Contenu principal

« Nous sommes reconnaissants et heureux »

Commentaire du marché du 18 décembre 2020 dans le journal Agri

« L’an 2020 aura fait le bonheur de tous les producteurs porcins, et il faut que les choses restent ainsi » : tel est le bilan que tire des sept premiers mois de l’année Adrian Schütz, directeur adjoint de Suisseporcs. L’effondrement que les prix connaissent chaque année en août n’a pas eu lieu cette fois-ci. Ayant baissé pendant plusieurs années, la consommation s’est stabilisée.

« Constant depuis février, le prix à la production de 4 fr. 60 le kg poids mort (PM) départ ferme nous offre enfin une phase prolongée de normalité sur le marché des porcs ! », souligne Adrian Schütz. Après un passage à vide pendant cinq longues années, « les éleveurs de porcs touchent enfin un salaire à nouveau convenable. Ils peuvent même mettre des sous de côté pour amortir et rénover leurs porcheries ». Ce retour au beau fixe leur procure sécurité et confiance.

Daniel Erdin d’Agristat analyse le marché des porcs. « Le nombre d’abattages des porcs à l’engrais reste constant », observe-t-il. Cette constance laisse entrevoir à une stabilité durable sur le marché des porcs. « En revanche, le nombre d’abattages des truies, lui, augmente », constate Daniel Erdin, avant de préciser que ces données sont incomplètes et, par conséquent, difficiles à interpréter. Le dernier recensement des truies d’élevage remonte à janvier 2020 : il comptait alors 107 082 animaux, soit 2200 de moins environ qu’en 2019.

« Une part indigène à la production totale de 90 à 93 % permet au marché suisse des porcs de fonctionner de manière optimale », confie Adrian Schütz. En 2019, la part indigène était de 92,7 %, donnant lieu à un prix moyen de 4 fr. 34 le kg PM départ ferme. Cela faisait longtemps que le prix moyen des porcs AQ n’avait pas été aussi élevé. Pour Adrian Schütz, l’absence de la baisse des prix caractéristique d’août et de septembre est de bon augure. Proviande affiche un poids mort moyen de 89,8 kg pour les sept premiers mois de 2020, soit une augmentation de 200 grammes par rapport à 2019. « Les acheteurs ont augmenté les poids morts dans leurs conditions d’achat », affirme Adrian Schütz pour expliquer cette hausse. Selon Proviande, les importations de viande de porc ont aussi ceci de frappant qu’elles ont été de 20 646 tonnes entre janvier et juin 2020, soit deux fois et demie plus élevées que pendant la même période en 2019. Adrian Schütz fait remarquer que cette différence est due à l’augmentation des importations des morceaux de viande dans le cadre et en dehors du contingent tarifaire, et surtout aux importations pour l’alimentation animale. « En 2020, la consommation de viande de porc pourrait bien se stabiliser », conclut Adrian Schütz.

 

Hans Rüssli

Union Suisse des Paysans

Sur le même sujet

Statistique de la semaine
Semaine 39-2022

30.09.22 | Ces dernières années, les importations de grains et de farine de céréales se sont développées de façon constante. Elles correspondent à peu près à une énergie alimentaire de 3000 térajoules par an. Par contre, les importations de produits céréaliers transformés (surtout des positions du chapitre douanier 19) ont manifesté une croissance constante. Au cours des dix dernières années, l’augmentation en termes d’énergie alimentaire a at-teint presque 50 %. La protection à la frontière est minime pour les produits transformés en comparaison avec celle des produits non ou peu transformés. Les produits transformés peuvent être importés et vendus à un prix bon marché. Ainsi, ils mettent sous pression la production indigène et surtout le secteur de transformation. Des initiatives pour une transformation locale des céréales indigènes et des garanties de provenance peuvent remé-dier à cet effet. Quant aux produits de boulangerie, la marque « pain suisse » garantie déjà pour une origine suisse des produits.

