Contenu principal

Le prix des fleurs prend lui aussi l’ascenseur

C’est un mécanisme désormais bien connu : la guerre fait grimper le prix des agents de production. Or, si ce prix augmente, il en est forcément de même pour celui des produits agricoles, par exemple des fleurs en self-cueillette.

Dans le cas des fleurs en self-cueillette justement, la clientèle est très sensible au prix : de nombreuses fleurs à un prix avantageux a de quoi l’attirer au champ. Au cours des 15 dernières années environ, le prix des fleurs est resté le même. Pendant longtemps, les producteurs s’en sont tenus à des prix arrondis et donc peut-être trop bas, notamment pour pallier le problème des pièces de monnaie à la caisse.

L'augmentation des prix du carburant, des engrais et des machines nécessite toutefois des ajustements : les producteurs devraient à présent songer à réhausser le prix de leurs fleurs pour continuer à rentrer dans leurs frais et se dégager un revenu. Eux seuls connaissent au mieux leur clientèle et savent combien ils peuvent lui demander. 
Afficher une lettre d’information à la caisse pour expliquer la situation peut se révéler utile. Il peut aussi être rappelé les avantages des fleurs indigènes : les plantes qui ont poussé en Suisse n’ont pas fait des kilomètres et sont par conséquent plus fraîches que nulle autre, sauf peut-être celles de votre jardin. 

Katharina Scheuner

Katharina Scheuner

Belpstrasse 26, 3007 Bern
katharina.scheuner@sbv-usp.ch   
Département Communication et services internes
Division Communication

Sur le même sujet

Communiqués de presse
Les coûts supplémentaires supportés par les exploitations agricoles ne sont pas couverts

07.07.22 | En magasin, les prix des denrées alimentaires augmentent, mais les familles paysannes indigènes ne touchent pas la différence. Et pourtant, « l’élévation des prix des matières premières » reste un argument utilisé à tort et à travers pour justifier l'augmentation en magasin.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 25-2022

04.07.22 | En ce qui concerne les denrées alimentaires, le renchérissement arrive avec du retard en Suisse. Selon l’Office fédéral de la statistique, les prix à la consommation des denrées alimentaires ont augmenté de 0,9 % seulement au mois de mai 2022 par rapport au mois de mai 2021. Ceci tient à plusieurs raisons : Le cours élevé du franc suisse a un effet modérateur sur les prix. Une partie des produits indigènes en vente provient encore des récoltes de l’année passée. Les importations sont souvent réglées par des contrats à long terme et les produits concernés arrivent avec un certain retard en vente. Les prix à l’importation de produits agricoles non transformés et transformés ont augmenté lentement, mais ils vont influencer les prix à la consommation de plus en plus.

Lire la suite
Communiqués de presse
Dès demain, la Suisse ne mange plus qu’à l’étranger

01.07.22 | La Suisse atteindra son « Food Overshoot Day » ce samedi 2 juillet. En effet, l'agriculture indigène ne produit que 52 % des denrées alimentaires dont a besoin la population du pays. D’un point de vue statistique, nous nous nourrirons donc à compter de demain et ce jusqu’à la fin de l’année exclusivement d’importations, dont la production et le transport impactent davantage la planète.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 24-2022

17.06.22 | La population suisse s’accroît continuellement. En 2000, la Suisse comptait 7,2 millions d’habitants. En 2021, ce chiffre a atteint 8,8 millions. Ainsi, la surface agricole disponible par personne a reculé. En 2000, une surface de 570 mètres carrés de terres arables était disponible par personne. Ce chiffre a reculé à 453 mètres carrés en 2021. Cette surface correspond à un carré de 21,3 fois 21,3 mètres et à une diminution de 20,5 % par rapport à 2000. Si on tient compte de la surface agricole totale, on arrive à une diminution relative presque identique de 20,3 % par habitant.

Lire la suite
AGRISTAT Actuel
Agristat « Actuel » 05-22 : La guerre en Ukraine et l’agriculture

13.06.22 | La guerre en Ukraine fait grimper en flèche les coûts de production dans l’agriculture. À l’heure actuelle, les coûts supplémentaires pour l’année 2022 sont estimés à 900 millions de francs. Les coûts supplémentaires effectifs dépendront de l’évolution future. Si l’on ne veut pas que le revenu agricole diminue sensiblement, les prix à la production doivent augmenter en conséquence.

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - mai 2022

13.06.22 | Le mois de mai a connu un nombre record de jours d’été ; il s’agit du deuxième mois de mai le plus chaud depuis le début des mesures en 1864. Seul mai 1968 a été encore plus chaud. Genève a connu 15 jours d'été avec une température maximale de 25 degrés ou plus, Locarno en a connu 16. En Suisse alémanique, il y a eu moins de dix jours d'été. Sur une grande partie du territoire, les précipitations sont restées inférieures à la norme 1991-2020. En Suisse romande et en Valais, les précipitations n’ont parfois même pas atteint les 30 % de la norme 1991-2020. Dans certaines régions du sud de la Suisse, elles sont restées en dessous des 40 % de la norme alors qu’en Suisse alémanique, elles se situaient entre 40 et 80 % de la norme. Le mois de mai a marqué la fin d'un printemps doux, ensoleillé et pauvre en précipitations. Ce fut l’un des dix printemps les plus secs depuis le début des mesures.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 23-2022

10.06.22 | La surface est répartie de manière inégale entre les exploitations agricoles. 28,4 % des exploitations ont une grandeur entre 10 et 20 hectares, mais n’exploitent au total que 20,0 % de la surface. En somme, 56,5 % des exploitations (plus de la moitié) exploitent moins que 20 hectares par exploitation. Cependant, elles exploitent au total 26,1 % de la surface (environ un quart). Selon la surface, la catégorie des exploitations avec 30 jusqu’à 50 hectares est la plus importante : ces 16,4 % des exploitations disposent au total de 29,4 % de la surface.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 22-2022

03.06.22 | La vague de renchérissement n’a pas encore atteint les prix des denrées alimentaires dans le commerce de détail. Les prix touchés par les exploitations agricoles pour leurs produits n’ont que peu bougé jusqu’à ce jour. Ceci n’a guère été possible comme les récoltes en production végétale sont juste en train de débuter. Par contre, les prix des agents de la production agricole ont nettement augmenté, surtout les prix des engrais, de l’énergie (y compris les carburants) et des fourrages. Au mois d’avril 2022, l’indice des prix d’achat des agents de la produc-tion agricole était à 112,2 points (décembre 2020 = 100) et a ainsi augmenté de 10,4 % par rapport au niveau du mois d’avril 2021. Ceci engendre des frais supplémentaires de 900 millions de francs estimés pour l’agriculture au cours de l’exercice actuelle. Une nette augmentation des prix pour les produits agricoles sera nécessaire, sinon le revenu des agriculteurs et des agricultrices va reculer de manière importante.

Lire la suite