Contenu principal

L’Union suisse des paysans adopte une résolution sur la PA 22+

Communiqué de presse de l'Union suisse des paysans du 22 novembre 2018

Aujourd’hui, à l’occasion de leur assemblée annuelle, les délégués de l’Union suisse des paysans ont adopté une résolution sur la politique agricole à partir de 2022. Ils réclament entre autres plus de stabilité dans les conditions cadres, la mise en œuvre du nouvel article constitutionnel 104a sur la sécurité alimentaire et moins d’administration. Ils ont aussi abordé la marche à suivre face à l’initiative pour une eau potable propre et à celle pour une Suisse libre de pesticides de synthèse. Enfin, l’assemblée a rendu hommage aux gagnants des SwissSkills 2018 dans les métiers de l’agriculture.

Le message publié la semaine dernière par Conseil fédéral sur la politique agricole à partir de 2022 a constitué le principal sujet des débats de la 86e Assemblée des délégués (AD) de l'Union suisse des paysans (USP), qui s'est tenue aujourd'hui à Berne. Aux yeux de la faîtière agricole, la plus-value quasi inexistante qu’apporte cette nouvelle réforme de lois ne justifie de loin pas les longues discussions qui s’ensuivront au Parlement et dans la société, ni même les combats autour de la répartition des moyens en interne. En effet, il serait aussi possible de mettre en œuvre les modifications nécessaires au niveau des ordonnances. L’USP considère comme particulièrement agaçant le fait que le Conseil fédéral n’ait toujours pas endossé ses responsabilités dans le cadre du mandat que lui a confié le peuple en acceptant à une large majorité l’article constitutionnel 104a sur la sécurité alimentaire. Elle déplore également les nouveaux chambardements dans le système des paiements directs et l'absence d’une simplification administrative. Le manque de stabilité des conditions cadres capte inutilement des ressources entrepreneuriales des exploitations.

Adoption d’une résolution
Les décisions prises lors de l’assemblée ont montré que les agriculteurs suisses sont prêts à poursuivre leur engagement en matière d’approvisionnement alimentaire, de bien-être animal et de préservation des ressources en conformité avec les attentes de la population et avec leur mandat constitutionnel. Les délégués soutiennent les modifications nécessaires et les mesures de politique agricole simples et efficaces. Comme le message à présent en consultation ne permet pas aux familles paysannes d’atteindre ces objectifs, l’assemblée a adopté une résolution en conséquence.

L’agriculture reste un sujet public
L’initiative déposée cette année pour une eau potable propre et une alimentation saine a été une grande source d’inquiétude pour les délégués. Contrairement à ce que pense le comité d’initiative, les objectifs que suggère le titre de ce projet ne peuvent pas être atteints au travers d'une simple modification de la production agricole et d'exigences si éloignées de la pratique. D’une part, l’interdiction de tout produit phytosanitaire, c’est-à-dire même des produits naturels autorisés dans l’agriculture bio, est problématique. D’autre part, l’exigence que les animaux de rente soient nourris exclusivement avec du fourrage produit sur l’exploitation a été formulée sans connaissance de cause. Une collaboration entre les exploitants ne serait plus possible, et les cochons et la volaille ne pourraient être élevés que dans les régions de culture des champs. La seconde initiative populaire agricole déposée cette année pour une Suisse libre de pesticides de synthèse concerne aussi la protection des végétaux. L'USP et ses organisations membres prévoient de mieux informer la population, de présenter les tenants et aboutissants du projet et de montrer comment elles comptent atteindre les améliorations nécessaires en empruntant d’autres chemins.

La relève professionnelle est prête
L’AD ne s’est pas consacrée uniquement aux sujets négatifs. En effet, elle a également rendu hommage aux gagnants des SwissSkills 2018 dans la catégorie des métiers de la terre : les agriculteurs, les vignerons, les maraîchers, les cavistes et les professionnels du cheval. Johannes Meyer, récemment sacré champion suisse des jeunes agriculteurs, a rendu compte de la compétition et a exprimé ses souhaits pour l’avenir. 

Les délégués se sont ensuite informés de l’état de la mise en œuvre de la nouvelle réglementation concernant le versement à l’USP des contributions liées à la production et ont approuvé les montants pour 2019. Après une brève discussion, ils ont également donné leur feu vert à une modification des statuts : les titulaires resteront en fonction jusqu’à la fin de la période de mandat au cours de laquelle ils auront eu 65 ans révolus.. La composition des organes de l'USP a de nouveau connu plusieurs changements. Andreas Baumann (UR), Markus Lüscher (BE), Nicolas Pape (JU), Markus Gerber (CTEBS), Reto Grünenfelder (CTEBS), Jürg Iseli (PSL), Daniel Vetterli (PSL), Steve Mottiez (PSL), Edith Nüssli (GalloSuisse), Hans Kohler (SAV) et  Erich von Siebenthal (SAV) sont les nouveaux membres de la Chambre suisse d’agriculture. Les autres points à l’ordre du jour n’ont suscité aucun remous : les délégués ont approuvé le procès-verbal de l’AD 2017, le Rapport annuel 2017 ainsi que le Programme d’activités 2019. La prochaine AD aura lieu le 21 novembre 2019, de nouveau à Berne.

