Contenu principal

Les commerçants de foin maintiennent les prix élevés

Commentaire du marché du 29 mars 2019 dans le journal Agri

Les prix indicatifs du foin restent élevés. À l’heure actuelle, les détenteurs de bétail n’en achètent que de faibles quantités. La chaleur de ce début de printemps fait rapidement grimper l’offre en fourrage. L’assemblée de l’Association Suisse des négociants en fourrages (ASNF), c’est-à-dire des commerçants de foin, s’est tenue dernièrement à Matzingen (TG). Les commerçants suisses de foin ont eu l’occasion d’échanger avec leurs homologues allemands et les livreurs. La canicule persistante de l’été 2018 et les prairies brûlées ont inquiété plus d’un éleveur. Ruedi Zgraggen, président de l’ASNF, a dressé le bilan d’une année mouvementée pour le commerce du foin. Les médias signalant des vaches à abattre d’urgence et lançant des infox sur la France qui allait interrompre l’exportation de foin n’ont fait qu’aggraver la situation. R. Zgraggen a rappelé que, au final, l’importation record de 277 345 tonnes de foin a permis de calmer le jeu. Qui plus est, la récolte de maïs a été bien meilleure que ce que présageait la canicule. Cette récolte, accompagnée des importations et d’une longue période de pâturage jusqu’en décembre, a suffi pour nourrir le bétail à satiété. En ce début de printemps, les détenteurs de bétail et de chevaux n’achètent que le fourrage qui leur manque, étant donné les sommes importantes dépensées en 2018. L’assemblée de l’ASNF a décidé de maintenir le prix indicatif de 38 à 41 francs les 100 kg de foin séché en grange, pressé en grandes balles et chargé départ ferme. Le prix indicatif de la paille reste lui aussi de 22 francs les petites balles et de 18 francs les 100 kg chargés départ ferme. L’assemblée a constaté que l’offre en foin et en autres fourrages, comme la pulpe déshydratée de betteraves sucrières, les pellets de luzerne ainsi que les balles d’herbages et de maïs d’ensilage, avait connu une hausse fulgurante ces derniers jours, à l’approche du printemps et du retour au pâturage. 

Hans Rüssli

Union Suisse des Paysans

Sur le même sujet

Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - juillet 2022

11.08.22 | Le mois de juillet 2022 a été très chaud, ensoleillé et sec. Depuis le début des mesures en 1864, seuls 2015, 2006 et 1983 ont connu un mois de juillet encore plus chaud en moyenne. Les conditions anticycloniques marquées n’ont donné lieu qu’à de rares précipitations. Les cumuls mensuels sont restés de loin inférieurs à la norme 1991-2020 dans toute la Suisse. Certaines régions ont même connu moins d’un tiers des précipitations habituelles. Au niveau régional, la pénurie d’eau était prononcée, par exemple dans le sud du Tessin, dans certaines parties de la Suisse romande et dans le canton de Schaffhouse. Si le temps sec de juillet a créé de bonnes conditions pour les récoltes de céréales et de colza, les autres cultures ont souffert d’un manque d’eau important à de nombreux endroits en raison de précipitations déjà faibles les mois précédents. Juin 2022 a enregistré 4374 annonces de sinistres causés par la grêle, un nombre bien faible par rapport à celui, extrême, de l’année d’avant (6980), mais malgré tout supérieur à la moyenne (tableau 1.5). En ce qui concerne les autres événements naturels, trois des dix dernières années (2013, 2016, 2021) ont donné lieu à davantage d’annonces que les 461 actuelles (tableau 1.6).

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 30-2022

29.07.22 | La grande majorité des importations d’engrais arrive en Suisse par transport en navire sur le Rhin (environ 50%) ou par transport routier (40%). La voie ferroviaire apporte environ 20 kilotonnes d‘engrais, ce qui correspond à 8,3% du total. Le transport aérien ne joue qu’un rôle négligeable. Les données représentent le poids net à l’importations selon l’Office fédéral de la douane et de la sécurité des frontières (OFDF). Il est désormais envisa-geable que, pendant des longues périodes de sécheresse avec des bas niveaux des eaux, le transport routier doit être renforcé pour compenser la réduction en trafic fluvial.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 29-2022

