Contenu principal

Quand le Conseil fédéral cherche à écrire du mal de l’agriculture suisse

Communiqué de presse de l'Union suisse des Paysans du 5 avril 2018

Il y a dix ans, la Confédération publiait des objectifs environnementaux pour l’agriculture. Dans une analyse de la réalisation de ces objectifs, elle occulte les progrès accomplis et fait porter le chapeau aux familles paysannes lorsque les avancées ne sont pas mesurables. Les objectifs environnementaux ne visent d’ailleurs que l'agriculture jusqu'à ce jour.

En 2008, l’Office fédéral de l’environnement et l’Office fédéral de l’agriculture ont publié conjointement les objectifs environnementaux pour l’agriculture. L’idée était de développer un système d’objectifs environnementaux et de le mettre en place, en l’espace de deux ans, dans tous les secteurs concernés par l’environnement. Dans son rapport rédigé en 2016 à ce sujet, le Conseil fédéral a déclaré qu'aucun de ces objectifs n'avait été entièrement atteint. L’Union suisse des paysans (USP) a pris ces critiques comme une occasion d’analyser de plus près les objectifs environnementaux pour l’agriculture et leur progression, puis de les évaluer dans un effort d’autocritique.

Les quatre objectifs environnementaux pour l’agriculture sont subdivisés en 39 objectifs partiels. Selon le Conseil fédéral, sept objectifs (18 %) sont atteints, aucune évaluation n’est possible pour neuf (23 %) d’entre eux, alors que les 23 objectifs restants (59 %) ont le statut d’« objectif non atteint ». Pourtant, dans la dernière catégorie mentionnée, le degré de réalisation des objectifs intermédiaires se situe souvent entre 80 et 93 % : augmentation de l’efficacité de l’azote (91 %), augmentation de l’efficacité du phosphore (84 %), réduction des émissions d’ammoniac (85 %), teneur en phosphore des lacs (80 %), niveau de qualité II sur les surfaces de promotion de la biodiversité (93 %). Pour neuf autres objectifs partiels relatifs au paysage, à l’eau et au sol, il n’existe pas de vue d’ensemble au niveau national ou alors des indicateurs font défaut. À cet égard, une évaluation définitive n’est possible pour aucun des six objectifs partiels relatifs au sol à cause de connaissances lacunaires. Dès lors, l’objectif environnemental relatif au sol est quand même considéré comme non atteint.

Même si les objectifs relatifs à la biodiversité sont largement dépassés en ce qui concerne la part des surfaces dans la région de plaine et leur mise en réseau et qu’ils sont presque atteints dans le cas du niveau de qualité II à 37 % (objectif : 40 %), cela ne suscite pas le moindre éloge. Par ailleurs, la Confédération a changé les règles du jeu en cours de partie : en 2008, l’objectif environnemental fixé à l’agriculture pour les lacs était de 20 µg de phosphore/litre. Cet objectif est atteint partout sauf dans deux lacs aujourd’hui. Dans le rapport d’état 2016, l’objectif environnemental relatif à l’agriculture s’est vu complété par un objectif oxygène de 4 mg/litre, si bien que le bilan des objectifs atteints n’est plus aussi positif. Il est en outre incontesté que la réduction des concentrations de phosphore dure des décennies.

Le besoin d'optimisation et de rattrapage est avéré et incontestable en ce qui concerne les objectifs environnementaux pour l’agriculture. De nombreuses mesures sont en place et déploient leur effet. L’agriculture suisse veut utiliser les ressources de manière encore plus efficace et devenir encore plus respectueuse de l’environnement. Des réponses ciblées s’imposent là où des mesures demeurent lacunaires. Des rapports tendancieux, dans lesquels les progrès accomplis et les conflits d’objectifs (p. ex. bien-être animal versus émissions d’ammoniac) sont passés sous silence et faisant porter la responsabilité de l’absence d’indicateurs aux agriculteurs, ne s’y prêtent toutefois guère. À ce titre, il est aussi à déplorer que, dix ans après l’introduction des objectifs environnementaux pour l’agriculture, il n’existe toujours pas d’objectifs pour les autres secteurs. Ces derniers portent aussi atteinte à l’environnement et doivent assumer leur responsabilité !

L’analyse intégrale des objectifs environnementaux pour l’agriculture et de la réalisation des objectifs est disponible ici :

Renseignements

Markus Ritter

Markus Ritter

Président de l'Union Suisse des Paysans
Conseiller national

Téléphone 079 300 56 93
EMail markus.ritter@parl.ch

Jacques Bourgeois

Jacques Bourgeois

Union Suisse des Paysans
Directeur
Conseiller national

Téléphone 079 219 32 33
E-Mail jacques.bourgeois@sbv-usp.ch

Martin Rufer

Martin Rufer

Directeur de l'Union Suisse des Paysans

Téléphone 078 803 45 54
E-Mail martin.rufer@sbv-usp.ch

Sandra Helfenstein

Union Suisse des Paysans
Responsable suppléante du Département Communication et services internes
Coresponsable de la communication, service Médias & Relations publiques
Porte-parole de l'USP

Téléphone 056 462 52 21
Mobile 079 826 89 75
Email sandra.helfenstein@sbv-usp.ch

Sur le même sujet

Communiqués de presse
Non à la Vue d’ensemble !

