Contenu principal

L’USP dresse un bilan mitigé du message relatif à la PA22+

Communiqué de presse de l'Union suisse des paysans du 13 février 2020

Le Conseil fédéral a publié son message relatif à Politique agricole 2022+. L’Union suisse des paysans salue les améliorations que le gouvernement a entreprises depuis la consultation.Néanmoins, il reste encore de nombreux points critiques. La politique agricole deviendra aussi plus complexe qu’elle ne l’a été jusqu’à présent.Aucune piste de simplification n’est en vue.

Aujourd’hui, le Conseil fédéral a adopté le message relatif à la Politique agricole 2022+ à l’attention du Parlement. L’Union suisse des paysans (USP) voit d’un bon œil la correction de certains éléments suite à la consultation. C’est en particulier le cas du domaine « Marché », pour lequel le Conseil fédéral entend maintenir les systèmes éprouvés. Le gouvernement ne veut pas non plus changer le droit du bail à ferme agricole. Par ailleurs, il a balayé les quelques points critiques en matière de droit foncier rural qui subsistaient au moment de la consultation. L’USP salue en particulier les nouvelles incitations sur le plan des contributions au système de production, notamment celles qui permettront de réduire le recours aux produits phytosanitaires. La faîtière agricole réserve aussi un accueil favorable à la décision du gouvernement de miser sur le développement des mesures existantes pour améliorer les prestations en faveur de la biodiversité. Le nouveau cofinancement des assurances contre les pertes de récolte en vue d’atténuer les risques croissants liés au climat avait constitué l’un des vœux du secteur agricole. Pour ce qui est de la couverture sociale des partenaires, le Conseil fédéral propose un compromis susceptible de rallier une majorité, même dans l’agriculture.

Parmi les éléments particulièrement négatifs, l’USP relève la nouvelle complexification de la politique agricole et le renvoi aux calendes grecques de la simplification administrative dont devaient bénéficier les familles paysannes. La régionalisation prévue de la politique agricole mettra en outre ces dernières sur des bases inégales d’une région à l’autre et conduira à une nouvelle dispersion des mesures. L’USP s’inquiète aussi du durcissement que connaîtront de nombreuses filières et qui risque d’affaiblir la compétitivité de l’agriculture suisse et la sécurité d’approvisionnement. La mise en danger de ces deux éléments va à l’encontre de l’article constitutionnel 104a, accepté par le peuple en septembre 2017. Toutes les nouvelles exigences sont synonymes de coûts supplémentaires pour les familles paysannes, lesquelles ne pourront pas les répercuter sur le marché en générant une plus-value équivalente. En même temps, le crédit-cadre des paiements directs pour la prochaine période subit une coupe de plus de 100 millions de francs.

À présent, l’USP va examiner en détail le message et définir en collaboration avec ses sections membres la suite des opérations pour ce qui est des débats au Parlement.

Renseignements

Markus Ritter

Markus Ritter

Union Suisse des Paysans
Président
Conseiller national

Téléphone 079 300 56 93
EMail markus.ritter@parl.ch

Jacques Bourgeois

Jacques Bourgeois

Union Suisse des Paysans
Directeur
Conseiller national

Téléphone 079 219 32 33
E-Mail jacques.bourgeois@sbv-usp.ch

Francis Egger

Vice-directeur Union Suisse des Paysans
Département économie, formation et
relations internationales

Mobile 079 280 69 66
Email francis.egger@sbv-usp.ch

Sur le même sujet

Points de vue
Les erreurs ont bon dos

12.03.21 | « Une vache polluerait comme 10'000 voitures ». L’affirmation du Croc’nature, le magazine pour enfants de Pro Natura, est détonante, surtout en faisant référence au méthane. Elle est surtout totalement erronée et ne peut être ressentie que comme un nouvel acte d’agribashing, que l’USP condamne fermement. Erreur volontaire ou involontaire ? A chacun de juger mais c’est tellement gros ! Surtout dans une revue pour enfant où une telle information s’apparente à de l’endoctrinement et pourrait relever de la diffamation.

