Contenu principal

Que vaut encore le bien-être animal ?

Communiqué de presse de l’Union suisse des paysans, de Suisseporcs et de la Fédération suisse des engraisseurs de veaux du 11 décembre 2018 

Coop annonce qu’elle réduira de manière considérable, voire supprimera son programme Naturafarm à partir de 2019. Cette décision constitue non seulement une régression en matière de bien-être animal dans l’agriculture suisse, mais aussi un problème de grande envergure pour les familles paysannes qui ont investi en conséquence pour participer au programme. Cette mauvaise nouvelle intervient après celle de Migros, qui a annoncé qu’elle ne paierait plus de prime SRPA pour les veaux de boucherie à partir de 2019. Les producteurs demandent aux détaillants de revenir sur leurs décisions incompréhensibles et de négocier avec eux. 

 « Naturafarm : notre engagement en faveur des animaux. Les animaux des fermes Naturafarm peuvent se déplacer librement et aller à l’extérieur. Les stabulations sont organisées en aires, où ils peuvent manger, jouer, dormir », écrit Coop sur son site web. Le programme Naturafarm s’inscrit dans les engagements de Coop « Des paroles aux actes ». À présent, l’enseigne prévoit de tailler dans son offre de produits Naturafarm et d’orienter ses actes dans une autre direction. Ainsi, le programme des porcs Naturafarm sera réduit de 30 %, tandis que celui pour la viande de veau Naturafarm sera stoppé net. Pour justifier son action, Coop invoque un recul marqué dans la demande des programmes de viande sous label. Quelques jours auparavant, Migros a annoncé qu’elle arrêterait de payer la prime SRPA pour les veaux de boucherie à partir de 2019. 

Pour l’Union suisse des paysans (USP), Suisseporcs et la Fédération suisse des engraisseurs de veaux (FSEV), ces plans sont incompréhensibles. Les programmes en question reposent sur des prescriptions en matière d’élevage inscrites dans la loi suisse sur la protection des animaux, impliquant pour les producteurs des dépenses supplémentaires. Si Coop met fin à son programme Naturafarm, les familles paysannes perdront la plus-value dont elles ont besoin pour amortir leurs investissements. Sans partenaire fiable, il sera difficile d’accroître encore le niveau du bien-être animal et, partant, de créer de la valeur sur le marché. 

Tous les sondages révèlent qu’un niveau élevé de bien-être animal est la première exigence des consommateurs envers l’agriculture suisse. Une récolte de signatures est d’ailleurs en cours pour lutter contre l’élevage intensif soi-disant pratiqué en Suisse. Au vu du chiffre d’affaires insatisfaisant réalisé par la vente de viande sous label, il reste à savoir si ces engagements ne constituent désormais plus que des promesses sans lendemain. Le bien-être animal n’est-il finalement réduit qu’à une simple question d’argent ?

Renseignements

Markus Ritter

Markus Ritter

Président de l'Union Suisse des Paysans
Conseiller national

Téléphone 079 300 56 93
EMail markus.ritter@parl.ch

Jacques Bourgeois

Jacques Bourgeois

Union Suisse des Paysans
Directeur
Conseiller national

Téléphone 079 219 32 33
E-Mail jacques.bourgeois@sbv-usp.ch

Martin Rufer

Martin Rufer

Directeur de l'Union Suisse des Paysans

Téléphone 078 803 45 54
E-Mail martin.rufer@sbv-usp.ch

Meinrad Pfister

Président de Suisseporcs et de la commission permanente Production animale de l’USP
tél. 079 916 00 41 

Samuel Graber

Président FSEV

Téléphone 079 859 54 39

Sur le même sujet

Statistique de la semaine
Semaine 13/2022

01.04.22 | La production de lait de consommation peut servir comme mesure de la crise du coronavirus : Quand les gens sont restés plutôt à la maison, alors ils ont acheté plus de lait de consommation et surtout plus de lait upérisé. La production était très élevée lors du début de la crise au mois de mars 2020. En automne 2020 et durant les mois suivants, la production a profité encore une fois. Depuis l’été 2021, la production de lait de consommation diminue et indique de cette manière la normalisation de la situation.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 12/2022

25.03.22 | La production de fromage gagne de plus en plus en importance pour le secteur laitier suisse. En 2021, 47,6 % du ait – donc presque la moitié – ont été transformés en fromage et séré pendant que ce pourcentage s’élevait à 42,0 % en 2011. Dans cette période, la quantité de lait transformé a légèrement diminué de de 3446 millions de kilogrammes en 2011 à 3381 millions de kilogrammes en 2021 (-1,9 %).

