Contenu principal

Merci pour le double non aux initiatives phytos extrêmes

Message de remerciement de l’Union suisse des paysans du 15 juin 2021

Victoire ! Chères paysannes, chers paysans, et ceux qui se sont engagés à vos côtés pour le double non, ce succès est le vôtre. Au nom de la direction de la campagne de votation, je tiens tout d’abord à adresser un énorme merci à tous ceux qui ont permis un tel résultat. Il y a de cela quelques mois, qui aurait cru que plus de 60 % de la population et tous les cantons à un demi près rejetteraient les deux initiatives ? Ce résultat dépasse toutes les attentes et témoigne de la confiance dont bénéficient les familles paysannes et la production indigène. Cette issue tient à l’investissement de milliers de personnes à travers le hissage de drapeaux et de toiles, le placardage d’affiches et la construction d’éléments paysagers, la participation à des actions sur stand ou à des manifestations, la rédaction de courriers des lecteurs, l’intervention sur les réseaux sociaux, la distribution d’imprimés et de nombreuses autres mesures originales et créatives. Le travail de persuasion que chacun a effectué dans son entourage et la mobilisation sensationnelle ont aussi joué un rôle prépondérant.

Quand quelqu’un me demande les ingrédients d’une campagne de votation réussie, je réponds toujours « organisation, unité, arguments convaincants et passion ». De tous ces ingrédients, aucun ne nous manquait. Nous avons développé des plans de campagne efficaces, que nous avons alors pu mettre en œuvre de manière cohérente avec le soutien des bases cantonales et de la base agricole. Même si les médias ont donné une tout autre image de la réalité, les nombreux drapeaux et affiches ont montré qu’une majorité écrasante d’agriculteurs, bien plus de 95 %, rejetaient ces initiatives. Nous avons transmis les bons messages. La majorité de la population a compris que l’absence d’une protection sensée et responsable des végétaux ainsi que la limitation excessive de la base fourragère feraient chuter la production indigène, grimper les importations et s’alourdir le bilan écologique de la Suisse. La disparition d’emplois et le renchérissement massif des aliments constituaient d’autres messages clés. Il est rassurant de constater que les citoyens ne se sont pas laissé influencer par une campagne de dramatisation et de diffamation, et qu’ils ont reconnu que leur pays a déjà une agriculture des plus durables, si ce n’est la plus durable au monde. Ce constat n’exclut pas la nécessité pour le secteur agricole de poursuivre son développement et de traiter de manière ciblée les points à améliorer. L’initiative parlementaire « Trajectoire de réduction » donne une base pour ce qui est de l’impact environnemental. Cette initiative apportera des solutions plus complètes, plus ciblées et plus rapides aux problèmes à résoudre et à côté desquels passaient les deux initiatives phytos extrêmes.

Ce 13 juin nous aura appris une chose : nous ne pouvons pas nous contenter de reprendre la production d’aliments durables, l’entretien du paysage rural et la préservation des ressources vitales, comme le prévoit la Constitution. À l’avenir, nous devrons continuer de fournir sans relâche un travail d’information et de persuasion sur les activités et les prestations du secteur agricole, de sorte à sensibiliser la population à nos revendications et la rallier à notre cause en vue de remporter les prochains débats politiques. Chères paysannes, chers paysans, il nous tarde de relever avec vous tous les défis à venir.

Auteur

Urs Schneider

Directeur adjoint de l'Union Suisse des Paysans
responsable de la campagne

Mobile 079 438 97 17
Email urs.schneider@sbv-usp.ch

Sur le même sujet

Communiqués de presse
Politique agricole 22+ : considérer le secteur alimentaire comme un tout

14.12.20 | Le Conseil des États entend suspendre le traitement de la Politique agricole 2022+ et demande des réponses fondamentales s’agissant du développement de la politique agricole et alimentaire. Cette approche donne l’opportunité de transformer la politique agricole unilatérale en une politique alimentaire crédible.

Lire la suite
Points de vue
Taxes incitatives : le trafic d’indulgences est-il utile ?

