Contenu principal

Les veaux descendent à 12 fr. 80

Commentaire du marché du 17 mai 2019 dans le journal Agri

C’est maintenant, entre Pâques et Pentecôte, que le marché des veaux subit un ralentissement considérable. La semaine dernière, le prix de reprise des abattoirs se situait en moyenne 28 centimes au-dessous de la cote hebdomadaire de Proviande. Avec 12 fr. 92 le kilo poids mort payés pour les veaux AQ de classe T3 au lieu du prix hebdomadaire de 13 fr. 20, l’engraissement des veaux n’est plus rentable. Les prix indicatifs des veaux maigres augmentent de 30 centimes le kilo poids vif et, en même temps, les prix hebdomadaires de Proviande baissent de 40 centimes à 12 fr. 80 pour les animaux de classe T3 livrés à l’abattoir. Malgré les 600 tonnes de viande de veau placées en chambre de congélation, la demande reste faible. Une nouvelle action de stockage avec des contributions de Proviande n’aura pas lieu, car les crédits à cet effet sont épuisés.

Les engraisseurs de veaux vont au-devant de temps difficiles. Ils ont pourtant fait tout leur possible pour améliorer la qualité. En raison de l’utilisation accrue des races entièrement bouchères, les poids morts augmentent, et il y a davantage de veaux dans les classes de charnure supérieures C et H. La moitié de la viande de veau est destinée au secteur de la restauration. Cette dernière veut certes de la viande de qualité, mais elle se montre sensible au prix. L’abondance de l’offre pèse sur le marché à l’heure actuelle ; la situation ne devrait s’améliorer que vers Pentecôte (9 juin) et après la montée à l’alpage.

Hans Rüssli

Union Suisse des Paysans

Sur le même sujet

AGRISTAT Actuel
Agristat « Actuel » 11-20 : Bilan alimentaire 2019 (BA)

11.12.20 | Malgré des quantités de production relativement faibles, la consommation alimentaire de 2019 s’est révélée quelque peu supérieure à celle de l’année d’avant. C’est surtout l’augmentation des importations qui a permis de couvrir la demande supplémentaire. Par conséquent, le rapport entre la production indigène et la consommation s’est montré faible (57 %). Chacun d’entre nous consomme moins de nourriture qu’il y a douze ans. Par ailleurs, nous renonçons de plus en plus aux aliments d’origine animale. De plus, la population commence à se détourner des glucides pour privilégier les graisses, principalement végétales.

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - novembre

11.12.20 | Novembre 2020 s’est montré très doux, ensoleillé et sec. Sur le versant sud des Alpes, ce fut l’un des mois de novembre les plus secs depuis un siècle. À l’échelle du pays, il n’est tombé que 20 % de la pluie de la norme 1981-2010. La température moyenne a dépassé de 2,6 degrés la norme 1981-2010. Ces dernières années, seuls les mois de novembre 2014 et 2015 ont été plus chauds. Ce n’est que le 19 novembre qu’un front froid est venu chasser l’anticyclone, entraînant des chutes de neige à moins de 1000 mètres sur le nord du pays. La baisse de température du 19 novembre ressort bien dans le graphique lié au tableau 1.3. Le Plateau suisse s’est souvent retrouvé sous le brouillard en raison des hautes pressions. La pluviométrie n’a atteint que 60 % de la norme pendant tout l’automne, les seules précipitations abondantes étant tombées en octobre.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 50/2020

11.12.20 | La consommation par habitant de denrées alimentaires a baissé de 13 387 kilojoules en 2007 à 12 573 kilojoules en 2019, ce qui correspond à une diminution de 6,1 %. Le tourisme d’achat, qui n’est pas enregistré dans le bilan alimentaire ne peut pas être la seule raison pour cette diminution. Le vieillissement de la population et la baisse de l’activité physique sont d’autres raisons possibles. En chiffres absolus, la consommation de denrées alimen-taires végétales (-463 kJ) a diminué plus fortement que celle de denrées alimentaires animales (-351 kJ). Par contre, en chiffres relatifs, la diminution de la consommation de denrées alimentaires animales (-8,6 %) a procédé plus vite que celle de denrées alimentaires animales (-5,0 %).

