Contenu principal

Le Nutri-Score n’est pas au point

Communiqué de presse de l’Union suisse des paysans du 4 octobre 2021

Le Nutri-Score a pour vocation d’aider les consommateurs à choisir des aliments sains lors de leurs achats. Cependant, il présente des défauts importants, dont l’Union suisse des paysans a fait part au comité scientifique compétent. Pour que la population continue de s’alimenter de manière plus saine sur cette base, le Nutri-Score nécessite une révision totale.

Un nombre croissant d’aliments arborent le logo dit du Nutri-Score. Il s’agit d’un système de feux de signalisation visant à simplifier les indications sur la qualité nutritionnelle des produits. Élaboré de France, le Nutri-Score est désormais utilisé dans plusieurs pays européens sur une sélection de produits transformés, mais connaît aussi de nombreux détracteurs. L’Union suisse des paysans (USP) estime que le système présente des défauts, qui doivent être corrigés.

Il convient tout d’abord d’inclure dans l’algorithme du Nutri-Score le degré de transformation des aliments ainsi que la présence d’additifs. Des études scientifiques ont révélé que les aliments ultra-transformés participent à une consommation globale plus importante et, partant, à la prise de poids. Or, le surpoids constitue une cause des maladies cardiovasculaires, un facteur de risque pour de nombreuses autres maladies, et donc une charge importante pour le système de santé et ses coûts.

Les jus de fruits purs sont classés dans les niveaux C ou D du Nutri-Score (orange ou rouge, donc mauvais pour la santé). Les jus de pomme dilués, comme le Schorle, ne font pas mieux. Ces produits naturels sont donc moins bien notés que les produits artificiels zéro ou light par exemple, lesquels ne contiennent aucun ingrédient sain. Une correction de l’algorithme est ici nécessaire pour différencier les produits naturels.

L’USP suggère de différencier les acides gras saturés dans l’algorithme du Nutri-Score. Le lait et les produits laitiers, qui ont des effets métaboliques positifs et font partie d’une alimentation équilibrée selon la pyramide alimentaire, n’auraient donc pas un mauvais Nutri-Score en soi.

Sous sa forme actuelle, le système du Nutri-Score est trop simpliste. En outre, une alimentation saine ne dépend pas que des aliments pris de manière individuelle, mais aussi des quantités et de la composition globale. La définition d’une alimentation saine ne saurait nous être dictée par un algorithme défaillant.

Renseignements

Michel Darbellay

Responsable du département Production, marché et écologie de l’USP

Téléphone        078 801 16 91
E-Mail               michel.darbellay@sbv-usp.ch 

Sandra Helfenstein

Union suisse des paysans
Responsable Département Communication et services internes
Division Médias & campagnes
Porte-parole de l'USP

Téléphone 056 462 52 21
Mobile 079 826 89 75
Email sandra.helfenstein@sbv-usp.ch

Sur le même sujet

Communiqués de presse
Pour une meilleure estime envers l’agriculture

13.02.24 | Les événements de ces derniers jours témoignent du mécontentement et de la pression économique dans l’agriculture suisse. Ils mettent en évidence la nécessité d’offrir de meilleures perspectives aux jeunes agriculteurs et agricultrices, qui soutiennent la pétition lancée par l’USP et AGORA. Hier, les revendications de l’agriculture ont été remises au monde politique et au commerce de détail avec la participation de la commission des jeunes agriculteurs.

Lire la suite
AGRISTAT Actuel
Agristat « Actuel » 01-24 : Le commerce extérieur agricole

12.02.24 | Le commerce extérieur, et en particulier le commerce extérieur agricole, évolue de manière très dynamique depuis le début de la pandémie de coronavirus. Dans le commerce extérieur agricole, la pandémie a tout d’abord entraîné une baisse des quantités dans de nombreux postes. Par la suite, un certain besoin de compensation s’est fait sentir. De plus, les habitudes de consommation ont changé en raison du confinement et de la fermeture des frontières. À partir de fin 2021, des problèmes dans les chaînes d’approvisionnement puis une vague de renchérissement engendrée par la guerre en Ukraine ont fait exploser les prix. En 2023, les quantités affichaient un certain recul. Dans l’ensemble, la valeur et la quantité sont restées toutefois à un niveau plutôt élevé.

Lire la suite
En direct de l'USP
En direct de l’USP n°6-2024

12.02.24 | Les familles paysannes pratiquant la vente directe peuvent se procurer du matériel d’emballage auprès d’Agrimpuls. À partir du 1er mars, l’action de printemps leur permettra de bénéficier d’un rabais de 5%.

Lire la suite
Communiqués de presse
Pétition remise avec plus de 65 000 signatures

12.02.24 | Quelques jours ont suffi pour que se retrouve munie de 65 000 paraphes la pétition qu’ont lancée l’Union suisse des paysans et AGORA, et qui présente les revendications de l’agriculture. Cinq délégations différentes ont remis aujourd’hui cette pétition au Conseil fédéral ainsi qu’aux quatre détaillants Migros, Coop, Lidl et Aldi. L’Union suisse des paysans est en étroite discussion avec le gouvernement et le commerce de détail.

Lire la suite
Prises de position Teilrevision der Mehrwertsteuerverordnung

08.02.24 | Stellungnahme des Schweizer Bauernverbands zur Teilrevision der Mehrwertsteuerverordnung.

Lire la suite
Prises de position Mandatsentwurf für Verhandlungen mit der Europäischen Union

08.02.24 | Stellungnahme des Schweizer Bauernverbands zum Mandatsentwurf für Verhandlungen mit der Europäischen Union.

Lire la suite
Communiqués de presse
Étude «Les grandes cultures résilientes au climat à l’horizon 2035»

08.02.24 | Sur mandat de la Suisse Grêle, de fenaco et de l’Union suisse des paysans, Agroscope a réalisé une étude sur les grandes cultures résilientes au climat à l’horizon 2035. La sécheresse est au cœur de ces travaux. Pour que la culture des champs en Suisse soit davantage résiliente au climat et maintienne son potentiel de production, il est nécessaire d’associer toute une série de mesures.

Lire la suite
En direct de l'USP
En direct de l’USP n°5-2024

05.02.24 | Dans le cadre de la pétition lancée par l’agriculture suisse, la direction de l’USP s’est entretenue avec Coop et Aldi. Elle leur a rappelé l’importance d’une hausse des prix à la production.

Lire la suite