Renseignements

Markus Ritter

Markus Ritter

Union Suisse des Paysans
Président
Conseiller national

Téléphone 079 300 56 93
EMail markus.ritter@parl.ch

Jacques Bourgeois

Jacques Bourgeois

Union Suisse des Paysans
Directeur
Conseiller national

Téléphone 079 219 32 33
E-Mail jacques.bourgeois@sbv-usp.ch

Sandra Helfenstein

Union Suisse des Paysans
Responsable suppléante du Département Communication et services internes
Coresponsable de la communication, service Médias & Relations publiques
Porte-parole de l'USP

Téléphone 056 462 52 21
Mobile 079 826 89 75
Email sandra.helfenstein@sbv-usp.ch

Sur le même sujet

Communiqués de presse
Le Contrôle des finances s’est-il égaré ?

10.10.18 | Le Contrôle fédéral des finances (CDF) a examiné les aides financières allouées aux organisations du secteur agricole. Dans ce cadre, il semble ne pas avoir compris ce qu’il devait faire. En effet, il donne une interprétation erronée de l’article constitutionnel 104a sur la sécurité alimentaire, accepté par 78 % des votants, car il lui manque de toute évidence les compétences nécessaires à cet effet.

Lire la suite
Communiqués de presse
La provenance et la qualité des aliments intéressent la population

23.09.18 | Les deux initiatives populaires pour des aliments équitables et pour la souveraineté alimentaire n’ont pas réussi à convaincre une majorité des votants. Avec la mise en œuvre du nouvel article constitutionnel sur la sécurité alimentaire, accepté par une grande majorité l’année dernière, le Conseil fédéral s’est déjà vu confier par le peule la mission contraignante de renforcer une production durable en Suisse et à l’étranger. Il doit à présent passer à l’action !

Lire la suite
Communiqués de presse
Initiatives pour les vaches à cornes, contre le mitage et de Future 3 : les recommandations de vote de l’USP

21.09.18 | La Chambre suisse d’agriculture s’est livrée à un examen approfondi de trois initiatives populaires à sa séance d’aujourd’hui. Elle a décidé de laisser la liberté de vote dans le cas de l’initiative pour les vaches à cornes. Par contre, elle rejette l’initiative contre le mitage et l’initiative « pour une Suisse libre de pesticides de synthèse ». Pour ce qui est de cette dernière, elle s’oppose aussi à un éventuel contre-projet.

Lire la suite
Points de vue Sécurité alimentaire : Application à la lettre attendue !

17.09.18 | Le plébiscite du nouvel article Constitutionnel 104a sur la sécurité alimentaire est resté pour l’instant une coquille vide alors que près de 80% de la population avait voté en sa faveur. On attend maintenant du Conseil fédéral, dans le cadre de la PA 2022+, qu’il applique à la lettre ce nouvel article Constitutionnel.

Lire la suite
Communiqués de presse
Le Contrôle des finances sous-estime les centrales de biogaz agricoles

23.08.18 | Le Contrôle fédéral des finances s’est penché sur les soutiens financiers alloués aux exploitants de centrales de biogaz agricoles et sur la rentabilité de celles-ci. Dans son rapport, il a reconnu que les différents instruments visant à promouvoir ces centrales se complètent de manière harmonieuse et qu’ils ne donnent lieu à aucune forme injustifiée d’encouragement excessif. Il remet toutefois en cause l’efficience des installations. Ce faisant, il sous-estime l’importance des centrales de biogaz agricoles dans la production d’énergie et la protection du climat.

Lire la suite
Communiqués de presse
Le remboursement de l’impôt sur les huiles minérales n’incite pas à la consommation

23.08.18 | Le rapport « Audit sur les remboursements de l’impôt sur les huiles minérales dans l’agriculture » du Contrôle Fédéral des Finances laisse entrevoir la remise en question de ce dernier. La suppression du remboursement augmenterait les prix de production et le prix des matières premières agricoles, sans avoir de répercussion positive sur la consommation de carburants.

Lire la suite
Communiqués de presse
La recherche plus importante que jamais : non aux plans d’économies !

16.08.18 | Le Conseil fédéral veut économiser 40 millions de francs dans la recherche agricole et ainsi l’affaiblir de façon sensible. Ce projet tombe à une époque où l’agriculture n’a jamais eu autant besoin de la recherche afin de venir à bout des nombreux défis qui l’attendent. C'est pourquoi ces plans d'économies sont et doivent rester tabous, estime l'Union suisse des paysans. Sous sa forme actuelle, le projet du Conseil fédéral n’a aucune chance d’obtenir une majorité et a échoué.

Lire la suite
Points de vue Numérisation : Ne pas rater ce train!

03.08.18 | La numérisation de l’agriculture, ce ne sont pas seulement de nouveaux engins comme des drones, des robots de traite, d’alimentation et de nettoyage ou des tracteurs et des machines agricoles autonomes, guidés par GPS. C’est un changement systémique : ces nouvelles technologies seront connectées entre elles, mais aussi avec les instruments de gestion de l’exploitation comme le bilan de fumure, les plans d’affouragement et d’assolement et même avec la comptabilité. Ces connexions ne vont pas se limiter à l’exploitation, elles vont aussi être en lien avec les fournisseurs d’intrants et d’équipements et avec les acheteurs de la production agricole de l’exploitation. Même dans certains cas, par la mise en place de plateformes de commercialisation, ces connexions vont aller jusqu’au consommateur final. C’est un défi dont le potentiel d’amélioration, par exemple au niveau de la simplification administrative et du développement durable, est important. Cela présente toutefois aussi des risques, comme celui de laisser de nombreuses familles paysannes sur le carreau et de restreindre l’indépendance entrepreneuriale des exploitations agricoles.

Lire la suite