Contenu principal

Les électeurs ratent l’occasion de voter pour une loi progressiste sur la chasse

ChasseSuisse/USP/SAB – Communiqué de presse du dimanche 27 septembre 2020

Le peuple suisse a rejeté la révision de la loi sur la chasse, datant d’il y a 34 ans, avec 51.9  pour cent de voix contre. Les électeurs ont raté l’occasion de renforcer la protection des animaux et des espèces, et de fixer des règles claires pour la cohabitation entre le loup et les animaux de rente. ChasseSuisse, l’Union suisse des paysans et le Groupement suisse pour les régions de montagne regrettent ce résultat obtenu par les opposants à coup de milIlions. L’adoption d’une loi progressiste sur la chasse est maintenant peu probable.

Le peuple suisse a rejeté la loi révisée sur la chasse et donc une chasse durable et progressiste à 51.9 pour cent de voix contre. ChasseSuisse, l’Union suisse des paysans (USP) et le Groupement suisse pour les régions de montagne (SAB), qui se sont engagés avec force et conviction ces derniers mois pour le Oui, regrettent ce résultat. « Les électeurs ont malheureusement rejeté un texte équilibré et se sont laissés berner par la démonstration de force au budget démesuré des organisations de protection animale », relève Anton Merkle, président de ChasseSuisse. 

Sans cette nouvelle loi, les cantons n’ont pas la possibilité de réagir de façon appropriée et mesurée à l’augmentation des populations de loups. Les conflits iront croissant dans les années à venir et vont poser de plus en plus de problèmes aux exploitants d’alpage. « Le peuple suisse a malheureusement raté l’occasion d’accorder également une meilleure protection aux moutons, chèvres et veaux », a pour sa part souligné Markus Ritter, président de l’USP. 

Une loi progressiste sur la chasse est bloquée pour de nombreuses années 

Les régions montagnardes sont fortement touchées par le rejet de la loi. « Nous n’avons malheureusement pas réussi à convaincre les habitant(e)s des plaines des avantages de la loi sur la chasse pour la population montagnarde a expliqué Thomas Egger, directeur du SAB. Avec son travail, l’agriculture alpestre et de montagne fournit une contribution importante pour entretenir nos paysages. Cette décision risque de pousser de nombreux exploitants à abandonner. Les sentiers de randonnées dans les régions très touchées devront être interdits d’accès pour des raisons de sécurité. Les paysages alpins exploités seront recouverts de forêts et de buissons et ne seront plus aussi attractifs pour le tourisme. »

Le rejet de la loi est également un signal négatif pour la protection des animaux et des espèces. Au lieu de ne plus réguler que le loup, le bouquetin et le cygne tuberculé, les cantons peuvent maintenant continuer à réguler plus de 300 espèces protégées, que l’État fédéral peut classer parmi les animaux chassables. Les réserves d’oiseaux migrateurs, les zones de protection et les corridors faunistiques ne bénéficieront dorénavant d’aucun soutien financier de l’État fédéral. Des exigences de longue date des organisations de protection de la nature sont ainsi obsolètes. La loi révisée sur la chasse était un compromis équilibré qui aurait permis de régler des différends de longue date. La modernisation nécessaire de la loi sur la chasse se retrouve maintenant bloquée pour de nombreuses années. 

Renseignements

David Clavadetscher, directeur de ChasseSuisse,
Tél. 079 330 53 20, david.clavadetscher@hellojagdschweiz.ch 

Urs Schneider, vice-directeur de l’Union suisse des paysans USP,
Tél. 079 438 97 17, urs.schneider@hellosbv-usp.ch  

Thomas Egger, directeur du Groupement suisse pour les régions de montagne SAB,
Tél. 079 429 12 55, thomas.egger@hellosab.ch 

Sur le même sujet

Communiqués de presse
L’an 2020 sera une année décisive pour les familles paysannes

03.01.20 | À l’occasion de sa conférence de presse annuelle, qui s’est tenue en ce jour sur l’exploitation d’élevage porcin de Samuel Schwab, l’Union suisse des paysans a demandé une stratégie cohérente pour l’agriculture suisse en vue des initiatives populaires, de l’accord de libre-échange avec le Mercosur et de la Politique agricole 22+. Le secteur agricole est fier de faire figure d’exemple en matière de protection de l’environnement et de bien-être animal. Aussi n’a-t-il cesse de travailler pour s’améliorer encore. En 2020, il fera tout son possible pour empêcher que les deux initiatives encourageant les importations ne chamboulent la production indigène.

Lire la suite
Communiqués de presse
Le Parlement investit dans la recherche et la sélection végétale

10.12.19 | Le Conseil des États veut lui aussi débloquer six millions de francs supplémentaires en faveur du Centre de compétences sur les sols, ainsi que de la recherche en production végétale et en agriculture biologique. L’Union suisse des paysans soutient cette décision.

Lire la suite
Communiqués de presse
LAT II : le projet est rejeté, et c’est tant mieux

03.12.19 | Le Conseil national n’est pas entré en matière sur le message relatif à la deuxième étape de la révision de la loi sur l’aménagement du territoire, suivant ainsi la recommandation de la Commission de l’environnement, de l’aménagement du territoire et de l’énergie. L’Union suisse des paysans se déclare satisfaite de cette décision.

