Contenu principal

« Nous sommes reconnaissants et heureux »

Commentaire du marché du 18 décembre 2020 dans le journal Agri

« L’an 2020 aura fait le bonheur de tous les producteurs porcins, et il faut que les choses restent ainsi » : tel est le bilan que tire des sept premiers mois de l’année Adrian Schütz, directeur adjoint de Suisseporcs. L’effondrement que les prix connaissent chaque année en août n’a pas eu lieu cette fois-ci. Ayant baissé pendant plusieurs années, la consommation s’est stabilisée.

« Constant depuis février, le prix à la production de 4 fr. 60 le kg poids mort (PM) départ ferme nous offre enfin une phase prolongée de normalité sur le marché des porcs ! », souligne Adrian Schütz. Après un passage à vide pendant cinq longues années, « les éleveurs de porcs touchent enfin un salaire à nouveau convenable. Ils peuvent même mettre des sous de côté pour amortir et rénover leurs porcheries ». Ce retour au beau fixe leur procure sécurité et confiance.

Daniel Erdin d’Agristat analyse le marché des porcs. « Le nombre d’abattages des porcs à l’engrais reste constant », observe-t-il. Cette constance laisse entrevoir à une stabilité durable sur le marché des porcs. « En revanche, le nombre d’abattages des truies, lui, augmente », constate Daniel Erdin, avant de préciser que ces données sont incomplètes et, par conséquent, difficiles à interpréter. Le dernier recensement des truies d’élevage remonte à janvier 2020 : il comptait alors 107 082 animaux, soit 2200 de moins environ qu’en 2019.

« Une part indigène à la production totale de 90 à 93 % permet au marché suisse des porcs de fonctionner de manière optimale », confie Adrian Schütz. En 2019, la part indigène était de 92,7 %, donnant lieu à un prix moyen de 4 fr. 34 le kg PM départ ferme. Cela faisait longtemps que le prix moyen des porcs AQ n’avait pas été aussi élevé. Pour Adrian Schütz, l’absence de la baisse des prix caractéristique d’août et de septembre est de bon augure. Proviande affiche un poids mort moyen de 89,8 kg pour les sept premiers mois de 2020, soit une augmentation de 200 grammes par rapport à 2019. « Les acheteurs ont augmenté les poids morts dans leurs conditions d’achat », affirme Adrian Schütz pour expliquer cette hausse. Selon Proviande, les importations de viande de porc ont aussi ceci de frappant qu’elles ont été de 20 646 tonnes entre janvier et juin 2020, soit deux fois et demie plus élevées que pendant la même période en 2019. Adrian Schütz fait remarquer que cette différence est due à l’augmentation des importations des morceaux de viande dans le cadre et en dehors du contingent tarifaire, et surtout aux importations pour l’alimentation animale. « En 2020, la consommation de viande de porc pourrait bien se stabiliser », conclut Adrian Schütz.

 

Hans Rüssli

Union Suisse des Paysans

Sur le même sujet

Communiqués de presse
SwissSkills, c’est parti !

07.09.22 | Dans le cadre de la votation du 25 septembre, les éléments de la campagne contre l’initiative sur l’élevage intensif se retrouvent défigurés, voire détruits. L’Union suisse des paysans regrette ces actes de vandalisme. Elle demande à tout un chacun de respecter la liberté d’expression et d’entretenir un débat objectif.

Lire la suite
Communiqués de presse
Un vandalisme regrettable au lieu d’un débat objectif

05.09.22 | Dans le cadre de la votation du 25 septembre, les éléments de la campagne contre l’initiative sur l’élevage intensif se retrouvent défigurés, voire détruits. L’Union suisse des paysans regrette ces actes de vandalisme. Elle demande à tout un chacun de respecter la liberté d’expression et d’entretenir un débat objectif.

