Contenu principal

Ne pas concéder de baisse de prix aux transformateurs!

Communiqué de presse de l’Union suisse des paysans du 24 juillet 2019

L'Union suisse des paysans (USP) et la fédération des Producteurs Suisses de Lait (PSL) ont répété à plusieurs reprises que, dans le contexte actuel du marché, une baisse du prix du lait n'est absolument pas justifiée, ce que confirment les indicateurs de marché de l'Office fédéral de l'agriculture (OFAG). Les arguments avancés par ELSA, l'entreprise de transformation de Migros, sont totalement infondés. Il devient de plus en plus clair que le transformateur cherche à améliorer directement sa marge, sur le dos des producteurs. L'USP et PSL exigent donc d'ELSA qu'elle renonce à réduire le prix payé à ses fournisseurs directs. De plus, toutes les organisations de commercialisation du lait doivent rester conséquentes, solidaires et ne pas accorder de baisse des prix à ELSA.

La saison d'alpage bat actuellement son plein. Comme chaque année en été, les quantités de lait reculent. ELSA, la filiale de Migros, tient inexplicablement à sa baisse de prix, mettant en avant la mauvaise situation du marché.

Le marché ne parle pas en faveur d'une baisse de prix

Jusqu'en mai 2019, les quantités de lait ont enregistré un recul de 2,3 %. Cette tendance à la baisse se poursuit momentanément, et, au vu de la sécheresse qui perdure, devrait même se renforcer. Tous les instruments de surveillance du marché montrent une situation stable, voire légèrement positive. Même le Bulletin du marché du lait de l'Office fédéral de l'agriculture (OFAG) juge stable la situation du marché national et international.

  • Les stocks de beurre sont bas avec un bon écoulement.
  • L'Interprofession du lait (IP Lait) a décidé de maintenir le prix indicatif A et même de l'augmenter de 3 centimes à partir de septembre.
  • Les volumes de lait sur le marché international sont majoritairement inférieurs à ceux de l'an passé (Nouvelle-Zélande −1,3 %, Australie −11,7 %, UE +0,3 %, États-Unis au même niveau qu'en 2018).
  • La situation du marché et les perspectives dans l'UE sont stables, voire modérément positives. D'une part, les stocks de poudre sont actuellement entièrement vides, et, d'autre part, le prix LTO (qui correspond au prix moyen de 17 grandes laiteries européennes) en avril et en mai est supérieur à celui de l'année passée et à la valeur moyenne des cinq dernières années.
  • Contrairement à ce qu'affirme ELSA, les prix à la production ne se sont pas effondrés en Suisse. En moyenne, les prix ont reculé d'à peine 0,8 centime (et non pas de 2,5 ct.), principalement pour des raisons qu'ELSA ne peut pas s'approprier (exportations avec la solution de remplacement de la loi chocolatière).

Ne pas accepter de baisse de prix vis-à-vis d'ELSA!

Toutes les organisations de commercialisation du lait sont appelées à défendre ensemble cette position. Par solidarité, elles doivent exiger l'annulation de la baisse de prix envers les fournisseurs directs d'ELSA, décidée unilatéralement. Il est également crucial qu'aucune organisation de négoce du lait suisse ne concède de baisse de prix à un transformateur. La société suisse demande une production durable, ce à quoi les producteurs de lait contribuent par leur travail sur les exploitations. Les acheteurs de lait sont maintenant appelés à apporter leur pierre à l'édifice. Sinon, Migros ne pourra plus longtemps prétendre dans sa publicité être un partenaire durable et équitable.

Renseignements

Sandra Helfenstein

Union Suisse des Paysans
Responsable suppléante du Département Communication et services internes
Coresponsable de la communication, service Médias & Relations publiques
Porte-parole de l'USP

Téléphone 056 462 52 21
Mobile 079 826 89 75
Email sandra.helfenstein@sbv-usp.ch

Reto Burkhardt

Producteurs Suisses de Lait
Téléphone 079 285 51 01

Sur le même sujet

Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - avril 2020

11.05.20 | En raison de plusieurs zones de haute pression, le début du mois d’avril a affiché des températures de début d’été. Ce temps ensoleillé et sec a perduré dans la majeure partie de la Suisse. Les heures d’ensoleillement et les températures ont été d’autant plus importantes qu’elles ont rejoint leurs maxima. Durant la première décade d’avril, aucune station de mesure n’a enregistré de précipitation (tableau 1.1). À la mi-avril, l’ensoleillement a faibli quelque peu à cause d’un front froid en provenance du nord, mais la pluie n’est tombée que de manière éparse. À partir du 22 avril, le temps s’est alourdi. Les averses nocturnes ont fait baisser la limite des chutes de neige à quelque 1500 mètres. Le dicton « En avril, ne te découvre pas d’un fil » s’est donc avéré. Au 28 avril, la somme des précipitations s’est établie à 33 % de la norme 1981-2010 en moyenne nationale. Les dernières averses du mois ont permis de diminuer le déficit important en précipitations. En moyenne nationale, il s’agissait là du troisième mois d’avril le plus chaud depuis le début des mesures en 1864, le thermomètre affichant 7,7 degrés en moyenne. Ces températures élevées ont entre autres avancé la floraison des arbres fruitiers de 14 à 17 jours par rapport à la moyenne 1981-2010.

