Contenu - 29.11.16 Contre-projet Conseil des Etats

Le Conseil des Etats veut inscrire la sécurité alimentaire dans la Constitution

Communiqué de presse de l’Union Suisse des Paysans du 29 novembre 2016

En approuvant le contre-projet de la Commission de l'économie et des redevances (CER) à l'initiative populaire pour la sécurité alimentaire, le Conseil des Etats veut aussi inscrire la sécurité alimentaire dans la Constitution. L’Union suisse des paysans s’en félicite, mais elle regrette que le Conseil des Etats ne soutienne pas l’initiative pour la sécurité alimentaire.

Il y a tout juste un mois, la CER-E adoptait un contre-projet à l’initiative populaire pour la sécurité alimentaire. Traité aujourd’hui à la séance du Conseil des Etats, le contre-projet a remporté une nette adhésion à la Chambre haute. Tout comme le Conseil fédéral en janvier 2015 et le Conseil national en mars dernier, le Conseil des Etats souhaite ainsi, lui aussi, inscrire la sécurité alimentaire dans la Constitution fédérale. Etant donné que le contre-projet direct reprend les principales revendications de l’initiative, l’USP considère cette décision comme un pas important vers l’encouragement d’une production indigène, saine et durable de denrées alimentaires.

L’USP continue de donner la priorité à sa propre initiative, un texte que le Conseil des Etats a rejeté tout en approuvant le contre-projet. L’initiative rencontre une forte adhésion auprès d’un très large public, comme en témoignent la récolte des signatures en un temps record et le soutien de personnalités importantes d’horizons divers. C’est pourquoi les auteurs de l’initiative se concentrent sur leur propre initiative pour le moment. L’agriculture fait face à d’énormes défis dans le monde entier. Nourrir une population croissante représente partout un enjeu majeur, alors que le changement climatique, la pénurie d’eau et l’érosion des sols fertiles posent des difficultés aux paysannes et paysans dans de nombreuses régions. Il est de la responsabilité des générations présentes de contribuer, aujourd’hui déjà, à la sécurité alimentaire dans le monde entier en prônant une production alimentaire durable, respectueuse des animaux et indigène. Cela ouvre non seulement des perspectives à l’agriculture indigène et aux jeunes familles paysannes, mais offre aussi un avantage important à la population suisse.

Ce sera maintenant à nouveau au tour du Conseil national de se pencher sur cet objet. L’USP suivra avec beaucoup d’intérêt les délibérations ultérieures au Parlement et continuera de s’engager pour un renforcement de la production indigène qui représente le pilier de la sécurité alimentaire.  

 

Renseignements :

  • Markus Ritter, président de l’USP et du comité d’initiative, tél. 079 300 56 93
  • Jacques Bourgeois, directeur de l’USP, tél. 079 219 32 33

 

www.securitealimentaire.ch

Commentaires

Rédiger un nouveau commentaire