Contenu principal

Le menu de nos animaux de rente : l’USP fait le point

Communiqué de presse de l’Union suisse des paysans du 27 mai 2021

La nourriture des animaux de rente suisses et son origine occupent une place importante dans la campagne actuelle de votation sur l’initiative pour une eau potable propre. Dans son nouveau magazine ZOOM, intitulé « Le menu de nos animaux de rente », l’Union suisse des paysans a rassemblé les faits en lien avec l’affourragement. Sur la totalité des aliments donnés à manger à nos animaux, 84 % sont d’origine indigène et 97 % proviennent d’Europe. De plus, les animaux de rente valorisent près d’un million de tonnes des sous-produits qu’engendre la transformation des aliments, réduisant ainsi le gaspillage alimentaire.

Les animaux de rente suisses consomment au total 30 millions de tonnes d’aliments. Convertie en matière sèche (sans l’eau), cette quantité équivaut à 8 millions de tonnes environ. Les trois quarts sont des fourrages grossiers, c’est-à-dire surtout de l’herbe et du foin, dont 95 % proviennent de Suisse. Les vaches et autres bovins reçoivent des minéraux supplémentaires, et les vaches laitières des aliments concentrés en plus suivant leur production. Cependant, l’utilisation des aliments concentrés est relativement faible dans la production laitière suisse. La plus grande partie sert à nourrir les volailles et les porcs. Ces aliments proviennent à 40 % de Suisse. À noter que, au cours de ces dernières années, le nombre de volailles en particulier a connu une forte hausse suite à l’explosion de la demande aussi bien d’œufs que de poulet.

Moins de gaspillage alimentaire grâce aux animaux de rente

La plupart du temps, ce sont des céréales fourragères (blé, orge) et des légumineuses (petits pois, haricots) qui entrent dans la composition des mélanges d’aliments concentrés. Il s’y trouve également quelque 365 000 tonnes de sous-produits et de déchets issus de la transformation alimentaire, comme les déchets de minoterie, les tourteaux de colza ou la pulpe des betteraves sucrières. Les porcs s’avèrent être des réducteurs de gaspillage alimentaire très efficaces. Ils valorisent aussi environ 585 000 tonnes de petit-lait provenant de la production fromagère.

Du soja d’Europe plutôt que d’Amérique du Sud

La nourriture des animaux de rente suisses est à 84 % d’origine indigène. Sur les 8 millions de tonnes nécessaires au total, environ 1,3 million de tonnes sont importées. À peu près 80 % des aliments importés pour les animaux proviennent de l’Union européenne, en premier lieu d’Allemagne et de France. Depuis un certain temps, l’agriculture suisse mise sur le soja européen. La part de celui-ci a été multipliée par cinq au cours des cinq dernières années et représente désormais plus de la moitié du soja donné à manger aux animaux.

Des importations responsables

La Suisse n’importe que des aliments sans OGM pour nourrir ses animaux. La totalité du soja importé est certifiée durable, réduisant ainsi de 60 % les émissions de gaz à effet de serre qui en découlent. Par conséquent, la Suisse joue un rôle de pionnier dans le monde entier. De plus, le secteur agricole vient de décider de sa propre initiative d’introduire des critères de durabilité pour d’autres aliments importés, tels que les céréales fourragères, les brisures de riz ou le gluten de maïs. L’agriculture a donc aussi une longueur d’avance sur l’alimentation humaine. Dans le magazine ZOOM « Le menu de nos animaux de rente » figurent de plus amples informations sur l’alimentation des différentes espèces animales, ainsi que d’autres détails.

Renseignements

Michel Darbellay

Responsable du département Production, marché et écologie de l’USP

Téléphone        078 801 16 91
E-Mail               michel.darbellay@sbv-usp.ch 

Niklaus Ramseyer

Niklaus Ramseyer

Union Suisse des Paysans
Division Production végétale

Téléphone 056 462 50 13
EMail niklaus.ramseyer@sbv-usp.ch

Sur le même sujet

Prises de position Änderung des Bundesgesetzes über die Schweizerischen Bundesbahnen (SBBG).