Lire la suite
Communiqués de presse
Pour ne pas compromettre les bons développements

09.03.21 | Deux projets extrêmes visant l’agriculture, à savoir les initiatives « eau potable » et « antipesticides » passeront en votation le 13 juin prochain. Lors d’une conférence de presse à Berne aujourd’hui, les membres du comité national pour le « non » ont mis en évidence les conséquences négatives en cas d’acceptation : recul de la production indigène, davantage d’importations, renchérissement de l’alimentation, davantage de gaspillage alimentaire, disparition d’emplois et de la création de valeur. Et tout cela sans aucune plus-value pour l’environnement ou l’eau. En outre, les intervenants et intervenantes ont rappelé les développements positifs et les mesures déjà prises pour assurer de nouvelles améliorations.

Lire la suite
Points de vue
La production indigène prend ses responsabilités

12.02.21 | La nouvelle salve contre l’agriculture, dégainée par Greenpeace, illustre une nouvelle fois une volonté de nuire. Jouant sur les raccourcis et de fausses informations, la démarche veut faire croire aux consommateurs que la viande suisse ne l’est pas… La réalité est que le 84% des fourrages consommés par nos animaux de rente est indigène. L’agriculture suisse n’a jamais prétendu être autonome en fourrages et ne l’a jamais caché. Mais réduire la production suisse sans adapter la consommation ne ferait que davantage dépendre des importations de viande.

Lire la suite
Communiqués de presse
L’USP soutient l’accord de libre-échange avec l’Indonésie

25.01.21 | À l’occasion d’un vote par correspondance, les membres de la Chambre suisse d’agriculture de l’Union suisse des paysans se sont prononcés en faveur de l’accord de libre-échange avec l’Indonésie. Ils soutiennent aussi la prolongation du moratoire sur le génie génétique et demandent au Conseil fédéral de réglementer le recours aux nouvelles techniques de sélection.

Lire la suite
Communiqués de presse
Ajuster l’ordonnance pour réglementer la question du loup

15.01.21 | En septembre dernier, le peuple a rejeté de peu la révision de la loi sur la chasse. Au lendemain de cet échec s’est posée la question de savoir quelle suite donner à la législation. Une solution pragmatique est en train de se profiler au Parlement. Après la Commission de l’environnement, de l’aménagement du territoire et de l’énergie du Conseil national, la commission sœur du Conseil des États a elle aussi déposé une motion demandant un ajustement rapide de l’ordonnance sur la chasse. L’objectif est d’introduire les mesures nécessaires pour améliorer la cohabitation avec le loup dès la prochaine saison de pâturage. Dans ce cadre, l’accent est mis sur l’assouplissement des règles relatives à la régulation du prédateur. L’Union suisse des paysans se félicite de cette démarche et invite le Conseil fédéral à agir sans tarder pour mettre en œuvre les motions.

Lire la suite
Communiqués de presse
Initiatives phytos extrêmes : une campagne de votation à la hauteur

14.01.21 | Le 13 juin prochain, le peuple se prononcera sur les deux initiatives phytos extrêmes « Pour une eau potable propre » et « Pour une Suisse libre de pesticides de synthèse ». L’Union suisse des paysans a mis en place une alliance soutenue par de nombreux acteurs pour lutter contre ces deux initiatives. En déployant un large éventail de mesures, cette alliance entend faire sortir un double non des urnes.

Lire la suite
Communiqués de presse
L’idéal… et la réalité

06.01.21 | Les familles paysannes sont tiraillées entre les critiques incessantes des médias d’une part, et la réalité du marché et du commerce d’autre part. Deux initiatives anti-agricoles extrêmes viennent compliquer la situation. Or, ces initiatives sont trompeuses. Des études montrent que celle sur l’eau potable aurait un effet global négatif sur l’environnement.

Lire la suite
Communiqués de presse
L’oxyde d’éthylène n’est pas un produit phytosanitaire

22.12.20 | Ces dernières semaines, plusieurs détaillants suisses ont dû rappeler des denrées alimentaires contenant de l’oxyde d’éthylène. Dans leur communication, ils prétendent parfois qu’il s’agit d’un produit phytosanitaire. C’est complètement absurde !

Lire la suite