Contenu principal

Militantisme débordant au Conseil national

Communiqué de presse de l’Union suisse des paysans du 21 septembre 2022

Le Conseil national rejette certes l’initiative biodiversité, mais il entend lui opposer un contre-projet indirect qui va beaucoup trop loin. Il donne ainsi carte blanche au Conseil fédéral en lui attribuant des compétences très étendues pour délimiter des surfaces pour la biodiversité. L’Union suisse des paysans est consternée par cette décision et espère que le Conseil des États sera plus raisonnable.

Le Conseil national a débattu de l’initiative biodiversité. En plus de la rejeter, il entend lui opposer, au grand dam de l’Union suisse des paysans (USP), un contre-projet indirect pour entraîner son retrait. En procédant ainsi, la Chambre basse ne fait que gonfler le volume déjà important d’initiatives populaires. Qui plus est, le contre-projet en question va beaucoup trop loin : il donnerait au Conseil fédéral des compétences très étendues, lui permettant de définir l’ampleur et les exigences des aires centrales et des aires de mises en réseau. Par le passé, le gouvernement a signalé que 17 % du territoire suisse devraient être définis en tant qu’aires centrales et qu’au total 30% du territoire devraient être affectés à la biodiversité. Il faudrait réserver au moins 150 000 hectares supplémentaires, soit la superficie du canton de Lucerne, au profit des aires centrales. À l’heure actuelle, le Conseil fédéral estime à 13,4 % seulement la part de ces aires en Suisse. Pour ce qui est des aires de mise en réseau, il faudrait encore ajouter plusieurs centaines de milliers d’hectares. Les décisions du Conseil national mettraient un frein aux activités de l’espace rural, entravant la production de denrées alimentaires, la production d’énergies renouvelables et le tourisme.

La Confédération a déjà donné des directives à l’agriculture pour promouvoir la biodiversité. Tous les objectifs qu’elle a fixés sont remplis : la promotion de la biodiversité est garantie sur 19 % de la surface agricole utile, un tiers présentant un niveau de qualité II et 78 % étant mis en réseau. Exclure de la production alimentaire toujours plus de surfaces et importer toujours plus de nourriture n’a pas beaucoup de sens. En effet, la promotion de la biodiversité est une affaire planétaire. L'USP recommande au Conseil des États de rejeter lui aussi l'initiative sur la biodiversité et de ne pas entrer en matière sur le contre-projet indirect.

 

Le Conseil des États veut corriger les trajectoires de réduction

Le Parlement a discuté de différentes interventions visant à appliquer les trajectoires de réduction des risques liées aux produits phytosanitaires et des pertes d’éléments fertilisants décidées l’an passé. Lors de la mise en œuvre lancée cette année, le Conseil fédéral n’a tenu compte ni du mandat proprement dit ni de la situation mondiale, surtout lorsqu’il a décidé de promouvoir davantage la biodiversité en privant la production de 3,5 % des terres arables et de fixer des objectifs irréalistes pour réduire les pertes d’éléments fertilisants. L’USP est donc soulagée que la Chambres haute exige à nouveau des corrections et soutienne les motions des conseillers aux États Beat Rieder et Johanna Gapany. La faîtière agricole espère que ces motions rencontreront aussi une majorité au Conseil national.

Renseignements

Martin Rufer

Martin Rufer

Directeur de l'Union Suisse des Paysans

Téléphone 078 803 45 54
E-Mail martin.rufer@sbv-usp.ch

Michel Darbellay

Responsable du département Production, marché et écologie de l’USP

Téléphone        078 801 16 91
E-Mail               michel.darbellay@sbv-usp.ch 

Diane Gossin

Union Suisse des Paysans
Département Production, marché et écologie
Division Energie et environnement

Téléphone 056 462 50 11 / 076 499 35 99
EMail diane.gossin@sbv-usp.ch

Sur le même sujet

AGRISTAT Actuel
Agristat « Actuel » 01-24 : Le commerce extérieur agricole

12.02.24 | Le commerce extérieur, et en particulier le commerce extérieur agricole, évolue de manière très dynamique depuis le début de la pandémie de coronavirus. Dans le commerce extérieur agricole, la pandémie a tout d’abord entraîné une baisse des quantités dans de nombreux postes. Par la suite, un certain besoin de compensation s’est fait sentir. De plus, les habitudes de consommation ont changé en raison du confinement et de la fermeture des frontières. À partir de fin 2021, des problèmes dans les chaînes d’approvisionnement puis une vague de renchérissement engendrée par la guerre en Ukraine ont fait exploser les prix. En 2023, les quantités affichaient un certain recul. Dans l’ensemble, la valeur et la quantité sont restées toutefois à un niveau plutôt élevé.

Lire la suite
En direct de l'USP
En direct de l’USP n°6-2024

12.02.24 | Les familles paysannes pratiquant la vente directe peuvent se procurer du matériel d’emballage auprès d’Agrimpuls. À partir du 1er mars, l’action de printemps leur permettra de bénéficier d’un rabais de 5%.

Lire la suite
Communiqués de presse
Pétition remise avec plus de 65 000 signatures

12.02.24 | Quelques jours ont suffi pour que se retrouve munie de 65 000 paraphes la pétition qu’ont lancée l’Union suisse des paysans et AGORA, et qui présente les revendications de l’agriculture. Cinq délégations différentes ont remis aujourd’hui cette pétition au Conseil fédéral ainsi qu’aux quatre détaillants Migros, Coop, Lidl et Aldi. L’Union suisse des paysans est en étroite discussion avec le gouvernement et le commerce de détail.

Lire la suite
Prises de position Teilrevision der Mehrwertsteuerverordnung

08.02.24 | Stellungnahme des Schweizer Bauernverbands zur Teilrevision der Mehrwertsteuerverordnung.

Lire la suite
Prises de position Mandatsentwurf für Verhandlungen mit der Europäischen Union

08.02.24 | Stellungnahme des Schweizer Bauernverbands zum Mandatsentwurf für Verhandlungen mit der Europäischen Union.

Lire la suite
Communiqués de presse
Étude «Les grandes cultures résilientes au climat à l’horizon 2035»

08.02.24 | Sur mandat de la Suisse Grêle, de fenaco et de l’Union suisse des paysans, Agroscope a réalisé une étude sur les grandes cultures résilientes au climat à l’horizon 2035. La sécheresse est au cœur de ces travaux. Pour que la culture des champs en Suisse soit davantage résiliente au climat et maintienne son potentiel de production, il est nécessaire d’associer toute une série de mesures.

Lire la suite
En direct de l'USP
En direct de l’USP n°5-2024

05.02.24 | Dans le cadre de la pétition lancée par l’agriculture suisse, la direction de l’USP s’est entretenue avec Coop et Aldi. Elle leur a rappelé l’importance d’une hausse des prix à la production.

Lire la suite
Communiqués de presse
L’agriculture formule ses revendications

30.01.24 | Les protestations agricoles se font entendre partout en Europe. L’agriculture suisse partage les mêmes revendications que les familles paysannes européennes. En effet, la situation reste très incertaine pour les futurs crédit-cadres alloués à l’agriculture, alors que la situation des revenus des familles paysannes est insuffisante pour ne pas dire souvent précaire. En parallèle à une meilleure reconnaissance de l’agriculture, l’USP, Agora et les chambres romandes d’agriculture formulent des revendications tant à l’égard de la politique que du marché.

Lire la suite