Contenu principal

Potentiel élevé des grandes cultures en Suisse

Communiqué de presse de l’Union suisse des paysans du 26 janvier 2021

L’Union suisse des paysans a rédigé un nouveau rapport, intitulé « Le potentiel de certaines grandes cultures en Suisse ». Ce rapport révèle les opportunités que présente le marché dans le domaine des denrées alimentaires d’origine végétale et les actions à entreprendre pour que les exploitations agricoles puissent aussi en profiter.

Comme en témoignent les débats sur le climat, les nouvelles tendances alimentaires et les résultats de l’atelier « Alimentation durable et équilibrée à l’avenir » qu’a organisé le Programme national de recherche PNR 69, consommer davantage d’aliments d’origine végétale semblerait être tout indiqué.} Évaluée à 4,2 milliards de francs, la production végétale entre pour près de 40 % dans les comptes économiques de l’agriculture suisse. Elle constitue donc un élément essentiel du revenu des familles paysannes. Cependant, le taux d’auto-approvisionnement d’environ 37 % qu’elle affiche est plutôt faible ; il est même en recul depuis 2014. Le nouveau rapport « Le potentiel de certaines grandes cultures en Suisse » montre que les exploitations agricoles du pays perdent petit à petit du terrain sur des marchés importants. Diverses raisons permettent d’expliquer cette évolution. Le manque de sensibilité dont font preuve les consommateurs à l’égard de l’origine des matières premières dans les produits semi-finis et finis y est pour beaucoup. Les matières premières végétales sont souvent considérées comme de simples biens de base, donc facilement interchangeables. Souvent, il manque aussi une déclaration d’origine univoque. Autant d’obstacles que ne connaissent pas les produits d’origine animale, pour lesquels l’origine suisse joue un rôle plus important. Par ailleurs, l’absence totale de protection douanière pour de nombreuses nouvelles cultures intéressantes et très prisées des consommateurs fait qu’elles ne sont guère pratiquées en Suisse pour des raisons de prix et souvent d’impossibilité de les transformer, les empêchant ainsi de se démarquer.

L’objectif du rapport est en particulier d’évaluer les nouvelles opportunités qui s’ouvrent sur le marché. C’est pourquoi l’Union suisse des paysans (USP) y analyse les principales grandes cultures cultivées en Suisse. Sont examinés l’évolution et les changements de la production indigène de ces cultures, leur importance économique pour les exploitations agricoles, leur place sur le marché et dans l’import-export, la protection douanière en vigueur, de même que le potentiel respectif que représente leur production actuelle et future pour la Suisse. Les principales conclusions ont servi à définir les cinq axes d’action concrets suivants :

  • Profiter des opportunités du marché et améliorer la création de valeur
  • Sensibiliser le public à l’origine des matières premières dans les produits transformés
  • Renforcer le marché des céréales et combler les failles au niveau des droits de douane
  • S’attaquer au problème de la protection douanière
  • Permettre une lutte à armes égales entre les matières premières suisses et les marchandises importées

Ces axes doivent permettre à l’agriculture suisse de tirer parti des défis à venir et des opportunités commerciales qui s’ouvrent à elle, d’enrayer le déclin qu’elle connaît sur le marché, et d’améliorer la valeur ajoutée dans la production végétale.

Renseignements

David Brugger

David Brugger

Union Suisse des Paysans
Responsable de la Division Production végétale

Téléphone 077 438 90 88
Email david.brugger@sbv-usp.ch

Michel Darbellay

Responsable du département Production, marché et écologie de l’USP

Téléphone        078 801 16 91
E-Mail               michel.darbellay@sbv-usp.ch 

Sur le même sujet

Communiqués de presse
Décision de la CER saluée

08.10.19 | Les membres de la Commission de l’économie et des redevances du Conseil national (CER-CN) soutiennent une initiative parlementaire de la commission homologue du Conseil des États (CER-CE) en rapport avec les deux initiatives « pour une eau potable propre » et « pour une Suisse libre de pesticides de synthèse » : la CER-CE propose d’inscrire dans la loi une trajectoire de réduction assortie de valeurs cibles pour les risques liés à l’usage des pesticides. L’Union suisse des paysans (USP) préconise elle aussi cette voie. L’initiative parlementaire renforce ainsi le Plan d’action national Produits phytosanitaires. L’USP estime que, de ce fait, toutes les conditions sont posées pour que le Conseil des États poursuive rapidement et sans retard l’examen des initiatives pour une eau potable propre et pour l’interdiction des pesticides.

