Contenu principal

Le menu de nos animaux de rente : l’USP fait le point

Communiqué de presse de l’Union suisse des paysans du 27 mai 2021

La nourriture des animaux de rente suisses et son origine occupent une place importante dans la campagne actuelle de votation sur l’initiative pour une eau potable propre. Dans son nouveau magazine ZOOM, intitulé « Le menu de nos animaux de rente », l’Union suisse des paysans a rassemblé les faits en lien avec l’affourragement. Sur la totalité des aliments donnés à manger à nos animaux, 84 % sont d’origine indigène et 97 % proviennent d’Europe. De plus, les animaux de rente valorisent près d’un million de tonnes des sous-produits qu’engendre la transformation des aliments, réduisant ainsi le gaspillage alimentaire.

Les animaux de rente suisses consomment au total 30 millions de tonnes d’aliments. Convertie en matière sèche (sans l’eau), cette quantité équivaut à 8 millions de tonnes environ. Les trois quarts sont des fourrages grossiers, c’est-à-dire surtout de l’herbe et du foin, dont 95 % proviennent de Suisse. Les vaches et autres bovins reçoivent des minéraux supplémentaires, et les vaches laitières des aliments concentrés en plus suivant leur production. Cependant, l’utilisation des aliments concentrés est relativement faible dans la production laitière suisse. La plus grande partie sert à nourrir les volailles et les porcs. Ces aliments proviennent à 40 % de Suisse. À noter que, au cours de ces dernières années, le nombre de volailles en particulier a connu une forte hausse suite à l’explosion de la demande aussi bien d’œufs que de poulet.

Moins de gaspillage alimentaire grâce aux animaux de rente

La plupart du temps, ce sont des céréales fourragères (blé, orge) et des légumineuses (petits pois, haricots) qui entrent dans la composition des mélanges d’aliments concentrés. Il s’y trouve également quelque 365 000 tonnes de sous-produits et de déchets issus de la transformation alimentaire, comme les déchets de minoterie, les tourteaux de colza ou la pulpe des betteraves sucrières. Les porcs s’avèrent être des réducteurs de gaspillage alimentaire très efficaces. Ils valorisent aussi environ 585 000 tonnes de petit-lait provenant de la production fromagère.

Du soja d’Europe plutôt que d’Amérique du Sud

La nourriture des animaux de rente suisses est à 84 % d’origine indigène. Sur les 8 millions de tonnes nécessaires au total, environ 1,3 million de tonnes sont importées. À peu près 80 % des aliments importés pour les animaux proviennent de l’Union européenne, en premier lieu d’Allemagne et de France. Depuis un certain temps, l’agriculture suisse mise sur le soja européen. La part de celui-ci a été multipliée par cinq au cours des cinq dernières années et représente désormais plus de la moitié du soja donné à manger aux animaux.

Des importations responsables

La Suisse n’importe que des aliments sans OGM pour nourrir ses animaux. La totalité du soja importé est certifiée durable, réduisant ainsi de 60 % les émissions de gaz à effet de serre qui en découlent. Par conséquent, la Suisse joue un rôle de pionnier dans le monde entier. De plus, le secteur agricole vient de décider de sa propre initiative d’introduire des critères de durabilité pour d’autres aliments importés, tels que les céréales fourragères, les brisures de riz ou le gluten de maïs. L’agriculture a donc aussi une longueur d’avance sur l’alimentation humaine. Dans le magazine ZOOM « Le menu de nos animaux de rente » figurent de plus amples informations sur l’alimentation des différentes espèces animales, ainsi que d’autres détails.

Renseignements

Michel Darbellay

Responsable du département Production, marché et écologie de l’USP

Téléphone        078 801 16 91
E-Mail               michel.darbellay@sbv-usp.ch 

Niklaus Ramseyer

Niklaus Ramseyer

Union Suisse des Paysans
Division Production végétale

Téléphone 056 462 50 13
EMail niklaus.ramseyer@sbv-usp.ch

Sur le même sujet

En direct de l'USP
En direct de l’USP n°9-2024

04.03.24 | L'USP a lancé la consultation interne sur la révision de l'ordonnance sur les produits phytosanitaires, qui touche aux émoluments. Du point de vue de l'agriculture, cette révision rate sa cible.

Lire la suite
Communiqués de presse
Pas de dépenses au détriment de l’agriculture !

03.03.24 | Le peuple suisse a approuvé la 13e rente AVS pour toutes et tous. Il accepte ainsi des dépenses annuelles supplémentaires pour le premier pilier de l’ordre de 4 à 5 milliards de francs, dont le financement reste totalement ouvert.

Lire la suite
Communiqués de presse
Un premier pas tardif pour améliorer la situation

01.03.24 | Aujourd’hui, l’Interprofession du lait a décidé d’augmenter le prix indicatif du lait de trois centimes, mais seulement à partir du troisième trimestre. L’Union suisse des paysans (USP) reconnaît qu’il s’agit là d’un premier pas. Les transformateurs et les distributeurs ont compris la gravité de la situation, dans la mesure où aucune amélioration n’était susceptible d’attiser la frustration de la base paysanne.

Lire la suite
Prises de position Finanzierung von Gebäudeschäden bei Erdbeben

27.02.24 | Stellungnahme des Schweizer Bauernverbands zur Finanzierung von Gebäudeschäden bei Erdbeben.

Lire la suite
Prises de position Angleichung der EO-Leistungen

27.02.24 | Stellungnahme des Schweizer Bauernverbands zur Angleichung der EO-Leistungen.

Lire la suite
En direct de l'USP
En direct de l’USP n°8-2024

26.02.24 | L'USP a lancé la consultation interne sur la révision de l'ordonnance sur les produits phytosanitaires, qui touche aux émoluments. Du point de vue de l'agriculture, cette révision rate sa cible.

Lire la suite
En direct de l'USP
En direct de l’USP n°7-2024

20.02.24 | Le GT Affaires internationales s’est réuni lors de sa rencontre annuelle. Les politiques commerciale et européenne, la conférence ministérielle de l'OMC et les prochains accords de libre-échange ont fait l’objet de débats.

Lire la suite
Communiqués de presse
Pas question de réduire le budget agricole !

14.02.24 | Le Conseil fédéral doit rééquilibrer les finances de la Confédération. Mais au lieu d’économiser là où les dépenses augmentent, il veut faire passer entre autres l’agriculture à la caisse. À cet effet, il prévoit une réduction linéaire des dépenses faiblement liées dans le budget 2025. Pour l’Union suisse des paysans, il n’est pas question de réduire le budget agricole.

Lire la suite