Lire la suite
Communiqués de presse
Le directeur Jacques Bourgeois quitte l’USP

22.11.19 | Plus tôt dans la journée, Jacques Bourgeois, directeur de l’Union suisse des paysans, a informé l’Assemblée des délégués de son départ pour fin mars 2020. Par ailleurs, la faîtière agricole s’est donné une nouvelle vice-présidente en la personne d’Anne Challandes.

Lire la suite
Points de vue
Les paysans restent bien représentés

23.10.19 | Les urnes ont parlé. Les Verts et les Verts libéraux sont les grands vainqueurs des élections fédérales, il faut le reconnaître en toute honnêteté. Tous les autres y ont laissé des plumes. Tous ? Non ! Il existe encore un groupe parmi les gagnants : les paysans.

Lire la suite
Communiqués de presse
Élections fédérales 2019 : les paysans restent bien représentés

21.10.19 | Les urnes ont parlé. À l’issue des élections fédérales, l’Union suisse des paysans constate que l’agriculture pourra compter sur une représentation presque aussi forte que par le passé. Pour la nouvelle législature, 29 parlementaires seront invités à la Conférence des parlementaires paysans. Dans les cantons où un second tour sera nécessaire, d’autres candidats agricoles pourraient encore accéder tant à la Chambre haute qu’à la Chambre basse.

Lire la suite
Communiqués de presse
Décision de la CER saluée

08.10.19 | Les membres de la Commission de l’économie et des redevances du Conseil national (CER-CN) soutiennent une initiative parlementaire de la commission homologue du Conseil des États (CER-CE) en rapport avec les deux initiatives « pour une eau potable propre » et « pour une Suisse libre de pesticides de synthèse » : la CER-CE propose d’inscrire dans la loi une trajectoire de réduction assortie de valeurs cibles pour les risques liés à l’usage des pesticides. L’Union suisse des paysans (USP) préconise elle aussi cette voie. L’initiative parlementaire renforce ainsi le Plan d’action national Produits phytosanitaires. L’USP estime que, de ce fait, toutes les conditions sont posées pour que le Conseil des États poursuive rapidement et sans retard l’examen des initiatives pour une eau potable propre et pour l’interdiction des pesticides.

Lire la suite
Points de vue
Jamais mobilisation et sagesse n’ont été aussi importantes

25.09.19 | Jamais mobilisation et sagesse n’ont été aussi importantes Chère paysanne, cher paysan, Avant chaque élection fédérale, nous vous appelons à vous rendre aux urnes et à donner votre voix à des candidats paysans. Pour conserver une assise solide au Parlement, une mobilisation importante de la part du secteur agricole est indispensable. Certes, les élections ont toujours été importantes, mais celles qui approchent le sont d’autant plus. Je dirais même qu’elles sont plus importantes que jamais. Pourquoi ? Au cours des deux dernières législatures, nous sommes souvent parvenus à corriger les propositions et les décisions du Conseil fédéral ou de l’administration qui auraient nuit à l’agriculture. Rappelons-nous les mesures d’économie, l’ouverture des frontières à tout-va, ou encore les dispositions réduisant notre marge de manœuvre. Nous devons la prise en compte de ces corrections à la forte représentation de notre branche au Parlement, lequel se montre bien disposé envers le secteur agro-alimentaire et les familles paysannes la plupart du temps. Le Conseil national a souvent adopté les décisions favorables à l’agriculture à 110 ou 120 voix contre 80 ou 90. Faisons le calcul : si dix voix seulement passaient dans le camp adverse, il nous serait très difficile, voire impossible, de rallier une majorité à notre cause. Cette différence aurait des conséquences irréversibles, notamment dans le cadre des dossiers qui nous concernent, comme la Politique agricole 2022+, la révision de la loi sur l’aménagement du territoire, la conclusion d’accords de libre-échange et, avant tout, les délibérations sur les initiatives extrêmes et néfastes pour l’ensemble du secteur agro-alimentaire. Nous devons donc nous mobiliser plus que jamais. Toute agricultrice, tout agriculteur a le devoir de se rendre aux urnes, aussi bien dans son propre intérêt que dans celui de la génération à venir. Allez même encore plus loin : convainquez votre entourage, votre famille, vos voisins, vos amis, vos connaissances, vos collaborateurs, vos partenaires commerciaux et autres à aller voter et à élire des candidats en phase avec la réalité paysanne. En outre, la sagesse est de mise. Lors d’élections à la proportionnelle, les sièges sont distribués entre les partis en fonction du pourcentage des voix récoltées, puis attribués aux candidats qui ont obtenu le plus de suffrages au sein d’une même liste. Il convient donc de nous assurer des représentants en nous fondant sur les listes de partis. Donnez également votre voix aux candidats disposant de réelles chances d’être élus et inscrivez-les deux fois sur la liste. Les voix données aux agriculteurs n’ayant aucune chance d’être élus, même s’ils sont faits pour la politique, resteront lettre morte. Mobilisation, participation et sagesse n’ont jamais été aussi importantes qu’aujourd’hui et décisives pour l’avenir. Nous comptons sur vous ! Urs Schneider, directeur adjoint de l’Union suisse des paysans

Lire la suite