28.03.18 | La Commission de l'économie et des redevances du Conseil national veut que la Vue d'ensemble figure à l’ordre du jour de la session d’été et qu’elle soit renvoyée au Conseil fédéral. Sous sa forme actuelle, elle ne constitue pas une base pour le développement de la politique agricole.

Lire la suite
Prises de position Regelung für transparentes Lobbying

13.03.18 | Nous soutenons le principe que les membres du parlement conservent la responsabilité concernant l’accès des représentants d’intérêts et que le système proposé doit être simple, peu coûteux et applicable. Il nous semble aussi justifié que le système soit également informatif : les citoyens ont à leur disposition un registre intelligible qu’ils peuvent consulter non seulement pour s’informer des mandants et des mandats des personnes représentant des intérêts au sein du Palais du Parlement, mais également afin de connaître la source parlementaire de l’accès octroyé à un représentant d’intérêts. L’USP propose la modification suivante de l’article 69b paragraphe 1 « Tout député peut faire établir deux cartes d’accès de longue durée pour des membres de sa famille, des collaborateurs personnels ou des représentants d’intérêts ».

Lire la suite
Communiqués de presse
Coupes contre-productives dans la recherche

12.03.18 | Sans consulter les parties concernées, le Conseil fédéral entend restructurer Agroscope pour la troisième fois en très peu de temps. Jusqu’à 600 emplois seraient touchés. L’Union suisse des paysans (USP) est stupéfaite à la fois par les intentions et la manière de procéder du gouvernement suisse. Les nombreux défis auxquels doit faire face l’agriculture suggèrent que la recherche axée sur la pratique devrait être développée plutôt que restreinte. L’USP se défendra donc contre les coupes annoncées.

Lire la suite
Communiqués de presse
La CER-CN soutient l’industrie sucrière suisse

10.01.18 | La Commission de l'économie et des redevances du Conseil national (CER-CN) a encore une fois donné suite à l’initiative parlementaire de Jacques Bourgeois « Stop au bradage ruineux du sucre ! Pour la sauvegarde de l'économie sucrière indigène ». L’Union Suisse des paysans et l’Interprofession du sucre saluent la décision et demandent au Parlement de suivre la décision de la CER-CN.

Lire la suite
Communiqués de presse
Commerce équitable : vouloir, c’est pouvoir

03.01.18 | Une agriculture durable n’est pas possible aux prix ayant cours sur les marchés internationaux. Divers exemples à petite échelle montrent que des prix à la production et des relations commerciales équitables ne font pas obstacle au succès sur le marché. Il y a besoin d’agir !

Lire la suite
Prises de position Teilrevision des Bundesgesetzes über die Enteignung (EntG)

30.10.17 | Aus Sicht der von uns vertretenen landwirtschaftlichen Grundeigentümer ist die vorliegende Teilrevision eine verpasste Chance, um neben formellen Anpassungen in erster Linie auch grundsätzliche Erneuerungen und Überlegungen zur Enteignung vorzuschlagen. Der Kulturlandschutz gebietet einen haushälterischen Umgang mit dem Boden. Infrastrukturanlagen werden auch künftig einen immensen Bedarf an Flächen benötigen. Zusammen mit der Bevölkerungszunahme nehmen die Mobilitätsbedürfnisse laufend zu. Der SBV will die für die öffentliche Grundversorgung nötigen Bauten nicht verhindern, verlangt aber, dass in der Interessenabwägung das Kulturland höher gewichtet und im Enteignungsfall besser entschädigt wird. Da die öffentliche Hand selber auch über wesentliche Flächen an Kulturland verfügt, haben enteignete Landwirte primär Anspruch auf Realersatz. Dazu sind Anstrengungen zu unternehmen.

Lire la suite
Points de vue Une victoire pour le secteur agricole et alimentaire

25.09.17 | La bataille est terminée, le plébiscite avec un score de 79 % des voix est extraordinaire. Obtenir cette victoire n’a été, de loin, pas aussi évident que cela peut paraître après coup. Même sans campagne adverse officielle, le projet a dû affronter de puissants vents contraires. Des déclarations contradictoires à propos du libre-échange et de l’ouverture des marchés ont semé le doute parmi la paysannerie et ont suscité des critiques parfois acerbes dans l’agriculture. Divers médias, avant tout en Suisse alémanique, ont pris parti contre le projet, certains se laissant même aller à un journalisme partisan. Il est d’autant plus réjouissant que les citoyennes et citoyens n’aient pas perdu de vue l'essentiel et aient ignoré les commentaires.

Lire la suite
Prises de position Totalrevision des Bundesgesetzes über die Nationalstrassenabgabe

15.09.17 | Grundsätzlich ist der SBV mit der Vorlage einverstanden. Es ist wichtig, dass die Änderungen – wie im erläuternden Bericht dargelegt – finanziell selbsttragend sind und das Bundesbudget nicht zusätzlich belasten. Weiter möchten wir darauf hinweisen, dass bei einer Einführung der E-Vignette dem Daten-schutz höchste Aufmerksamkeit geschenkt werden muss, sodass dieser gewährleistet ist. Allfällige Bedenken seitens der Vignettennutzer bezüglich des Datenschutzes müssen ernst genommen werden

Lire la suite