Contenu - 28.04.17 Prévoyance vieillesse 2020

L’USP recommande le oui à la Prévoyance vieillesse 2020

Communiqué de presse de l'Union Suisse des Paysans du 28 avril 2017

 

En plus des points ordinaires mis à l’ordre du jour, la Chambre d’agriculture de l’Union suisse des paysans a débattu la Prévoyance vieillesse 2020 à sa séance d’aujourd’hui. Après avoir pesé les arguments pour et contre le projet, la Chambre d’agriculture a conclu que la réforme envisagée dans son ensemble tient compte des intérêts des familles paysannes et a décidé de recommander le oui.

La Chambre suisse d’agriculture (CSA) de l’Union suisse des paysans (USP) - qui fait office de parlement des paysannes et paysans - a débattu la Prévoyance vieillesse 2020 en plus des points ordinaires mis à l’ordre du jour de sa séance d’aujourd’hui. Le conseiller national PLR Ignazio Cassis a présenté à l’assemblée les arguments contre la Prévoyance vieillesse 2020, tandis que le conseiller aux États PDC Erich Ettlin a exposé les aspects positifs du projet pour les familles paysannes. Au final, ce sont les arguments en faveur de la réforme qui l’ont emporté : les membres de la CSA ont décidé de recommander le OUI par 49 voix contre 9.

La principale raison de soutenir le projet est le fait qu’il existe un besoin urgent d’agir et le constat que la réforme envisagée dans son ensemble tient compte des intérêts des familles paysannes. Le modèle proposé par le Conseil national, qui prévoyait en particulier la suppression totale de la déduction de coordination dans la LPP, se serait traduit par des charges financières supplémentaires considérables dans les branches à bas salaires. Le supplément AVS et le relèvement du plafond pour les couples mariés (ce qui correspond à 200 francs de plus de rente AVS par couple et par mois) profitent à la fois aux familles paysannes et à leurs employés, lesquels touchent souvent un faible salaire. Les augmentations de la TVA de 0,3 point à partir de 2021 et des cotisations AVS pèseront certes aussi sur les familles paysannes et leurs employés, mais elles demeurent supportables du point de vue de la CSA. Ce qui est aussi important pour les indépendants avec de bas salaires, c’est le maintien du barème dégressif des cotisations personnelles à l’AVS.
 

 

Renseignements :

  • Markus Ritter, président de l’USP, tél. 079 300 56 93
  • Jacques Bourgeois, directeur de l’USP, tél. 079 219 32 33
  • Peter Kopp, responsable du Département Affaires sociales et prestataires de services, tél. 079 846 53 48

Commentaires

Rédiger un nouveau commentaire