Contenu principal

Ne pas concéder de baisse de prix aux transformateurs!

Communiqué de presse de l’Union suisse des paysans du 24 juillet 2019

L'Union suisse des paysans (USP) et la fédération des Producteurs Suisses de Lait (PSL) ont répété à plusieurs reprises que, dans le contexte actuel du marché, une baisse du prix du lait n'est absolument pas justifiée, ce que confirment les indicateurs de marché de l'Office fédéral de l'agriculture (OFAG). Les arguments avancés par ELSA, l'entreprise de transformation de Migros, sont totalement infondés. Il devient de plus en plus clair que le transformateur cherche à améliorer directement sa marge, sur le dos des producteurs. L'USP et PSL exigent donc d'ELSA qu'elle renonce à réduire le prix payé à ses fournisseurs directs. De plus, toutes les organisations de commercialisation du lait doivent rester conséquentes, solidaires et ne pas accorder de baisse des prix à ELSA.

La saison d'alpage bat actuellement son plein. Comme chaque année en été, les quantités de lait reculent. ELSA, la filiale de Migros, tient inexplicablement à sa baisse de prix, mettant en avant la mauvaise situation du marché.

Le marché ne parle pas en faveur d'une baisse de prix

Jusqu'en mai 2019, les quantités de lait ont enregistré un recul de 2,3 %. Cette tendance à la baisse se poursuit momentanément, et, au vu de la sécheresse qui perdure, devrait même se renforcer. Tous les instruments de surveillance du marché montrent une situation stable, voire légèrement positive. Même le Bulletin du marché du lait de l'Office fédéral de l'agriculture (OFAG) juge stable la situation du marché national et international.

  • Les stocks de beurre sont bas avec un bon écoulement.
  • L'Interprofession du lait (IP Lait) a décidé de maintenir le prix indicatif A et même de l'augmenter de 3 centimes à partir de septembre.
  • Les volumes de lait sur le marché international sont majoritairement inférieurs à ceux de l'an passé (Nouvelle-Zélande −1,3 %, Australie −11,7 %, UE +0,3 %, États-Unis au même niveau qu'en 2018).
  • La situation du marché et les perspectives dans l'UE sont stables, voire modérément positives. D'une part, les stocks de poudre sont actuellement entièrement vides, et, d'autre part, le prix LTO (qui correspond au prix moyen de 17 grandes laiteries européennes) en avril et en mai est supérieur à celui de l'année passée et à la valeur moyenne des cinq dernières années.
  • Contrairement à ce qu'affirme ELSA, les prix à la production ne se sont pas effondrés en Suisse. En moyenne, les prix ont reculé d'à peine 0,8 centime (et non pas de 2,5 ct.), principalement pour des raisons qu'ELSA ne peut pas s'approprier (exportations avec la solution de remplacement de la loi chocolatière).

Ne pas accepter de baisse de prix vis-à-vis d'ELSA!

Toutes les organisations de commercialisation du lait sont appelées à défendre ensemble cette position. Par solidarité, elles doivent exiger l'annulation de la baisse de prix envers les fournisseurs directs d'ELSA, décidée unilatéralement. Il est également crucial qu'aucune organisation de négoce du lait suisse ne concède de baisse de prix à un transformateur. La société suisse demande une production durable, ce à quoi les producteurs de lait contribuent par leur travail sur les exploitations. Les acheteurs de lait sont maintenant appelés à apporter leur pierre à l'édifice. Sinon, Migros ne pourra plus longtemps prétendre dans sa publicité être un partenaire durable et équitable.

Renseignements

Sandra Helfenstein

Union Suisse des Paysans
Responsable suppléante du Département Communication et services internes
Coresponsable de la communication, service Médias & Relations publiques
Porte-parole de l'USP

Téléphone 056 462 52 21
Mobile 079 826 89 75
Email sandra.helfenstein@sbv-usp.ch

Reto Burkhardt

Producteurs Suisses de Lait
Téléphone 079 285 51 01

Sur le même sujet

Statistique de la semaine
Semaine 38/2020

18.09.20 | Dans la production animale, les sources protéiques indigènes sont rares. De plus, en 2016 et 2018, les récoltes étaient médiocres ce qui a abaissé la part indigène de la protéine brute affouragée à 74 %. En 2019 et 2020, la situation se présente mieux, dans l’année en cours surtout suite à l’expansion des surfaces cultivées avec des céréales fourragères. Cependant, le problème de base - des sources protéiques font largement défaut dans les champs suisses - n’est pas résolu.