Lire la suite
Communiqués de presse
Réguler le loup sans faire dans la demi-mesure

29.09.22 | L’augmentation des populations de loups a accentué la problématique liée au canidé de manière exponentielle. La situation actuelle menace l’agriculture et en particulier l’économie alpestre dans leur existence.

Lire la suite
Communiqués de presse
Une nette majorité considère inutile l’initiative sur l’élevage intensif

25.09.22 | Quelque 63 % des votant·e·s rejettent clairement l’initiative sur l’élevage intensif. Ils s’opposent ainsi à l’imposition par l’État des normes bio dans le domaine de l’élevage. L’agriculture suisse se réjouit de ce chiffre. Et ce pour la raison suivante : l’offre existe déjà. Si tous les partisans du « oui » puisent dans cette offre à l’avenir, le bio et les autres labels particulièrement respectueux des animaux connaîtront une augmentation significative de leurs ventes.

Lire la suite
Communiqués de presse
L’agriculture n’est pas à l’abri d’une pénurie d’électricité

23.09.22 | L’hiver prochain, en raison d’une pénurie d’électricité en Europe, les interruptions intermittentes de courant ne seront pas exclues. Les exploitations agricoles doivent se préparer sans céder à la panique.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 38-2022

23.09.22 | Les prix continuent d’augmenter en Suisse. En août, les prix à la consommation étaient quelque peu supérieurs au niveau du mois précédent et de 3,5 % à celui de l’année d’avant. Il ne faut pas s’attendre à un apaisement de la situation à moyen terme. L’agriculture n’est pas épargnée par cette tendance : la plupart des indices des prix des agents de production agricole affichent des valeurs bien plus importantes qu’en 2021. Avec des augmentations de l’ordre de 50 % pour les combustibles, les carburants et les engrais, le secteur agricole doit même faire face à des coûts supplémentaires considérables.

Lire la suite
Communiqués de presse
Militantisme débordant au Conseil national

21.09.22 | Le Conseil national rejette certes l’initiative biodiversité, mais il entend lui opposer un contre-projet indirect qui va beaucoup trop loin. Il donne ainsi carte blanche au Conseil fédéral en lui attribuant des compétences très étendues pour délimiter des surfaces pour la biodiversité. L’Union suisse des paysans est consternée par cette décision et espère que le Conseil des États sera plus raisonnable.

Lire la suite
Communiqués de presse
L’Union suisse des paysans réalise les plus grands röstis du monde

19.09.22 | D’où provenait donc cet appétissant fumet de pommes de terre rôties qui embaumait au-jourd’hui le centre-ville de Berne ? Des plus grands röstis du monde, que faisait cuire l’Union suisse des paysans pour fêter son 125e anniversaire dans le cadre de la traditionnelle Sichlete sur la place Fédérale. Pour ce faire, la faîtière agricole avait fabriqué une poêle de 13.7 m2 en forme de croix suisse, battant ainsi de trois mètres carrés l’ancien record. Les pommes de terre nécessaires à la préparation des plus grands röstis du monde avaient poussé cet été dans tous les cantons et au Liechtenstein. Elles ont été apportées aujourd’hui à Berne lors d’une cérémonie. Les plus grands röstis du monde constituent l’un des points forts de l’année anniversaire de l’USP.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 37-2022

16.09.22 | La Suisse est parmi les plus grands exportateurs de café. La torréfaction du café est une tradition en Suisse qui continue à évoluer grâce à des nombreuses innovations. Principalement, le café brut est importé, transformé et puis exporté sous forme de café torréfié. La valeur d’exportation a connu une augmentation continue depuis l’année 2006 et s’élevait à plus de 3 milliards de francs suisses en 2021. Le prix à l’exportation (valeur d’exportation / poids d’exportation) a bondi entre 2006 et 2009 (+ 127 %). La cause principale de ce développement est un producteur de capsules de café qui agit l’échelle globale mais qui produit toutes ses capsules en Suisse romande. Il est bien possible que des nouvelles innovations dans la transformation du café vont stimuler à leur tour les exportations.

Lire la suite