Contenu principal

Les commerçants de foin maintiennent les prix élevés

Commentaire du marché du 29 mars 2019 dans le journal Agri

Les prix indicatifs du foin restent élevés. À l’heure actuelle, les détenteurs de bétail n’en achètent que de faibles quantités. La chaleur de ce début de printemps fait rapidement grimper l’offre en fourrage. L’assemblée de l’Association Suisse des négociants en fourrages (ASNF), c’est-à-dire des commerçants de foin, s’est tenue dernièrement à Matzingen (TG). Les commerçants suisses de foin ont eu l’occasion d’échanger avec leurs homologues allemands et les livreurs. La canicule persistante de l’été 2018 et les prairies brûlées ont inquiété plus d’un éleveur. Ruedi Zgraggen, président de l’ASNF, a dressé le bilan d’une année mouvementée pour le commerce du foin. Les médias signalant des vaches à abattre d’urgence et lançant des infox sur la France qui allait interrompre l’exportation de foin n’ont fait qu’aggraver la situation. R. Zgraggen a rappelé que, au final, l’importation record de 277 345 tonnes de foin a permis de calmer le jeu. Qui plus est, la récolte de maïs a été bien meilleure que ce que présageait la canicule. Cette récolte, accompagnée des importations et d’une longue période de pâturage jusqu’en décembre, a suffi pour nourrir le bétail à satiété. En ce début de printemps, les détenteurs de bétail et de chevaux n’achètent que le fourrage qui leur manque, étant donné les sommes importantes dépensées en 2018. L’assemblée de l’ASNF a décidé de maintenir le prix indicatif de 38 à 41 francs les 100 kg de foin séché en grange, pressé en grandes balles et chargé départ ferme. Le prix indicatif de la paille reste lui aussi de 22 francs les petites balles et de 18 francs les 100 kg chargés départ ferme. L’assemblée a constaté que l’offre en foin et en autres fourrages, comme la pulpe déshydratée de betteraves sucrières, les pellets de luzerne ainsi que les balles d’herbages et de maïs d’ensilage, avait connu une hausse fulgurante ces derniers jours, à l’approche du printemps et du retour au pâturage. 

Hans Rüssli

Union Suisse des Paysans

Sur le même sujet

Statistique de la semaine
Semaine 27-2022

08.07.22 | Le rapport entre les prix à la production et les prix des agents de production est un indicateur (« pouvoir d’achat ») pour la situation économique des exploitations agricoles. La relation s’est développée de manière favorable encore en 2020. En automne 2021, les prix des agents de production ont commencé à augmenter, surtout ceux de l’énergie et des engrais. Par la suite, la relation s’est détériorée encore. Les prix de tous les agents de production ont augmenté : fourrages, semences, machines, bâtiments etc. Cependant, l’évolution des prix des agents de production n’est guère prévisible dans le contexte international actuel. La plupart des récoltes n’a pas encore été engrangée. Les prix à la production vont aussi augmenter. Mais on ne sait pas si cette augmentation va couvrir tous les frais supplémentaires. La situation est inquiétante pour les exploitations agricoles.

Lire la suite
Communiqués de presse
Les coûts supplémentaires supportés par les exploitations agricoles ne sont pas couverts

07.07.22 | En magasin, les prix des denrées alimentaires augmentent, mais les familles paysannes indigènes ne touchent pas la différence. Et pourtant, « l’élévation des prix des matières premières » reste un argument utilisé à tort et à travers pour justifier l'augmentation en magasin.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 25-2022

04.07.22 | En ce qui concerne les denrées alimentaires, le renchérissement arrive avec du retard en Suisse. Selon l’Office fédéral de la statistique, les prix à la consommation des denrées alimentaires ont augmenté de 0,9 % seulement au mois de mai 2022 par rapport au mois de mai 2021. Ceci tient à plusieurs raisons : Le cours élevé du franc suisse a un effet modérateur sur les prix. Une partie des produits indigènes en vente provient encore des récoltes de l’année passée. Les importations sont souvent réglées par des contrats à long terme et les produits concernés arrivent avec un certain retard en vente. Les prix à l’importation de produits agricoles non transformés et transformés ont augmenté lentement, mais ils vont influencer les prix à la consommation de plus en plus.

Lire la suite
Communiqués de presse
Dès demain, la Suisse ne mange plus qu’à l’étranger

01.07.22 | La Suisse atteindra son « Food Overshoot Day » ce samedi 2 juillet. En effet, l'agriculture indigène ne produit que 52 % des denrées alimentaires dont a besoin la population du pays. D’un point de vue statistique, nous nous nourrirons donc à compter de demain et ce jusqu’à la fin de l’année exclusivement d’importations, dont la production et le transport impactent davantage la planète.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 24-2022

17.06.22 | La population suisse s’accroît continuellement. En 2000, la Suisse comptait 7,2 millions d’habitants. En 2021, ce chiffre a atteint 8,8 millions. Ainsi, la surface agricole disponible par personne a reculé. En 2000, une surface de 570 mètres carrés de terres arables était disponible par personne. Ce chiffre a reculé à 453 mètres carrés en 2021. Cette surface correspond à un carré de 21,3 fois 21,3 mètres et à une diminution de 20,5 % par rapport à 2000. Si on tient compte de la surface agricole totale, on arrive à une diminution relative presque identique de 20,3 % par habitant.

Lire la suite
AGRISTAT Actuel
Agristat « Actuel » 05-22 : La guerre en Ukraine et l’agriculture

13.06.22 | La guerre en Ukraine fait grimper en flèche les coûts de production dans l’agriculture. À l’heure actuelle, les coûts supplémentaires pour l’année 2022 sont estimés à 900 millions de francs. Les coûts supplémentaires effectifs dépendront de l’évolution future. Si l’on ne veut pas que le revenu agricole diminue sensiblement, les prix à la production doivent augmenter en conséquence.

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - mai 2022

13.06.22 | Le mois de mai a connu un nombre record de jours d’été ; il s’agit du deuxième mois de mai le plus chaud depuis le début des mesures en 1864. Seul mai 1968 a été encore plus chaud. Genève a connu 15 jours d'été avec une température maximale de 25 degrés ou plus, Locarno en a connu 16. En Suisse alémanique, il y a eu moins de dix jours d'été. Sur une grande partie du territoire, les précipitations sont restées inférieures à la norme 1991-2020. En Suisse romande et en Valais, les précipitations n’ont parfois même pas atteint les 30 % de la norme 1991-2020. Dans certaines régions du sud de la Suisse, elles sont restées en dessous des 40 % de la norme alors qu’en Suisse alémanique, elles se situaient entre 40 et 80 % de la norme. Le mois de mai a marqué la fin d'un printemps doux, ensoleillé et pauvre en précipitations. Ce fut l’un des dix printemps les plus secs depuis le début des mesures.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 23-2022

10.06.22 | La surface est répartie de manière inégale entre les exploitations agricoles. 28,4 % des exploitations ont une grandeur entre 10 et 20 hectares, mais n’exploitent au total que 20,0 % de la surface. En somme, 56,5 % des exploitations (plus de la moitié) exploitent moins que 20 hectares par exploitation. Cependant, elles exploitent au total 26,1 % de la surface (environ un quart). Selon la surface, la catégorie des exploitations avec 30 jusqu’à 50 hectares est la plus importante : ces 16,4 % des exploitations disposent au total de 29,4 % de la surface.

Lire la suite