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - février 2022

11.03.22 | Février 2022 a connu non seulement des températures douces et de longues périodes d’ensoleillement, mais aussi un temps très venteux au début et à la fin du mois. Alors que les précipitations étaient abondantes dans les Alpes centrales et orientales, le temps est resté sec dans l’ouest du Plateau, le nord-est de la Suisse et surtout le sud du pays. La floraison des noisetiers et du tussilage a eu lieu environ deux semaines plus tôt que la moyenne des années 1990 à 2020. L’hiver 2021/2022 a été doux, très ensoleillé par endroits et particulièrement sec dans le sud de la Suisse.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 10/2022

11.03.22 | Déjà au mois de janvier, les prix pour les agents de la production agricole comme les engrais, l’énergie, les semences, les aliments pour animaux etc. ont dépassé les prix de l’année précédente de 7,4 %. A ce moment, on pouvait encore s’attendre à une normalisation des prix après la fin de la crise du coronavirus. Suite à la guerre en Ukraine, les prix restent élevés ou augmentent encore, surtout ceux de l’énergie et des engrais. Il faut s’attendre à un renchérissement généralisé. Du point de vue actuel, la situation ne va pas se calmer. Pour l’agriculture suisse, il sera décisif de pouvoir couvrir les frais supplémentaires par une augmentation des prix à la production.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 09/2022

04.03.22 | Sur le marché mondial, le prix du blé atteint actuellement (4 mars 2022) le niveau maximal de l’an 2008. Le prix se situe environ à 400 CHF par tonne et a donc doublé depuis la fin de l’an 2020. Le graphique ne montre pas l’évolution la plus récente comme elle n’affiche que les prix mensuels jusqu’au mois de février 2022. La guerre en Ukraine a donc un effet net sur l’approvisionnement mondial en aliments qui a déjà été entravé par la crise du coronavirus. Les prix élevés vont surtout toucher les pays déjà défavorisés, par ex. en Afrique. La population de ces pays ne pourra guère payer ces prix élevés. La guerre en Ukraine entraîne déjà des souffrances indicibles sur place. De plus, elle risque d’amener une crise alimentaire dans de nombreux pays.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 08/2022

25.02.22 | En Suisse, une exploitation agricole nourrit en moyenne une centaine de personnes (en Suisse comme à l’étranger parce que des denrées alimentaires, p.ex. du fromage, sont aussi exportées). Dans le graphique, on peut constater une augmentation nette durant les années 1990 à 2014. Dans cette période, le nombre de personnes nourries par exploitation agricole augmente de 46 à 97. Il s’ensuit une phase de stagnation. Une cause probable est l’extensification de l’agriculture.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 07/2022

18.02.22 | Le pourcentage de bovins en stabulation libre a nettement augmenté entre 2013 et 2020. En 2013, la part des bovins en stabulation libre s’élevait à 65 %. En 2020, elle avait atteint 73 %. La part est surtout élevée chez les vaches mères et dans l’engraissement de gros bétail bovin. Dans ces secteurs, la part était déjà en 2013 très élevée et ne s’est plus beaucoup développée. La part des vaches laitières en stabulation libre est plus basse, par contre on peut constater une évolution nette de 46 % à 58 %. Les différences entre les régions sont claires. En région de montagne, la part des bovins en stabulation libre est plus petite qu’en région de plaine. La statistique se base sur une enquête par sondage et dispose d’une certaine marge d’erreur. Pour cette raison, les indications dans le texte sont arrondies aux nombres entiers.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 06/2022

11.02.22 | Selon l’indice, les prix d’achat des agents de production agricole (engrais, énergie, aliments pour animaux, machines, bâtiments etc.) ont augmenté de 6,2 % dans l’intervalle d’une année. Le renchérissement est très élevé en ce qui concerne les prix des engrais et de l’énergie. Les prix élevés de l’énergie, les conditions de transport difficile, les retards dans les chaînes d’approvisionnement et des prix de matières premières élevés de manière généralisée provoquent un net renchérissement pour la production agricole.

Lire la suite