Lire la suite
Communiqués de presse
Le Conseil national prend les bonnes décisions

20.06.19 | Le Conseil national rejette l’initiative pour une eau potable propre et l’initiative pour une Suisse libre de pesticides de synthèse. Aucun contre-projet ni un renvoi à la commission chargée du premier examen n’ont rencontré de majorité. La Chambre basse confirme ainsi l’évaluation de ladite commission et du Conseil fédéral. Pour l’Union suisse des paysans, les décisions qu’a prises la Chambre du peuple sont les bonnes, car elles viennent renforcer les nombreuses mesures déjà mises en route en faveur d’une agriculture encore plus respectueuse de l’environnement.

Lire la suite
Communiqués de presse
Une étude fédérale le confirme : l’initiative pour une eau potable est contre-productive

13.06.19 | L’Union suisse des paysans n’est pas surprise par les résultats de l’étude sur les répercussions de l’initiative pour une eau potable, publiée aujourd’hui par Agroscope. Les scénarios calculés confirment que l’effet souhaité ne serait pas atteint, bien au contraire.

Lire la suite
Communiqués de presse
Enquête en prévision des futurs épisodes de sécheresse

05.06.19 | Dans de nombreuses exploitations, l’extrême sécheresse de 2018 a causé des problèmes ou occasionné des dépenses supplémentaires pour l’irrigation des terres. Afin de mieux prendre la mesure de ces problèmes et de prévoir des mesures adéquates en prévision des futurs épisodes de sécheresse, l’Union suisse des paysans demande en ce moment aux familles paysannes de répondre à une enquête en ligne. La faîtière agricole invite toutes les familles à prendre le temps d’y participer. L’enquête se divise en deux questionnaires : le premier s’adresse à toutes les exploitations agricoles, le second spécifiquement aux exploitations d’estivage.

Lire la suite
Communiqués de presse
L’USP appelle à renoncer à quatre substances actives en particulier

04.06.19 | En vue d’accroître encore plus la propreté de l’eau potable, l’Union suisse des paysans appelle les exploitations agricoles à éviter d’utiliser les substances actives bentazone, chloridazone, fluopicolide et S-métolachlore. Elle aimerait même qu’il y soit totalement renoncé dans la zone de protection 3 des eaux souterraines.

Lire la suite
Communiqués de presse
Les paysans renoncent aux produits phytosanitaires problématiques

04.06.19 | L’Union suisse des paysans appelle à renoncer à quatre substances actives, qui figurent parmi celles les plus souvent retrouvées dans les eaux souterraines. Des concentrations qui dépassent le seuil d’exigence quantitative sont rarissimes, si bien que l’eau est parfaitement potable.

Lire la suite
Communiqués de presse
La CER-N a pris les bonnes décisions selon l’USP

17.05.19 | La Commission de l’économie et des redevances du Conseil national rejette nettement l’initiative pour une eau potable propre et l’initiative pour une Suisse libre de pesticides de synthèse. Il n’y a pas non plus eu de majorité en faveur de contre-projets. La commission chargée de l’examen préalable abonde ainsi dans le même sens que le Conseil fédéral. C’est avec satisfaction que l’Union suisse des paysans prend acte de ces décisions.

Lire la suite
Communiqués de presse
L’initiative pour une eau potable propre manque son objectif

07.05.19 | En cas d’acceptation de l’initiative pour une eau potable propre, en particulier les exploitations viticoles et arboricoles, certaines cultures des champs ainsi que la production avicole et porcine se verraient contraintes soit de renoncer aux paiements directs et de ne plus produire selon le cahier des charges des prestations écologiques requises, soit d’abandonner la production. Il s’agit de la principale conclusion qui ressort d’une étude de cas réalisée par la Haute école des sciences agronomiques, forestières et alimentaires sur la base de onze exploitations agricoles réelles. Les deux options ne produisent aucun effet positif sur l’environnement.

Lire la suite