14.02.23 | Stellungnahme des Schweizer Bauernverbands über die Änderung des Bundesgesetzes über die Schweizerischen Bundesbahnen (SBBG).

Lire la suite
En direct de l'USP
En direct de l’USP n° 6

13.02.23 | Lors de l’entretien au sommet avec Coop, l'USP a une nouvelle fois insisté sur la forte augmentation des coûts de production et donc sur la nécessité d’augmenter les prix à la production.

Lire la suite
AGRISTAT Actuel
Agristat « Actuel » 01-23 : La durée de la période de végétation s’allonge

10.02.23 | En Suisse, la hausse des températures prolonge la période de végétation dans la culture fourragère. Cette période correspond à l’intervalle qui sépare le début du pâturage au printemps du début de l’affourragement hivernal en automne. La hausse des températures avance surtout l’utilisation des pâturages au printemps. Une hausse de 1°C de la température annuelle moyenne entraîne une prolongation de la période de végétation estimée à 5,8 jours dans la zone de plaine et à 6,8 jours dans la zone des collines.

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - janvier 2023

10.02.23 | Le temps doux de la première quinzaine de janvier a fait place à une météo nettement plus froide au cours de la seconde moitié du mois. Sur le Plateau, la température a dépassé la norme 1991-2020 de 1 à 2 degrés. Dans les Alpes, la température a baissé de 0,4 à 0,7 degré en dessous de la norme. Au début du mois, certaines régions, parfois même de moyenne altitude, n’ont pas connu de neige. Il a fallu attendre le 16 janvier pour que des températures plus basses l’amènent jusqu’en plaine. Dans l’ensemble, les précipitations ont toutefois été peu abondantes en janvier : du Valais aux Grisons en passant par le Tessin et les Alpes centrales, les valeurs sont restées inférieures à 50 % de la norme, çà et là même à 30 %. Seuls l’ouest du Plateau et le Bas-Valais ont été arrosés par des précipitations moyennes à légèrement supérieures à d’habitude.

Lire la suite
Prises de position Pa. Iv. 20.456 n Candinas

07.02.23 | Stellungnahme des Schweizer Bauernverbands zur Pa. Iv. 20.456 n Candinas.

Lire la suite
En direct de l'USP
En direct de l’USP n° 5

06.02.23 | À l’avenir, les aliments importés par avion devront être déclarés comme tels. Notre but est d'accroître la transparence pour les consommateurs, y c. sur les modes de production interdits en Suisse.

Lire la suite
Communiqués de presse
Répartition inéquitable des responsabilités

02.02.23 | Lors d’un sommet national sur l’alimentation, un comité scientifique a remis au Conseil fédéral ses recommandations pour développer notre système alimentaire. Sur le principe, ces recommandations font appel à la responsabilité de toute la chaîne de création de valeur, des producteurs aux consommateurs, chose que l’Union suisse des paysans considère comme positive. Or, la plupart des mesures contraignantes proposées ne s’appliquent qu’à l’agriculture et vont trop loin : un fait inacceptable et une occasion manquée pour la mise en place d’une politique alimentaire globale crédible.

Lire la suite
Communiqués de presse
La CER-N suit le Conseil des États

31.01.23 | La Commission de l’économie et des redevances du Conseil national a terminé d’examiner le mini-paquet de la PA22+ et propose à la Chambre basse de l’adopter lors de la session de printemps. L’Union suisse des paysans se félicite que la commission ait suivi la plupart des décisions du Conseil des États. Comme l’avait proposé le Conseil fédéral, la PA22+ doit rester un projet allégé, qui se concentre sur des aspect économiques et financiers, les aspects environnementaux étant déjà mis en œuvre dans leur intégralité à travers l’Iv. pa. 19.475.

Lire la suite