Lire la suite
Communiqués de presse
Même pied d’égalité pour le sucre suisse!

17.09.20 | Cette année, les betteraves sucrières sont fortement touchées par la jaunisse virale causant des pertes massives de rendement. Suite à l’interdiction des néonicotinoïdes en 2019, les plantes ne sont plus protégées de manière systémique pendant plusieurs semaines contre les ravageurs de surface, et la jaunisse virale transmise par les pucerons se propage largement. De ce fait, de nombreux Etats membres de l’UE ont délivré des autorisations d’urgence pour des produits phytosanitaires à base de néonicotinoïdes. Les betteraviers suisses exigent une égalité de traitement. Soit en mettant fin à l'importation de sucre produit à l'aide de produits phytosanitaires n’étant plus autorisés en Suisse, soit avec une autorisation temporaire pour l’enrobage aux néonicotinoïdes. Cette période doit être utilisée pour trouver des variétés résistantes et des stratégies de lutte biologique.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 37/2020

11.09.20 | L’azote disponible pour la fertilisation (2018 : 181 100 tonnes) provient à 70 % de la production animale. Les en-grais minéraux fournissent une part de 26 %. D’autres sources, comme par ex. le compost, ont peu d’importance.

Lire la suite
AGRISTAT Actuel
Agristat « Actuel » 08-20 : Estimation des terres assolées en Suisse pour 2020

10.09.20 | Plus de céréales fourragères, moins de céréales pour l’alimentation, plus de colza, moins de tournesols et plus de soja : rarement les champs suisses ont connu des changements aussi importants que cette année. Les terres assolées cultivées en bio augmentent de 2000 hectares, faisant passer de 8,7 à 9,4 % la part du bio dans les terres assolées.

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - août 2020

10.09.20 | Avec une température moyenne de 15,2 degrés en Suisse, août 2020 a été l’un des mois d’août les plus chauds depuis le début des mesures en 1864. Seul août 2003 a été encore beaucoup plus chaud. Une canicule de six à sept jours, avec des températures parfois bien supérieures à 30 degrés, s’est installée entre le 6 et le 7 août. Du 13 au 18 août, un afflux d’air humide de secteur sud-ouest a provoqué des orages avec de fortes précipitations, de la grêle et de violentes rafales de vent. Si les précipitations sont restées inférieures à la moyenne jusqu’à peu de temps avant la fin du mois, des pluies diluviennes se sont abattues à partir du 28 août, d’abord sur le Tessin et les Grisons, s’étendant ensuite à la quasi-totalité de la Suisse. Seule la partie francophone de l’Arc jurassien a enregistré une pluviométrie inférieure à la moyenne pour un mois d’août. En juillet, il y a eu 824 annonces de sinistres causés par la grêle. Ainsi, jusqu’à la fin juillet, 2020 s’inscrivait toujours parmi les années où la grêle n’a fait que peu de dégâts (tableau 1.4).

Lire la suite
Communiqués de presse
Statistique laitière de la Suisse 2019

31.08.20 | En collaboration avec la Fédération des Producteurs Suisses de Lait PSL, TSM Fiduciaire Sàrl, l’Interprofession du Lait (IP Lait) et Switzerland Cheese Marketing SA (SCM), Agristat vient de sortir l’édition 2019 de la publication annuelle « Statistique laitière de la Suisse ».

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 35/2020

28.08.20 | Selon des premières estimations, les terres ouvertes biologiques devraient augmenter de 23 722 hectares en l’an 2019 à 25 500 jusqu’à 25 850 hectares en l’an 2000. Ainsi, la part des terres ouvertes biologiques grimpe de 8,7 % à environ 9,4 %. Par ceci, la part bio augmente nettement, mais elle reste en dessous de la part de la production biologique par rapport à la surface agricole utile totale. En l’an 2019, cette part s’élevait à 16,3 %. En chiffres absolus, les surfaces biologiques de blé et de maïs grain connaissent la plus forte progression.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 34/2020

21.08.20 | Cette année, la surface des céréales fourragère augmente nettement et ceci pour la première fois depuis 2005/2006. Par contre, la surface des céréales destinées à l’alimentation humaine diminue nettement pour la première fois depuis longtemps. Agristat estime l’augmentation de la surface des céréales fourragère à 9,2 % et la diminution de la surface des céréales destinées à l’alimentation humaine à -5,6 %. Ainsi, la surface céréalière totale devrait augmenter de 0,6 % à 142 300 hectares.

Lire la suite