Contenu principal

L’USP exige une hausse des prix à la production

Communiqué de presse de l’Union suisse des paysans du 23 février 2022

À l’instar de tous les secteurs de l’économie, les familles paysannes connaissent un renchérissement des agents de production. Aussi la Chambre suisse d’agriculture exige-t-elle sans plus attendre une augmentation des prix à la production d’au moins 5 %. À partir de 2023, la production animale et la production végétale devront toucher un revenu supplémentaire de respectivement 5 % et 10 % au minimum, de sorte à amortir la hausse des coûts et les risques liés à la mise en œuvre de nouvelles exigences environnementales.

Le renchérissement des agents de production et des biens d’équipement n’épargne pas l’agriculture. Ceux-ci ont vu leur prix bondir de 6,2 % au cours des derniers mois, soit des dépenses supplémentaires de l’ordre de 465 millions de francs par année pour les familles paysannes. Aussi les membres de la Chambre suisse d’agriculture demandent-ils une hausse immédiate de 5 % des prix à la production. Cette demande est plus que justifiée dans la mesure où plusieurs denrées alimentaires ont déjà renchéri à la vente sans que les familles paysannes indigènes profitent du surcoût.

Dans un autre registre, la mise en œuvre de la trajectoire de réduction qu’a adoptée l’an dernier le Parlement dans le cadre de son initiative 19.475 est imminente. Cette trajectoire comprend des objectifs très ambitieux de réduction de l’utilisation de produits phytosanitaires et des pertes d’éléments fertilisants. Le but serait d’atteindre ces objectifs à partir de 2023 par le biais de directives plus strictes pour toutes les exploitations en matière de prestations écologiques requises. Outre une réduction des rendements moyens, une charge de travail supplémentaire et des coûts de production plus élevés, la trajectoire entraîne aussi des risques plus importants dans la production végétale. Les modèles de calcul de la station de recherche Agroscope confirment une hausse des coûts de 10 % en moyenne dans cette branche-là et de 5 % en moyenne dans la production animale.

De ce fait, il faudra à nouveau ajuster au moins dans ces deux ordres de grandeur les prix des produits agricoles à partir de l’année prochaine. L’Union suisse des paysans (USP) exige de tous les secteurs en aval, du premier acheteur au commerce de détail, qu’ils augmentent de manière correspondante les prix à la production, de sorte à amortir les conséquences économiques que subissent les familles paysannes dans leurs efforts de produire des denrées alimentaires indigènes encore plus durables. Agir ainsi ne serait que justice, car la Confédération ne prévoit aucune augmentation des paiements directs pour l’agriculture. Pour être durable, la production doit être rentable.

Renseignements

Martin Rufer

Martin Rufer

Directeur de l'Union Suisse des Paysans

Téléphone 078 803 45 54
E-Mail martin.rufer@sbv-usp.ch

Michel Darbellay

Responsable du département Production, marché et écologie de l’USP

Téléphone        078 801 16 91
E-Mail               michel.darbellay@sbv-usp.ch 

Sur le même sujet

AGRISTAT Actuel
Agristat « Actuel » 06-22 : Engrais de ferme et de recyclage dans HODUFLU

11.07.22 | Depuis 2014, les quantités et les livraisons d’engrais gérées dans HODUFLU sont en augmentation. Environ deux tiers des livraisons ont lieu au sein du secteur agricole. Le tiers restant regroupe les installations de compostage et de méthanisation en tant que preneurs ou remettants. Une livraison sur cinq est intercantonale. Comme il fallait s'y attendre, les cantons ayant une densité de bétail élevée ont tendance à livrer aux cantons ayant beaucoup de terres assolées. En 2021, la quantité totale dans HODUFLU représentait 12,9 % de la quantité totale d'engrais en Suisse. Au vu de la hausse des prix des engrais minéraux, la demande en engrais de ferme et de recyclage devrait continuer à augmenter.

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - juin 2022

11.07.22 | Le mois de juin 2022 a été le deuxième mois le plus chaud depuis le début des mesures en 1864. Seul le mois de juin de l'année 2003 a affiché une température moyenne encore plus élevée. Dans de nombreuses stations de mesures, les valeurs maximales journalières ont atteint de nouveaux ecords pour un mois de juin. Les précipitations totales sont restées inférieures à la moyenne sur une grande partie du territoire. Le temps sec des mois précédents a donc persisté (cf. tableau 1.2).

Lire la suite
En direct de l'USP
En direct de l‘USP n° 27

11.07.22 | La plateforme Protection phytosanitaire a discuté de la mise en œuvre de l’Iv. pa. 19.475. Outre la situation actuelle sur la base des indicateurs de risque, il a été question de la convention des objectifs avec l’OFAG.

Lire la suite
En direct de l'USP
En direct de l‘USP n° 26

04.07.22 | Lors des Journées internationales d’économie alpestre, un total de 350 personnes de diverses régions de l'arc alpin se sont réunies à Viège pour discuter des défis actuels et des perspectives de l’agriculture de montagne.

Lire la suite
En direct de l'USP
En direct de l‘USP n° 25

28.06.22 | Lors d’une commission compétente du conseil des Etats, l’USP a pu s’exprimer concernant la révision de la loi sur la chasse. Il a été démontré qu’une révision de la loi était nécessaire et urgente afin de rendre possible la régula-tion du loup. Des mesures préventives sont également indispensables. Les membres de la commission ont en-suite pris une décision en ce sens.

Lire la suite
Prises de position Umsetzung der Änderung des Energiegesetzes auf Verordnungsstufe

24.06.22 | Stellungnahme des Schweizer Bauernverbands zur Umsetzung der Änderung des Energiegesetzes auf Verordnungsstufe.

Lire la suite
En direct de l'USP
En direct de l‘USP n° 24

21.06.22 | Une brochure et un site web ont été créés dans le cadre de la campagne de sensibilisation «Faucher futé». Objectif: promouvoir une utilisation ciblée de la faucheuse-conditionneuse et, ainsi, protéger les insectes.

Lire la suite
AGRISTAT Actuel
Agristat « Actuel » 05-22 : La guerre en Ukraine et l’agriculture

13.06.22 | La guerre en Ukraine fait grimper en flèche les coûts de production dans l’agriculture. À l’heure actuelle, les coûts supplémentaires pour l’année 2022 sont estimés à 900 millions de francs. Les coûts supplémentaires effectifs dépendront de l’évolution future. Si l’on ne veut pas que le revenu agricole diminue sensiblement, les prix à la production doivent augmenter en conséquence.

Lire la suite