été délimités conformément au droit fédéral, et la situation des aires d’approvisionnement n’est guère plus glorieuse. Ce sont donc les cantons, ou plus précisément les autorités compétentes, qui n’ont pas encore fait suffisamment d’efforts pour protéger l’eau potable. Selon l’OFEV, la mise en œuvre systématique de toutes les prescriptions en vigueur permet de résoudre une bonne partie des problèmes actuels.

Renseignements

Markus Ritter

Markus Ritter

Union Suisse des Paysans
Président
Conseiller national

Téléphone 079 300 56 93
EMail markus.ritter@parl.ch

Jacques Bourgeois

Jacques Bourgeois

Union Suisse des Paysans
Directeur
Conseiller national

Téléphone 079 219 32 33
E-Mail jacques.bourgeois@sbv-usp.ch

Martin Rufer

Martin Rufer

Union Suisse des Paysans
Responsable departement production, marché & écologie

Téléphone 078 803 45 54
EMail martin.rufer@sbv-usp.ch

David Brugger

David Brugger

Union Suisse des Paysans
Responsable de la Division Production végétale

Téléphone 077 438 90 88
Email david.brugger@sbv-usp.ch

Sur le même sujet

Communiqués de presse « Nous protégeons ce que nous aimons »

21.01.19 | L’Union suisse des paysans veut profiter de l’année 2019 pour réaliser un travail d’information sur les thèmes soulevés par l’initiative pour une eau potable propre, avant tout sur la protection des végétaux et l’alimentation des animaux. Un groupe national d’accompagnement a entamé son travail, et divers projets sont lancés. Les familles paysannes sont invitées à mettre du leur !

Lire la suite
Communiqués de presse
Améliorer l’approvisionnement en fourrages suisses

12.07.18 | De nos jours, l’utilisation de produits phytosanitaires alimente de nombreux débats. Aussi l'Union suisse des paysans a-t-elle publié un magazine pour faire le point sur ces produits, sur les défis qu'ils représentent et sur les solutions à disposition. À Schalunen (BE), sur l’exploitation associée au projet bernois de protection des plantes que tiennent Ana Maria et Markus Lüscher, l’agriculture suisse a montré où elle en est et où elle veut aller.

Lire la suite
Communiqués de presse
L’initiative pour une eau potable propre rejetée à juste titre par le Conseil fédéral

15.06.18 | Jugée draconienne, l'initiative pour une eau potable propre n’a pas convaincu le gouvernement. Ce dernier ne veut pas non plus lui opposer de contre-projet. L’Union suisse des paysans salue ces deux décisions : l’initiative est extrême, et des mesures concrètes sont déjà déployées pour répondre à ses revendications. L’agriculture est en train de faire ce qu’elle a à faire en concrétisant divers plans d’actions et stratégies.

Lire la suite
Communiqués de presse
Un débat déconnecté de la réalité du marché

25.05.18 | L’initiative de Future 3 « Pour une Suisse libre de pesticides de synthèse » renchérirait les produits alimentaires et restreindrait le libre choix du consommateur. Par ailleurs, elle ne vise aucun autre domaine utilisant ces produits. C’est pourquoi l’Union suisse des paysans rejette cette initiative.

Lire la suite
Communiqués de presse
Oui à une eau potable propre, non à l‘initiative

18.01.18 | Aujourd’hui, le comité de l’initiative sur l’eau potable a déposé à la Chancellerie fédérale les signatures récoltées. L’aboutissement de l’initiative montre que la population tient à la propreté de cette eau. L’agriculture suisse veut aussi de l’eau propre et entend apporter sa pierre à l'édifice. Elle ne pourra pas le faire si elle ne produit presque plus rien. En effet, l’initiative prévoit de se détourner des denrées alimentaires indigènes au profit de produits importés et cultivés bien souvent dans des conditions douteuses en matière d’écologie et de bien-être animal.

Lire la suite
Prises de position Totalrevision der Verordnung des WBF über Mindestvorschriften für die Anerkennung von Bildungsgängen und Nachdiplomstudien der höheren Fachschulen (MiVo-HF; SR 412.101.61)

23.03.17 | Mit dem Artikel 3 Absatz 1 wird die frühere Unterscheidung des Umfangs von Bildungsgängen, die auf einschlägigen EFZ aufbauen und Bildungsgängen, die auf anderen Abschlüssen der Sekundarstufe II beruhen, aufgehoben. In der revidierten MiVo-HF wird der Mindestumfang generell mit 3600 Lernstunden beziffert. Weiter sollen mit dem Absatz 2 neu die begleitende Berufstätigkeit und die Praktika gleichbehandelt werden. Aus unserer Sicht bringen beide Anpassungen eine Vereinfachung der Handhabung, was der Schweizer Bauernverband und die Organisation der Arbeitswelt (Oda Agri AliForm) begrüssen. Artikel 9, Absatz 1 Buchstabe c besagt, dass in den Rahmenlehrplänen die Angebotsformen mit den Lernstunden und deren Aufteilung festzulegen sind. Da die Rahmenlehrpläne gemäss Buchstabe b kompetenzorientiert formuliert werden, ist eine weitere Unterteilung in die Angebotsformen aus unserer Sicht nicht zielführend.

Lire la suite
Prises de position Direkter Gegenentwurf zur Volksinitiative «Raus aus der Sackgasse!»

01.03.17 | Das Schweizer Stimmvolk hat sich am 9. Februar 2014 für eine eigenständige Steuerung der Zuwanderung entschieden. Der SBV unterstützt deshalb, dass die Zuwanderung mit geeigneten Mass-nahmen gesteuert und begrenzt werden soll. Kurzaufenthalter mit bis zu 12 Monaten Aufenthaltsdauer, die auch nicht zur ständigen Wohnbevölkerung zählen, dürfen aber nicht unter die Beschränkungen fallen. Der SBV ist sich auch der Notwendigkeit bewusst, das Inländerpotenzial so gut wie möglich zu nutzen.

Lire la suite