Contenu principal

L’élevage suisse réduit son utilisation d’antibiotiques critiques de 75 %

Communiqué de presse de l’Union suisse des paysans du 17 novembre 2022

Demain débute la Semaine mondiale pour un bon usage des antimicrobiens. Depuis des années, l’agriculture suisse travaille d’arrache-pied à la réduction de l’utilisation d’antibiotiques dans l’élevage grâce à des programmes de santé animale et à l’optimisation des conditions de détention. Ses efforts sont récompensés : la consommation d’antibiotiques a chuté de 60 % depuis 2008, et même de 75 % pour les classes d’antibiotiques critiques. En 2021, la quantité totale employée a diminué de 2 %, celle des classes critiques de 7 %.

La Semaine mondiale pour un bon usage des antimicrobiens a lieu du 18 au 24 novembre. Dédiée cette année au thème « Ensemble, prévenons la résistance aux antimicrobiens », l’évènement doit permettre une sensibilisation mondiale à ce sujet. En effet, le développement croissant de résistances constitue une menace pour l’homme, l’animal et l’environnement. Pour qu’ils continuent à avoir l’effet souhaité en cas d’urgence, les antibiotiques considérés comme critiques, en particulier, ne devraient être utilisés que de manière extrêmement ciblée et lorsque leur emploi est inévitable.

L’agriculture suisse est consciente de sa responsabilité. Elle a déjà pris de nombreuses mesures et redouble d’efforts pour réduire l’utilisation d’antibiotiques dans l’élevage. La vente de classes critiques d’antibiotiques destinés aux animaux de rente a fortement diminué au cours des dernières années. La part de ces antibiotiques dans l’ensemble des substances actives était encore de 4,3 % en 2021. Depuis 2008, la quantité d’antibiotiques critiques consommés par les animaux a diminué de 75 %. La quantité totale d’agents antibiotiques a reculé de 60 %.

Les normes élevées en matière de bien-être animal en Suisse, les nombreux programmes sanitaires lancés dans les différentes filières, ainsi que l’amélioration de la documentation et des contrôles, ont contribué à ce succès. Dans ce contexte, les agriculteurs, les vétérinaires et les services de santé travaillent en étroite collaboration et bénéficient du soutien des institutions de recherche. On peut citer, entre autres, le projet « Onglons sains », visant à améliorer la santé des onglons des bovins, les recommandations de vaccination du service sanitaire des veaux ou le programme de santé Suissano pour une gestion globale de la santé des porcs. La participation aux programmes facultatifs de bien-être animal « Systèmes de stabulation particulièrement respectueux des animaux » et « Sorties régulières en plein air » ne cesse d’augmenter. Une grande majorité des animaux de rente suisses en bénéficient.

Renseignements

Michel Darbellay

Responsable du département Production, marché et écologie de l’USP

Téléphone        078 801 16 91
E-Mail               michel.darbellay@sbv-usp.ch 

Sur le même sujet

En direct de l'USP
En direct de l’USP n°1-2024

09.01.24 | Comme le veut la tradition, l’USP a commencé l’année avec sa traditionnelle conférence de presse sur une exploitation – cette fois chez Nadia & Richard Maurer à Frienisberg (BE).

Lire la suite
Prises de position Vernehmlassung zur Teilrevision der Radio- und Fernsehverordnung

09.01.24 | Die SRG als öffentlich-rechtlicher Sender für uns ein wichtiges Standbein einer funktionierenden Demokratie. Sie muss deshalb mit den dafür nötigen Mitteln ausgestattet sein, um ihren Auftrag zu erfüllen.

Lire la suite
Prises de position Preisempfehlungen auch für Holz aus Schweizer Wäldern - Teilrevision des Waldgesetzes

08.01.24 | Der Schweizer Bauernverband begrüsst die Pa. Iv. 21.463, welche eine Änderung des Waldgesetzes vorsieht. Laut dieser sollen die Organisationen der Waldbesitzer künftig Richtpreise für Rohholz herausgeben. Der SBV unterstützt dieses Anliegen vollumfänglich.

Lire la suite
Points de vue
Ristourne sur les carburants maintenue

05.01.24 | Le remboursement de la taxe sur les carburants est justifié et n’entraîne pas de surconsommation inutile. Aussi le Conseil fédéral a récemment décidé de le maintenir tel quel. Dans le cadre de négociations en vue d’un accord international, le Secrétariat d’État à l’économie a réalisé une étude sur la réforme du remboursement de l’impôt sur les huiles minérales. Dans cette étude, différentes solutions alternatives ont été examinées. L’USP, l’ASETA et d’autres organisations concernées ont participé à l’analyse de ces solutions, en défendant le maintien du système actuel, éprouvé.

Lire la suite
Prises de position Flugtransporte bei Lebensmitteln deklarieren.

04.01.24 | Der Schweizer Bauernverband erwartet mehr Nachhaltigkeit bei den Importen und setzt dabei auf Transparenz. In diesem Sinne unterstützt er die in der Pa. Iv. Badertscher geforderten Deklaration der Flugtransporte.

Lire la suite
Communiqués de presse
Des prix rémunérateurs et le rejet de l’initiative biodiversité

03.01.24 | Lors de sa conférence de presse de début d’année tenue sur une exploitation agricole du Seeland, l’Union suisse des paysans a expliqué en quoi une hausse des prix à la production permettrait de contrer la baisse du revenu des familles paysannes. La faîtière agricole a aussi réaffirmé son intention de rejeter l’initiative biodiversité en 2024, avançant comme principal argument les exigences extrêmes en matière de promotion de la diversité des espèces.

Lire la suite
Points de vue
Une grande confiance dans l’agriculture

22.12.23 | L’année touche à sa fin. Il est réjouissant de constater que l’image de l’agriculture est très bonne selon un récent sondage de l’OFAG : 91 % de la population la considèrent comme digne de confiance.

Lire la suite
Communiqués de presse
La stabilité du budget agricole empêche de nouvelles pertes de revenu

19.12.23 | Dans le cadre des débats autour du budget 2024 inscrits à l’ordre du jour de la session d’hiver, une grande majorité du Conseil national et du Conseil des États s’est prononcée en faveur du maintien au niveau actuel des moyens alloués à l’agriculture. L’Union suisse des paysans salue cette preuve de confiance envers les familles paysannes et les prestations qu’elles fournissent.

Lire la suite