Contenu principal

Commentaires du marché

Commentaire de marché Plus de vaches allaitantes que jamais

26.04.19 | Le cheptel bovin diminue : telle est la tendance qui ressort de la dernière évaluation de la Banque de données sur le trafic des animaux (BDTA) qu’a effectuée Agristat fin mars. Néanmoins, il ne fait aucun doute que ce recul ne concerne que les vaches laitières. Au 31 mars 2019, celles-ci étaient 553 138 à figurer dans la BDTA, soit quelque 6000 têtes en moins que l’année d’avant. Le nombre des « autres vaches », en premier lieu des vaches allaitantes, s’est quant à lui établi à 130 625, soit environ 2900 animaux en plus. Pour les vaches allaitantes, il s’agit là d’un nouveau plus haut. Les vêlages augmentent eux aussi : à l’heure actuelle, une vache met bas bien plus d’une fois par année. Les raisons de cette évolution pourraient découler de l’amélioration de la gestion des troupeaux ainsi que du fourrage de meilleure qualité. Quiconque désire des performances laitières et carnées élevées doit nourrir ses animaux du meilleur fourrage qui soit. En 2018, les fourrages ont certes connu la pénurie, mais ils étaient aussi de bien meilleure qualité que ceux de l’année pluvieuse de 2016. Selon les chiffres de la BDTA, le nombre de bovins a augmenté de manière significative en l’espace d’une année. Il se pourrait que le recul du nombre de veaux d’engrais y soit pour quelque chose (diminution de 5,5 % des abattages au premier trimestre de 2019). En effet, plus les jeunes bovins sont nombreux à partir dans un atelier d’engraissement de gros bétail plutôt que de veaux, plus ils sont pris en compte longtemps dans le cheptel, et donc dans les chiffres de la BDTA.

Lire la suite
Commentaire de marché Abattages d’agneaux pour Pâques

05.04.19 | L’offre en viande de mouton a augmenté de 11 % en 2018 par rapport à 2017. En glissement annuel, la production de viande d’agneau et de mouton a progressé de 7 % en janvier 2018, puis reculé de 10 % en février 2018. Ces quatre dernières semaines, l’offre en moutons s’est montrée abondante sur les marchés publics et surveillés par Proviande. Comme les moutons n’ont pas tous trouvé preneur aux enchères, Proviande a attribué au commerce les animaux avec une finition insuffisante. Ces moutons et agneaux seront finis et partiront à l’abattoir dans quelques semaines. Il est impossible de prévoir avec précision le moment d’abattre des ovins, car la croissance d’agneaux jumeaux est plus lente et dépend du fourrage disponible pour les brebis et les agneaux au pâturage. Les moutons et les agneaux se vendent bien à l’heure actuelle, car les abattages pour Pâques (le 21 avril) vont bon train. La cote hebdomadaire de Proviande reste stable depuis décembre 2018 et s’élève à 11 fr. 10 le kg de poids mort pour des agneaux de classe T3. Les prix sont restés stables parce que les acheteurs ont demandé, entre autres à la séance de Proviande du 8 mars dernier, l’importation de 1500 tonnes à partir d’avril. Celle-ci a été approuvée, la moitié ayant été attribuée au commerce en fonction de la prestation en faveur de la production suisse. r le commerce du foin.

Lire la suite
Commentaire de marché Les commerçants de foin maintiennent les prix élevés

29.03.19 | Les prix indicatifs du foin restent élevés. À l’heure actuelle, les détenteurs de bétail n’en achètent que de faibles quantités. La chaleur de ce début de printemps fait rapidement grimper l’offre en fourrage. L’assemblée de l’Association Suisse des négociants en fourrages (ASNF), c’est-à-dire des commerçants de foin, s’est tenue dernièrement à Matzingen (TG). Les commerçants suisses de foin ont eu l’occasion d’échanger avec leurs homologues allemands et les livreurs. La canicule persistante de l’été 2018 et les prairies brûlées ont inquié-té plus d’un éleveur. Ruedi Zgraggen, président de l’ASNF, a dressé le bilan d’une année mouvementée pour le commerce du foin.

Lire la suite
Commentaire de marché Garantir le revenu

22.03.19 | Le prix actuel de 4 fr. 40 le kg PM auquel s’échangent les porcs de boucherie est réjouissant et justifié. Ce niveau n’avait pas été atteint depuis cinq ans. Selon les producteurs, ce montant est néanmoins nécessaire. En effet, il permet à des exploitations moyennes d’élevage et d’engraissement (50 PTE, 350 PPE, 26 porcelets par truie et par an) de viser un revenu horaire de 34 francs (revenu en vigueur dans l’engraissement des volailles) pour rentabiliser leur production. Une production conforme au marché est donc de mise pour garantir le revenu des détenteurs de porcs sur le long terme.

Lire la suite
Commentaire de marché Moins de vaches, mais plus de veaux

14.03.19 | L'effectif des vaches diminue. Selon les chiffres de la Banque de données sur le trafic des animaux (BDTA), la Suisse comptait 555 587 vaches fin février, soit environ 7400 de moins que l’année d’avant. Par ailleurs, l’information que le nombre de vaches laitières a diminué de 9800 tandis que celui des vaches allaitantes a augmenté de 2400 n’a plus rien d’un scoop.

Lire la suite
Commentaire de marché 2019 sera une année difficile pour l’engraissement des veaux

18.01.19 | Sur l’ensemble de l’année, les prix des veaux réalisés se sont maintenus au niveau de l’année dernière. Ceux des poids morts moyens ont quant à eux légèrement augmenté...

Lire la suite
Commentaire de marché 21.12.18 Natura Veal

21.12.18 | L'évolution positive du programme Natura Veal est réjouissante. Les abattages des dernières semaines se sont intensifiés en glissement annuel.

Lire la suite
Commentaire de marché Bétail meilleur marché pour les bouchers

14.12.18 | En 2018, le bétail bovin est devenu meilleur marché qu’en 2017 pour les bouchers. En cumulé, la production de viande de gros bétail bovin a augmenté de 7,4 % vers la fin de cette année.

Lire la suite