22.07.22 | Les frais des exploitations agricoles augmentent depuis la fin 2021 à cause du renchérissement qui touche les prix des agents de la production. Par conséquent, les prix des produits agricoles ont aussi tendance à augmenter. Le prix des porcs de boucherie constitue la grande exception : Le prix de base est tombé à 3.30 francs par kilogramme de poids mort. Pour la dernière fois, le prix a été aussi bas en 2011. Il y a deux ans, le prix se situait encore à 4.85 francs. À long terme, la production est en train de diminuer depuis 2012. Mais une modeste augmentation de la production d’environ 5 % pendant les années du coronavirus 2020/2021 a entraîné une saturation du marché. Pour les éleveurs de porcs, la situation est très difficile face à des recettes en baisse et des coûts en hausse. Dans le graphique, la tendance sur 12 mois est affichée pour l’évolution de la quantité produite et du prix à la production.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 28-2022

15.07.22 | La périodicité des importations des engrais azotés (nitrate d’ammonium, urée, autres) est caractérisée par une phase principale entre les mois d’août à novembre. Une grande partie est importée à partir de l’Allemagne et des Pays-Bas. La Russie joue un rôle important, notamment pour les importations d’urée, mais les flux ont cessé depuis le mois d’avril 2022. Entretemps, l’Égypte est entrée en scène. Ce graphique montre les pays d’origine des importations. Par contre, le site de production des engrais n’est pas connu.

Lire la suite
Communiqués de presse
Augmentation exponentielle des problèmes liés au loup

14.07.22 | Les attaques perpétrées par les loups sur les animaux de rente à l’alpage prennent une nouvelle ampleur. Le week-end dernier, les prédateurs ont pour la première fois tué une vache allaitante adulte. L’an passé déjà, de nombreuses bêtes étaient tombées sous les crocs des canidés. Il avait alors fallu avancer la désalpe, la sécurité des troupeaux ne pouvant plus être garantie. De nouvelles solutions et une révision rapide de la loi sur la chasse sont nécessaires pour endiguer de manière efficace la croissance de la population de loups. De plus, il est essentiel que les autorités agissent dans l’intérêt de l’économie alpestre en approuvant rapidement les demandes de tirs, faute de quoi l’économie alpestre est menacée.

Lire la suite
AGRISTAT Actuel
Agristat « Actuel » 06-22 : Engrais de ferme et de recyclage dans HODUFLU

11.07.22 | Depuis 2014, les quantités et les livraisons d’engrais gérées dans HODUFLU sont en augmentation. Environ deux tiers des livraisons ont lieu au sein du secteur agricole. Le tiers restant regroupe les installations de compostage et de méthanisation en tant que preneurs ou remettants. Une livraison sur cinq est intercantonale. Comme il fallait s'y attendre, les cantons ayant une densité de bétail élevée ont tendance à livrer aux cantons ayant beaucoup de terres assolées. En 2021, la quantité totale dans HODUFLU représentait 12,9 % de la quantité totale d'engrais en Suisse. Au vu de la hausse des prix des engrais minéraux, la demande en engrais de ferme et de recyclage devrait continuer à augmenter.

Lire la suite
Communiqués de presse
Une étude confirme l’impact négatif qu’aurait l’acceptation de l’initiative sur l’élevage intensif

11.07.22 | Le taux d’auto-approvisionnement de la viande de poulet est aujourd’hui de 58 %. Une acceptation de l’initiative sur l’élevage intensif le ferait passer à 5 %. Pour les œufs, il chuterait de 56 à 20 %, et de 92 à 50 % pour la viande de porc. Cette dégringolade s’accompagnerait d’une perte de valeur ajoutée et d’une disparition d’emplois dans le pays. Voilà les conséquences de l’initiative sur l’élevage intensif qui ressortent d’une étude réalisée récemment par la Haute école spécialisée de la Suisse du Nord-Ouest.

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - juin 2022

11.07.22 | Le mois de juin 2022 a été le deuxième mois le plus chaud depuis le début des mesures en 1864. Seul le mois de juin de l'année 2003 a affiché une température moyenne encore plus élevée. Dans de nombreuses stations de mesures, les valeurs maximales journalières ont atteint de nouveaux ecords pour un mois de juin. Les précipitations totales sont restées inférieures à la moyenne sur une grande partie du territoire. Le temps sec des mois précédents a donc persisté (cf. tableau 1.2).

Lire la suite