11.12.20 | La question des « taxes incitatives » a le vent en poupe dans la Berne fédérale. Les politiciens de gauche-écologistes, les organisations environnementales et même certains scientifiques y voient l’arme ultime pour réduire la consommation de produits phytosanitaires, d’aliments fourragers ou d’engrais de synthèse. Que sont exactement des taxes incitatives ?

Lire la suite
Communiqués de presse
L’USP déplore les durcissements du Conseil national

10.12.20 | Le Conseil national a examiné l’initiative parlementaire (Iv. pa) « Réduire le risque de l’utilisation de pesticides » et a décidé de durcir le projet. Ce dernier a vu le jour en réponse aux deux initiatives populaires « eau potable » et « libre de pesticides ». L’Union suisse des paysans estime que certaines des résolutions du Conseil national sont très problématiques. Elle attend du Conseil des États qu’il corrige le projet de loi dans l’intérêt de la production alimentaire.

Lire la suite
Communiqués de presse
Le Conseil national ne veut pas réduire les paiements directs

03.12.20 | Le Conseil national soutient la proposition de maintenir les paiements directs au niveau de l’année précédente. L’Union suisse des paysans salue cette décision.

Lire la suite
Points de vue
Politique agricole 22+ : considérer l’industrie alimentaire comme un tout

27.11.20 | Lors de la session d'hiver, le Conseil des États traitera la Politique agricole 22+ (PA22+). Ce projet revêt une importance majeure pour l’agriculture suisse. L’Union suisse des paysans le rejette en particulier à cause de la réduction du revenu sectoriel agricole de 265 millions de francs et de l’abaissement du taux d’auto-approvisionnement à 52 % qu’il entraînerait. Sur le principe, la faîtière agricole ne s’oppose cependant pas à un développement raisonné de la politique agricole.

Lire la suite
Communiqués de presse
Bonne nouvelle : le moratoire sur le génie génétique reste de mise

12.11.20 | Dans son nouveau message relatif à la loi sur le génie génétique, le Conseil fédéral propose de prolonger de quatre ans supplémentaires le moratoire en vigueur. L’Union suisse des paysans salue et appuie cette décision. Ce moratoire constitue le fondement permettant à l’agriculture suisse de se passer systématiquement d’OGM et de démarquer sa production des produits importés.

Lire la suite
Communiqués de presse
Le train d’ordonnances 2020 est sur la bonne voie

11.11.20 | La Confédération a adopté aujourd’hui le nouveau train d’ordonnances agricoles. L’Union suisse des paysans estime qu’il va en grande partie dans la bonne direction.

Lire la suite
Communiqués de presse
Pour une hausse des prix à la production !

05.11.20 | Les demandes d’importations de beurre ne faiblissent pas. Il est grand temps que cette pénurie se traduise par une augmentation substantielle des prix à la production. L’Union suisse des paysans (USP) porte les revendications suivantes : - Il faut mettre un terme à la mise en vente de beurre d’importation sous les marques « Le Beurre » ou « Floralp ». Un emballage distinct s’impose pour que les consommateurs reconnaissent sans hésiter les beurres importés. - La quantité de lait destinée au segment A est à relever sans délai. La crise du coronavirus a dopé les ventes de lait et de produits laitiers dans le commerce de détail. Il s’agit en majorité de produits du segment A. Cette évolution doit se traduire par une augmentation de la quantité de lait destinée au segment A et, qui plus est, générer une plus grande valeur ajoutée pour les producteurs. - À partir de janvier 2021, l’Interprofession du lait introduira un nouveau soutien du prix pour la valorisation de la matière protéique. Elle a le devoir de permettre d’augmenter, dès ce moment-là, de 2 ct./kg au minimum les prix à la production du lait du segment A. L’USP exige que la filière lait ne se rabatte pas juste sur des demandes d’importations supplémentaires de beurre, mais qu’elle assume ses responsabilités et améliore enfin les conditions en faveur des producteurs de lait de centrale.

Lire la suite