Lire la suite
Communiqués de presse
La recherche agronomique, plus importante que jamais !

08.05.20 | Plus tôt aujourd’hui, le Conseil fédéral a examiné aujourd’hui la structure future de la station de recherches agronomiques Agroscope. Il veut la restructurer et la centraliser sur un seul site. Pour l’Union suisse des paysans (USP), cette stratégie n’est pertinente que si les moyens économisés seront mis à disposition du travail proprement dit, à savoir de la recherche. L’agriculture fait face à de nombreux défis urgents, qu’elle ne peut relever sans le soutien de la science : les méthodes alternatives dans la protection des végétaux, les mesures efficaces contre la disparition des insectes ou les voies pour gérer les changements climatiques et réduire les émissions de gaz ayant une incidence sur le climat en constituent quelques exemples. En voulant retrancher une partie de l’argent économisé et l’allouer à d’autres fins, le Conseil fédéral envoie un très mauvais message. Par ailleurs, la décision se trouve en contradiction avec des promesses faites par le passé et les décisions du Parlement quant à la motion « Réformes structurelles d’Agroscope en faveur de la recherche dans le domaine agricole » (18.4087). Le gouvernement mine ainsi la volonté commune de développer de façon durable l’agriculture indigène et de la rendre capable de relever les défis du futur.

Lire la suite
Communiqués de presse
Plan de protection pour les exploitations agricoles

06.05.20 | Les autorités exigent depuis peu que toutes les exploitations agricoles sur lesquelles travaillent des employés ou des apprentis se dotent d’un plan de protection pour pallier tout risque d’infection au coronavirus. L’Union maraîchère suisse et la Fruit-Union Suisse en ont déjà établi un pour les cultures spéciales. L’Union suisse des paysans (USP) a repris ce plan et l’a adapté aux exploitations avec des employés ou des apprentis. Les deux versions sont disponibles sur notre site web. Toutes les exploitations concernées sont priées de télécharger un des deux modèles, de le compléter au besoin, de l’imprimer et de le signer. Elles doivent aussi s’assurer de l’application des mesures indiquées. D’autres plans de protection sont également disponibles en ligne pour les marchés hebdomadaires, les offres d’agritourisme et les marchés de bétail de boucherie.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 18/2020

01.05.20 | En 2018, les bovins utilisaient 6,2 millions de tonnes ou 79,1 % des fourrages disponibles en Suisse, mesurés en matière sèche. Les porcs suivent à la deuxième place avec presque 0,8 millions de tonnes ou 9,8 % des fourrages. Les besoins de la volaille ont augmenté ces dernières années : avec 0,3 millions de tonnes ou 4,3 %, la volaille occupe la troisième place.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 17/2020

27.04.20 | En 2018, la consommation de denrées alimentaires par personne correspondait à 12,6 mégajoules ou 3000 kiloca-lories par jour. Selon l’énergie, les céréales, les graisses végétales, le lait, le sucre et la viande sont les groupes de denrées alimentaires les plus importants. Ils fournissent plus de 70 % de l’énergie. Cependant, le beurre n'est pas inclus dans le lait, mais il figure parmi les graisses animales. Est-ce que la crise du coronavirus influence notre alimentation ? Eventuellement, les relations vont changer légèrement dans la statistique de l’an 2020.

Lire la suite
Communiqués de presse
Halte aux importations de beurre !

23.04.20 | L’Interprofession du Lait veut importer 1000 tonnes de beurre. Pour l’Union suisse des paysans, cette décision est totalement incompréhensible et fait un affront aux producteurs suisses de lait. Des importations de beurre ne sont pas indiquées à l’heure actuelle. Les stocks de beurre ont grossi ces dernières semaines. Quant aux produc-teurs de lait, ils se voient toujours imposer des déductions sur les exportations de matière grasse du lait ! Les prix à la production diminuent partiellement en mai, alors que les déductions restent élevées. La hausse annoncée pour juillet des prix à la production se révèle insuffisante dans ce contexte. Pour l’USP, il est hors de question d’importer du beurre dans les circonstances actuelles !

Lire la suite
Statistique de la semaine Semaine 16/2020

17.04.20 | En 2018, le taux d’autoapprovisonnement des légumes était à 50 % et celui des fruits à 38 %. Par conséquent, des quantités importantes de légumes et de fruits sont importées en Suisse. En 2019, plus que la moitié des légumes et des fruits provenait de l’Espagne et de l’Italie. Ces deux pays sont fortement touchés par le coronavirus et ils ont des problèmes avec la main-d’œuvre étrangère comparables à celui des maraîchers et des arboriculteurs suisses. Des problèmes dans les autres pays d’origine ne peuvent pas être exclus non plus.

Lire la suite
Communiqués de presse
Bonnes et mauvaises nouvelles du Conseil fédéral

16.04.20 | Dans des cas de rigueur, les indépendants pourront désormais demander l’allocation spéciale pour perte de gain même s’ils n’ont pas dû arrêter complètement leur activité. De plus, la vente de plantes sera à nouveau autorisée à partir du 27 avril. Par contre, il est incompréhensible que les marchés hebdomadaires ne puissent pas rouvrir avant le 11 mai.

Lire la suite