Contenu principal

Les contrôles inopinés sont nombreux

Communiqué de presse d’Agriquali du 17 janvier 2023

Dans le cadre de l'assurance qualité du programme AQ-Viande Suisse, près de la moitié des contrôles sont effectués de façon inopinée. C'est ce que montre l’évaluation de l'année 2022 d’Agriquali, une première en son genre. La part de contrôles aléatoires est donc nettement plus élevée que ce que qui était attendu.

En participant au programme AQ-Viande Suisse, les agriculteurs suisses prouvent aux acheteurs de bétail de boucherie qu'ils élèvent leurs animaux conformément aux règles du métier et dans le respect du bien-être animal.  En effet, les animaux sont détenus de manière professionnelle, les médicaments vétérinaires sont utilisés de manière ciblée et seulement quand cela est nécessaire, et des prescriptions strictes en matière d’alimentation animale sont observées. Des contrôles réguliers sont effectués pour vérifier que les agriculteurs se tiennent aux exigences.

Comme les exploitations agricoles sont de toute façon soumises à de nombreux contrôles, ceux effectués dans le cadre de l’AQ-Viande Suisse sont, dans la mesure du possible, combinés avec d'autres, par exemple avec un contrôle de la protection des animaux. Dans un souci de simplification administrative, AQ-Viande Suisse ne précise pas, dans la plupart des cas, si les contrôles sont annoncés au préalable ou non. Jusqu’à maintenant, il était estimé qu’un grand nombre de ces contrôles étaient annoncés. Or, les évaluations 2022 démontrent que 46 %, soit près de la moitié d’entre eux, sont effectués de manière inopinée. Il s’agit d’un chiffre supérieur à celui qui était estimé : une nouvelle réjouissante. Au total, environ 170 000 points de contrôle ont été vérifiés dans le cadre de 3600 contrôles en 2022. Trois pour mille des points de contrôle ont donné lieu à des litiges, le plus souvent en raison de défauts mineurs tels que des documents incomplets ou manquants, ou un marquage erroné des animaux. Douze exploitations ont été exclues de l’AQ-Viande Suisse en raison des résultats obtenus dans le cadre des contrôles.

En Suisse, les grands abattoirs, mais aussi la plupart des plus petits, n'achètent que des animaux provenant d'exploitations reconnues pour l’AQ-Viande Suisse. Les exploitations exclues ne peuvent donc plus guère vendre leurs animaux et abandonnent généralement l'élevage par la suite. Le système de contrôle permet de prouver que le secteur suisse de l'élevage assume ses responsabilités en matière de bien-être animal et de détention professionnelle.

Sur le même sujet

AGRISTAT Actuel
Agristat « Actuel » 01-24 : Le commerce extérieur agricole

12.02.24 | Le commerce extérieur, et en particulier le commerce extérieur agricole, évolue de manière très dynamique depuis le début de la pandémie de coronavirus. Dans le commerce extérieur agricole, la pandémie a tout d’abord entraîné une baisse des quantités dans de nombreux postes. Par la suite, un certain besoin de compensation s’est fait sentir. De plus, les habitudes de consommation ont changé en raison du confinement et de la fermeture des frontières. À partir de fin 2021, des problèmes dans les chaînes d’approvisionnement puis une vague de renchérissement engendrée par la guerre en Ukraine ont fait exploser les prix. En 2023, les quantités affichaient un certain recul. Dans l’ensemble, la valeur et la quantité sont restées toutefois à un niveau plutôt élevé.

Lire la suite
En direct de l'USP
En direct de l’USP n°6-2024

12.02.24 | Les familles paysannes pratiquant la vente directe peuvent se procurer du matériel d’emballage auprès d’Agrimpuls. À partir du 1er mars, l’action de printemps leur permettra de bénéficier d’un rabais de 5%.

Lire la suite
Communiqués de presse
Pétition remise avec plus de 65 000 signatures

12.02.24 | Quelques jours ont suffi pour que se retrouve munie de 65 000 paraphes la pétition qu’ont lancée l’Union suisse des paysans et AGORA, et qui présente les revendications de l’agriculture. Cinq délégations différentes ont remis aujourd’hui cette pétition au Conseil fédéral ainsi qu’aux quatre détaillants Migros, Coop, Lidl et Aldi. L’Union suisse des paysans est en étroite discussion avec le gouvernement et le commerce de détail.

Lire la suite
Prises de position Teilrevision der Mehrwertsteuerverordnung

08.02.24 | Stellungnahme des Schweizer Bauernverbands zur Teilrevision der Mehrwertsteuerverordnung.

Lire la suite
Prises de position Mandatsentwurf für Verhandlungen mit der Europäischen Union

08.02.24 | Stellungnahme des Schweizer Bauernverbands zum Mandatsentwurf für Verhandlungen mit der Europäischen Union.

Lire la suite
Communiqués de presse
Étude «Les grandes cultures résilientes au climat à l’horizon 2035»

08.02.24 | Sur mandat de la Suisse Grêle, de fenaco et de l’Union suisse des paysans, Agroscope a réalisé une étude sur les grandes cultures résilientes au climat à l’horizon 2035. La sécheresse est au cœur de ces travaux. Pour que la culture des champs en Suisse soit davantage résiliente au climat et maintienne son potentiel de production, il est nécessaire d’associer toute une série de mesures.

Lire la suite
En direct de l'USP
En direct de l’USP n°5-2024

05.02.24 | Dans le cadre de la pétition lancée par l’agriculture suisse, la direction de l’USP s’est entretenue avec Coop et Aldi. Elle leur a rappelé l’importance d’une hausse des prix à la production.

Lire la suite
Communiqués de presse
L’agriculture formule ses revendications

30.01.24 | Les protestations agricoles se font entendre partout en Europe. L’agriculture suisse partage les mêmes revendications que les familles paysannes européennes. En effet, la situation reste très incertaine pour les futurs crédit-cadres alloués à l’agriculture, alors que la situation des revenus des familles paysannes est insuffisante pour ne pas dire souvent précaire. En parallèle à une meilleure reconnaissance de l’agriculture, l’USP, Agora et les chambres romandes d’agriculture formulent des revendications tant à l’égard de la politique que du marché.

Lire la suite