Contenu principal

L’élevage suisse réduit son utilisation d’antibiotiques critiques de 75 %

Communiqué de presse de l’Union suisse des paysans du 17 novembre 2022

Demain débute la Semaine mondiale pour un bon usage des antimicrobiens. Depuis des années, l’agriculture suisse travaille d’arrache-pied à la réduction de l’utilisation d’antibiotiques dans l’élevage grâce à des programmes de santé animale et à l’optimisation des conditions de détention. Ses efforts sont récompensés : la consommation d’antibiotiques a chuté de 60 % depuis 2008, et même de 75 % pour les classes d’antibiotiques critiques. En 2021, la quantité totale employée a diminué de 2 %, celle des classes critiques de 7 %.

La Semaine mondiale pour un bon usage des antimicrobiens a lieu du 18 au 24 novembre. Dédiée cette année au thème « Ensemble, prévenons la résistance aux antimicrobiens », l’évènement doit permettre une sensibilisation mondiale à ce sujet. En effet, le développement croissant de résistances constitue une menace pour l’homme, l’animal et l’environnement. Pour qu’ils continuent à avoir l’effet souhaité en cas d’urgence, les antibiotiques considérés comme critiques, en particulier, ne devraient être utilisés que de manière extrêmement ciblée et lorsque leur emploi est inévitable.

L’agriculture suisse est consciente de sa responsabilité. Elle a déjà pris de nombreuses mesures et redouble d’efforts pour réduire l’utilisation d’antibiotiques dans l’élevage. La vente de classes critiques d’antibiotiques destinés aux animaux de rente a fortement diminué au cours des dernières années. La part de ces antibiotiques dans l’ensemble des substances actives était encore de 4,3 % en 2021. Depuis 2008, la quantité d’antibiotiques critiques consommés par les animaux a diminué de 75 %. La quantité totale d’agents antibiotiques a reculé de 60 %.

Les normes élevées en matière de bien-être animal en Suisse, les nombreux programmes sanitaires lancés dans les différentes filières, ainsi que l’amélioration de la documentation et des contrôles, ont contribué à ce succès. Dans ce contexte, les agriculteurs, les vétérinaires et les services de santé travaillent en étroite collaboration et bénéficient du soutien des institutions de recherche. On peut citer, entre autres, le projet « Onglons sains », visant à améliorer la santé des onglons des bovins, les recommandations de vaccination du service sanitaire des veaux ou le programme de santé Suissano pour une gestion globale de la santé des porcs. La participation aux programmes facultatifs de bien-être animal « Systèmes de stabulation particulièrement respectueux des animaux » et « Sorties régulières en plein air » ne cesse d’augmenter. Une grande majorité des animaux de rente suisses en bénéficient.

Renseignements

Michel Darbellay

Responsable du département Production, marché et écologie de l’USP

Téléphone        078 801 16 91
E-Mail               michel.darbellay@sbv-usp.ch 

Sur le même sujet

Communiqués de presse
L’économie et l’agriculture : garantes de la stabilité et de la prospérité de notre pays

06.01.23 | Sensibiliser le public aux enjeux liés à l’économie et à l’agriculture, tel est l'objectif des associations faîtières de l'économie et de l'agriculture suisses en cette année électorale 2023À l’occasion de l’Épiphanie, ces associations se sont retrouvées sur la place Fédérale à Berne avec des messages concrets pour expliquer comment l’économie et l’agriculture participent à la sécurité et à la stabilité de notre pays.

Lire la suite
Directeur/directrice AgroCleanTech 80-100 %

05.01.23 | Directeur/directrice AgroCleanTech 80-100 %

Lire la suite
Communiqués de presse
Pas d’agriculture moderne sans bâtiments modernes

03.01.23 | Lors de sa conférence de presse du Nouvel An sur l'exploitation agricole de la famille Balsiger à Gerzensee, l'Union suisse des paysans a appelé le Parlement à voir la révision de la loi sur l’aménagement du territoire comme une opportunité de fixer un cadre juridique dans lequel l’agriculture peut être innovante et entrepreneuriale. En effet, il s’agit d’une opportunité dont tout le monde saurait profiter : les animaux disposeraient d’étables plus grandes, avec plus de lumière, d’aération et d’espace pour bouger, les familles paysannes pourraient travailler plus efficacement et toucheraient de meilleurs revenus et la population pourrait acquérir des denrées alimentaires locales à prix abordables. C’est pourquoi il convient de rejeter l'initiative paysage et d’y opposer un contre-projet indirect plus judicieux.

Lire la suite
En direct de l'USP
En direct de l’USP n° 51

03.01.23 | Un coup d'œil sur 2023 promet plusieurs tâches pour la défense des intérêts agricoles : prix à la production plus élevés, PA22+, projets de biodiversité, révision du droit de l'aménagement du territoire, finances fédérales, élections fédérales, révision de la formation initiale, etc. Nous vous l’assurons : L'USP reste dans le coup pour la nouvelle année aussi !

Lire la suite
Remplacement Climat et énergie 60 – 100% Durée 5-7 mois

22.12.22 | Remplacement Climat et énergie 60 – 100% Durée 5-7 mois

Lire la suite
Prises de position Verordnung des WBF über die Pflichtlagerhaltung von Saatgut

21.12.22 | Der Schweizer Bauernverband vertritt die Interessen des Landwirtschaftssektors und der rund fünfzigtausend landwirtschaftlichen Betriebe und Bauernfamilien in der Schweiz. Versorgungssicherheit ist ein zentrales Anliegen des Schweizer Bauernverband und seiner Mitgliedorganisation. Deshalb regen wir schon seit längerem an, für die Produktion von Nahrungsmitteln unabdingbare Produktions- und Betriebsmittel (Pflanzenschutzmittel, Dünger und Saatgut) ebenfalls an Pflichtlager zu nehmen.

Lire la suite
En direct de l'USP
En direct de l’USP n° 50

19.12.22 | Les deux Chambres du Parlement ont débattu du budget agricole 2023 lors de la session d’hiver. Toutes deux ont dit oui à une hausse des dépenses pour l’élevage, la protection des troupeaux et la promotion des ventes de vin.

Lire la suite
En direct de l'USP
En direct de l’USP n° 49

13.12.22 | Les deux Chambres du Parlement ont débattu du budget agricole 2023 lors de la session d’hiver. Toutes deux ont dit oui à une hausse des dépenses pour l’élevage, la protection des troupeaux et la promotion des ventes de vin.

Lire la suite