Contenu - 02.12.16 La Session des jeunes

La Session des jeunes soutient les principales revendications de l’initiative pour la sécurité alimentaire

Communiqué de presse de l’Union suisse des Paysans du 02 décembre 2016

L’Union suisse des paysans (USP) se félicite que le projet « Tomate », accepté par une grande majorité lors de la Session des jeunes, soutienne dans une large mesure les objectifs de l’initiative pour la sécurité alimentaire. Elle considère en effet que cette initiative est un projet d’avenir pour les générations futures. C’est une véritable satisfaction de constater que des jeunes gens actifs en politique ont aussi pour objectif de garantir la sécurité alimentaire autant que possible avec des produits suisses, voire même régionaux. Avec les jeunes agricultrices, les jeunes agriculteurs et les jeunes familles paysannes, ils créent ainsi de nouvelles perspectives.

Lors de la Session des jeunes 2016, 200 jeunes gens engagés en politique dans tous les partis se sont retrouvés dans l’enceinte du Parlement à Berne pour se pencher sur des thèmes d’actualité. Ils ont formulé des exigences à l’intention du monde politique suisse. Cette année, il a notamment été question d’agriculture. Les participants à la Session des jeunes sont arrivés à la conclusion que l’éloignement entre les agriculteurs et les consommateurs constitue un problème toujours plus important et qu’il faut y remédier. Dans le cadre du projet « Tomate », accepté par 124 voix contre 25, ils demandent des mesures concrètes pour améliorer la situation. A savoir :

  • La promotion maximale de la consommation des produits agricoles nationaux dans les milieux scolaires au moyen d’un objectif national de formation inscrit dans le plan d’études.
  • Une promotion plus importante de ces mêmes produits dans les commerces.
  • La promotion des jardins urbains et scolaires.
  • L’encouragement des courses d’école dans des exploitations agricoles.

 

Les participants justifient leurs exigences par le fait que les denrées étrangères sont souvent produites selon des standards sociaux et environnementaux moins exigeants que les normes suisses. Ces denrées représentent une concurrence difficile à supporter pour les produits indigènes, qui remplissent des standards plus élevés et ne bénéficient donc pas des mêmes conditions de concurrence.

Les exigences des jeunes correspondent aux objectifs de l’initiative de l’USP, qui souhaite renforcer l’approvisionnement de la population avec des denrées alimentaires issues d’une production indigène variée. Avec le projet « Tomate », la jeune génération soutient la volonté de l’USP d’ancrer la sécurité alimentaire dans la Constitution : nous nous en félicitons ! D’autant plus au regard de l’évolution de la situation au niveau mondial. Garantir l’approvisionnement alimentaire de la population de la planète est l’un des grands défis que devront relever les générations futures.

Renseignements :

  • Urs Schneider, directeur adjoint, tél. : 056 462 52 01
  • Christine Badertscher, responsable Politique agricole, tél. : 056 462 50 08

 

Commentaires

Rédiger un nouveau commentaire