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 49/2020

04.12.20 | La consommation par habitant de denrées alimentaires a baissé de 13 387 kilojoules en 2007 à 12 573 kilojoules en 2019, ce qui correspond à une diminution de 6,1 %. Le tourisme d’achat, qui n’est pas enregistré dans le bilan alimentaire ne peut pas être la seule raison pour cette diminution. Le vieillissement de la population et la baisse de l’activité physique sont d’autres raisons possibles. En chiffres absolus, la consommation de denrées alimen-taires végétales (-463 kJ) a diminué plus fortement que celle de denrées alimentaires animales (-351 kJ). Par contre, en chiffres relatifs, la diminution de la consommation de denrées alimentaires animales (-8,6 %) a procédé plus vite que celle de denrées alimentaires animales (-5,0 %).

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 48/2020

27.11.20 | Si l’on répartit le bilan alimentaire (BA) selon les étages de la pyramide alimentaire suisse, on constate quelques différences : Dans le bilan alimentaire, on ne trouve ni le sel ni l’eau. Par contre, la pyramide courante ne connaît pas l’alcool. Dans le BA, les aliments sont groupés selon les matières premières et on ne trouve ni les pommes chips ni le chocolat. Selon le BA, ils font partie des pommes de terre et des stimulants. La poudre de lait, utilisée pour la fabrication du chocolat, est classée comme produit laitier. Quand même, on peut noter de nombreux points communs. A l’exception de l’étage le plus élevé, une vraie pyramide prend forme selon la quantité. Selon l’énergie, les quatre étages supérieurs livrent un apport comparable, pendant que l’apport des fruits et des lé-gumes est nettement plus modeste, malgré la quantité élevée. Mais dans l’alimentation, la quantité et l’énergie ne suffisent pas au bonheur.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 47/2020

20.11.20 | La viande de mouton ou plutôt d’agneau ne fournit que 2,2 % de la consommation de viande de la population suisse. En l’an 2018, la part de la production indigène s’élevait à 48 %. Ces dernières années, la faible part indi-gène a permis une augmentation de la production indigène avec une amélioration des prix à la production en pa-rallèle. Depuis 2019, la production est stagnante ce qui a amené une nouvelle amélioration des prix à la produc-tion. Dans le graphique, les valeurs calculées sur 12 mois sont affichées afin de montrer la tendance sans les va-riations saisonnières.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 46/2020

13.11.20 | En 2019, la Suisse comptait un effectif de 3,2 millions de poules pondeuses avec une production de 1000 millions d’œuf destinés à l’alimentation humaine. Dans l’année du coronavirus 2020, la forte demande en œufs a amené une nette augmentation de la production. Jusqu’au mois de septembre 2020, la production indigène a augmenté de 7,3 % en glissement annuel. Cette année, l’effectif des poules pondeuses devrait atteindre 3,5 millions (esti-més) de poules. En 2019, le canton d’Appenzell Rhodes-Intérieures affichait le nombre le plus élevé en poules pondeuses par rapport à la surface agricole, suivi par les cantons de Thurgovie et d’Argovie.

Lire la suite
Communiqués de presse
Inconséquence de la politique phytosanitaire fédérale !

12.11.20 | La Fédération Suisse des Betteraviers est consternée. L’Office fédéral de l’agriculture n’a pas donné suite à la demande d’autorisation d’urgence temporaire, pour le traitement des semences de bette-raves sucrières avec une néonicotinoïde, exigée par la branche du sucre. Cela après adoption par de nombreux Etats membres de l’UE d’une dérogation pour l’enrobage des semences par des néonicoti-noïdes. La FSB exige donc l’égalité de traitement pour la production de sucre indigène en autorisant que les importations de sucre produit avec les pesticides autorisés en Suisse.

Lire la suite