Contenu principal

Le bon plan anti-gaspi : acheter à la ferme des aliments écartés de la commercialisation

Communiqué de presse de l’Union suisse des paysans du 25 juin 2020

En déployant diverses mesures, l’Union suisse des paysans s’engage pour réduire le gaspillage alimentaire à l’échelon du secteur agricole. Les magasins de ferme peuvent étiqueter des produits naturels invendables comme tels ou les écouler grâce à Too Good To Go. Par cette démarche, la faîtière agricole veut améliorer l’accueil réservé aux produits naturels imparfaits, redonner aux aliments leur juste valeur en général, et contribuer à la protection du climat.

Près du tiers de tous les aliments produits en Suisse est perdu ou gaspillé entre le champ et l’assiette. Par année, cette quantité équivaut à 2,6 millions de tonnes environ. À l’échelon du secteur agricole, ce sont notamment les critères de qualité stricts du commerce et de la transformation qui empêchent des produits alimentaires d’entrer dans l’alimentation humaine. Cependant, il sera difficile de revoir ces critères tant que les acheteurs et les consommateurs se montreront peu enclins à acheter des produits naturels présentant quelques imperfections. C’est sur cet aspect que se concentre une activité de l’Union suisse des paysans (USP) dans le cadre de la campagne nationale «SAVE FOOD, FIGHT WASTE.» : les exploitations pratiquant la vente directe peuvent signaler des produits invendables avec des autocollants gratuits ad hoc et néanmoins les vendre à un prix réduit. Des prospectus complémentaires expliquent à la clientèle que l’achat de ces produits un peu moins ragoûtants contribue à lutter contre le gaspillage alimentaire et à protéger le climat. Le site a-la-ferme.ch englobe toutes les exploitations de vente directe participantes.

Sur le site www.agriculture-durable.ch, la population trouvera désormais non seulement des informations générales sur le gaspillage alimentaire, mais aussi huit astuces concrètes de la part d’une paysanne. Sur le site de l’USP, dans le dossier « Gaspillage alimentaire », les familles paysannes concernées trouveront une liste d’acheteurs qui pourraient être intéressés à reprendre une partie des quantités relativement importantes de marchandise que les partenaires commerciaux ne prennent pas en charge pour des raisons de qualité. Les activités déployées dans le cadre de «SAVE FOOD, FIGHT WASTE.» doivent mener la population à apprécier davantage la nourriture et à reconnaître que l’aspect des produits naturels peut varier.

 

Too Good To Go

L’Union suisse des paysans collabore aussi avec l’application mobile gratuite « Too Good To Go » pour sauver des aliments. Les exploitations peuvent s’inscrire sur le site web de Too Good To Go et proposer aux utilisateurs de l’application un « panier surprise » contenant des produits naturels invendables, des salades ou des pains de la veille. Les exploitations réalisent ainsi un petit gain, répondent à un besoin des clients et apportent une contribution active à la réduction du gaspillage alimentaire.

Renseignements

Sandra Helfenstein

Union Suisse des Paysans
Responsable suppléante du Département Communication et services internes
Coresponsable de la communication, service Médias & Relations publiques
Porte-parole de l'USP

Téléphone 056 462 52 21
Mobile 079 826 89 75
Email sandra.helfenstein@sbv-usp.ch

Andrea Oldani

Union suisse des paysans
Communication
Responsable du projet Brunch du 1er août et a-la-ferme.ch

Téléphone   079 889 98 58
Email           andrea.oldani@sbv-usp.ch 

Sur le même sujet

Prises de position Totalrevision der Verordnung des WBF über Mindestvorschriften für die Anerkennung von Bildungsgängen und Nachdiplomstudien der höheren Fachschulen (MiVo-HF; SR 412.101.61)

23.03.17 | Mit dem Artikel 3 Absatz 1 wird die frühere Unterscheidung des Umfangs von Bildungsgängen, die auf einschlägigen EFZ aufbauen und Bildungsgängen, die auf anderen Abschlüssen der Sekundarstufe II beruhen, aufgehoben. In der revidierten MiVo-HF wird der Mindestumfang generell mit 3600 Lernstunden beziffert. Weiter sollen mit dem Absatz 2 neu die begleitende Berufstätigkeit und die Praktika gleichbehandelt werden. Aus unserer Sicht bringen beide Anpassungen eine Vereinfachung der Handhabung, was der Schweizer Bauernverband und die Organisation der Arbeitswelt (Oda Agri AliForm) begrüssen. Artikel 9, Absatz 1 Buchstabe c besagt, dass in den Rahmenlehrplänen die Angebotsformen mit den Lernstunden und deren Aufteilung festzulegen sind. Da die Rahmenlehrpläne gemäss Buchstabe b kompetenzorientiert formuliert werden, ist eine weitere Unterteilung in die Angebotsformen aus unserer Sicht nicht zielführend.

Lire la suite
Prises de position Direkter Gegenentwurf zur Volksinitiative «Raus aus der Sackgasse!»

01.03.17 | Das Schweizer Stimmvolk hat sich am 9. Februar 2014 für eine eigenständige Steuerung der Zuwanderung entschieden. Der SBV unterstützt deshalb, dass die Zuwanderung mit geeigneten Mass-nahmen gesteuert und begrenzt werden soll. Kurzaufenthalter mit bis zu 12 Monaten Aufenthaltsdauer, die auch nicht zur ständigen Wohnbevölkerung zählen, dürfen aber nicht unter die Beschränkungen fallen. Der SBV ist sich auch der Notwendigkeit bewusst, das Inländerpotenzial so gut wie möglich zu nutzen.

Lire la suite