Lire la suite
Communiqués de presse
Mettre en œuvre les mesures incontestées de la PA22+

02.09.22 | La Commission de l'économie et des redevances du Conseil des États (CER-E) s’est penchée sur la PA22+, préalablement suspendue. Elle a pris la décision de reprendre les mesures qui n’ont pas été contestées dans un mini-train d’ordonnances. L’Union suisse des paysans (USP) sou-tient cette décision.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 35-2022

02.09.22 | À partir de l’année 2017, le prix à la production du lait de centrale a augmenté presque continuellement. À l’heure actuelle, il a dépassé le niveau de l’an 2014. Par contre, la production diminue depuis le deuxième semestre 2021. Le temps pluvieux en 2021 a beaucoup gêné la production fourragère et a provoqué une qualité médiocre des fourrages utilisés pendant l’hiver 2021/2022. Cette année, la sécheresse complique la production fourragère. De plus, suite à la guerre en Ukraine, les prix des aliments concentrés ont augmenté de manière importante. Pour ces raisons, la quantité de lait produite recule malgré des prix à la hausse. Ceci a fait augmenter les importations de beurre par exemple. Dans le graphique, la somme des livraisons des douze mois précédents voir la moyenne des prix des douze mois précédents sont affichées afin d’éliminer les fluctuations saisonnières.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 34-2022

26.08.22 | En 2022, les précipitations étaient très faibles jusqu’à l’heure actuelle. Par rapport à la dernière année de sécheresse, 2018, seules les précipitations des mois d’avril et de juin étaient nettement plus élevées. Le bilan hydrologique calcule la quantité d’eau disponible. Ce chiffre correspond aux précipitations après déduction de l’évapotranspiration potentielle. En 2022, le temps très chaud a provoqué une forte évapotranspiration. Par conséquent, le bilan hydrologique cumulé depuis le début de l’an est glissé en dessous de zéro sur le plateau suisse à la mi-juillet. La quantité d’eau potentiellement évaporée est plus grande que la somme des précipitations. Ceci a de graves conséquence pour l’agriculture à bien des endroits. Des cultures souffrent du manque d’eau, elles grandissent moins ou passent à l’échaudage. Souvent, trop peu de fourrage peut être récolté et les stocks prévus pour l’hiver doivent déjà être utilisés.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 32-2022

19.08.22 | Chacun peut choisir la statistique qui lui convient le mieux! Au cours des dix dernières années, le nombre d’animaux de rente a augmenté de 13 à 16 millions d’animaux en Suisse. Surtout la volaille est responsable pour cette croissance. Les effectifs de poules pondeuses et de poulets de chair ont nettement progressé. Si on essaie d’exprimer les effectifs dans une unité plus comparable, c’est l’unité de gros bétail (UGB) qui s’offre à cette fin. Cette unité correspond à une vache adulte. Transformés en unités de gros bétail, les bovins revendiquent la plus grande part, de loin avant les porcs. Sous cette optique, l’apport de la volaille est modeste. Le total des unités de gros bétail est tombé en dessous de 1,3 millions au cours des dix dernières années. C’est surtout la diminution de l’effectif bovin et porcin qui est responsable pour ce léger recul. Vous trouvez de plus amples informations con-cernant les animaux de rente dans l’édition actualisée du chapitre « Production animale » de la publication « Sta-tistique et évaluations » sous www.agristat.ch | Statistiques et évaluations.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 31-2022

12.08.22 | L’évolution du nombre de formations achevées dans le champs professionnel de l’agriculture est stable, malgré le recul du nombre d’exploitations agricoles. Dans les dernières 20 années, seul le nombre de maîtrise a diminué (2021: 112 formations achevées). Le nombre de certificats de capacité (2021 : 1131 formations achevées) et de brevets fédéraux (2021: 323 formations achevées) se développent de manière plutôt stable. Des informations plus détaillées sont disponibles dans l’édition actuelle du chapitre 12 de la publication « Statistiques et évaluations ».

Lire la suite
AGRISTAT Actuel
Agristat « Actuel » 07-22 : Engrais : évolution des prix et des importations en temps troubles

11.08.22 | Les importations d’engrais de la Suisse sont restées en grande partie constantes au cours des dernières années. Les engrais sont principalement importés par voie maritime et routière. Les principaux pays d’origine sont les pays voisins ainsi que la Belgique et les Pays-Bas. Depuis mars 2022, la Suisse a renoncé à importer des engrais russes. En raison de la crise du coronavirus et de la guerre en Ukraine, les prix des engrais ont connu une hausse importante, ce qui n’était plus arrivé depuis 2008. Or, des prix élevés peuvent entraîner une baisse des rendements de la production végétale dans le monde entier comme en Suisse.

Lire la suite