Contenu principal

Que vaut encore le bien-être animal ?

Communiqué de presse de l’Union suisse des paysans, de Suisseporcs et de la Fédération suisse des engraisseurs de veaux du 11 décembre 2018 

Coop annonce qu’elle réduira de manière considérable, voire supprimera son programme Naturafarm à partir de 2019. Cette décision constitue non seulement une régression en matière de bien-être animal dans l’agriculture suisse, mais aussi un problème de grande envergure pour les familles paysannes qui ont investi en conséquence pour participer au programme. Cette mauvaise nouvelle intervient après celle de Migros, qui a annoncé qu’elle ne paierait plus de prime SRPA pour les veaux de boucherie à partir de 2019. Les producteurs demandent aux détaillants de revenir sur leurs décisions incompréhensibles et de négocier avec eux. 

 « Naturafarm : notre engagement en faveur des animaux. Les animaux des fermes Naturafarm peuvent se déplacer librement et aller à l’extérieur. Les stabulations sont organisées en aires, où ils peuvent manger, jouer, dormir », écrit Coop sur son site web. Le programme Naturafarm s’inscrit dans les engagements de Coop « Des paroles aux actes ». À présent, l’enseigne prévoit de tailler dans son offre de produits Naturafarm et d’orienter ses actes dans une autre direction. Ainsi, le programme des porcs Naturafarm sera réduit de 30 %, tandis que celui pour la viande de veau Naturafarm sera stoppé net. Pour justifier son action, Coop invoque un recul marqué dans la demande des programmes de viande sous label. Quelques jours auparavant, Migros a annoncé qu’elle arrêterait de payer la prime SRPA pour les veaux de boucherie à partir de 2019. 

Pour l’Union suisse des paysans (USP), Suisseporcs et la Fédération suisse des engraisseurs de veaux (FSEV), ces plans sont incompréhensibles. Les programmes en question reposent sur des prescriptions en matière d’élevage inscrites dans la loi suisse sur la protection des animaux, impliquant pour les producteurs des dépenses supplémentaires. Si Coop met fin à son programme Naturafarm, les familles paysannes perdront la plus-value dont elles ont besoin pour amortir leurs investissements. Sans partenaire fiable, il sera difficile d’accroître encore le niveau du bien-être animal et, partant, de créer de la valeur sur le marché. 

Tous les sondages révèlent qu’un niveau élevé de bien-être animal est la première exigence des consommateurs envers l’agriculture suisse. Une récolte de signatures est d’ailleurs en cours pour lutter contre l’élevage intensif soi-disant pratiqué en Suisse. Au vu du chiffre d’affaires insatisfaisant réalisé par la vente de viande sous label, il reste à savoir si ces engagements ne constituent désormais plus que des promesses sans lendemain. Le bien-être animal n’est-il finalement réduit qu’à une simple question d’argent ?

Renseignements

Markus Ritter

Markus Ritter

Président de l'Union Suisse des Paysans
Conseiller national

Téléphone 079 300 56 93
EMail markus.ritter@parl.ch

Jacques Bourgeois

Jacques Bourgeois

Union Suisse des Paysans
Directeur
Conseiller national

Téléphone 079 219 32 33
E-Mail jacques.bourgeois@sbv-usp.ch

Martin Rufer

Martin Rufer

Directeur de l'Union Suisse des Paysans

Téléphone 078 803 45 54
E-Mail martin.rufer@sbv-usp.ch

Meinrad Pfister

Président de Suisseporcs et de la commission permanente Production animale de l’USP
tél. 079 916 00 41 

Samuel Graber

Président FSEV

Téléphone 079 859 54 39

Sur le même sujet

Statistique de la semaine
Semaine 24-2022

17.06.22 | La population suisse s’accroît continuellement. En 2000, la Suisse comptait 7,2 millions d’habitants. En 2021, ce chiffre a atteint 8,8 millions. Ainsi, la surface agricole disponible par personne a reculé. En 2000, une surface de 570 mètres carrés de terres arables était disponible par personne. Ce chiffre a reculé à 453 mètres carrés en 2021. Cette surface correspond à un carré de 21,3 fois 21,3 mètres et à une diminution de 20,5 % par rapport à 2000. Si on tient compte de la surface agricole totale, on arrive à une diminution relative presque identique de 20,3 % par habitant.

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - mai 2022

13.06.22 | Le mois de mai a connu un nombre record de jours d’été ; il s’agit du deuxième mois de mai le plus chaud depuis le début des mesures en 1864. Seul mai 1968 a été encore plus chaud. Genève a connu 15 jours d'été avec une température maximale de 25 degrés ou plus, Locarno en a connu 16. En Suisse alémanique, il y a eu moins de dix jours d'été. Sur une grande partie du territoire, les précipitations sont restées inférieures à la norme 1991-2020. En Suisse romande et en Valais, les précipitations n’ont parfois même pas atteint les 30 % de la norme 1991-2020. Dans certaines régions du sud de la Suisse, elles sont restées en dessous des 40 % de la norme alors qu’en Suisse alémanique, elles se situaient entre 40 et 80 % de la norme. Le mois de mai a marqué la fin d'un printemps doux, ensoleillé et pauvre en précipitations. Ce fut l’un des dix printemps les plus secs depuis le début des mesures.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 23-2022

10.06.22 | La surface est répartie de manière inégale entre les exploitations agricoles. 28,4 % des exploitations ont une grandeur entre 10 et 20 hectares, mais n’exploitent au total que 20,0 % de la surface. En somme, 56,5 % des exploitations (plus de la moitié) exploitent moins que 20 hectares par exploitation. Cependant, elles exploitent au total 26,1 % de la surface (environ un quart). Selon la surface, la catégorie des exploitations avec 30 jusqu’à 50 hectares est la plus importante : ces 16,4 % des exploitations disposent au total de 29,4 % de la surface.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 22-2022

03.06.22 | La vague de renchérissement n’a pas encore atteint les prix des denrées alimentaires dans le commerce de détail. Les prix touchés par les exploitations agricoles pour leurs produits n’ont que peu bougé jusqu’à ce jour. Ceci n’a guère été possible comme les récoltes en production végétale sont juste en train de débuter. Par contre, les prix des agents de la production agricole ont nettement augmenté, surtout les prix des engrais, de l’énergie (y compris les carburants) et des fourrages. Au mois d’avril 2022, l’indice des prix d’achat des agents de la produc-tion agricole était à 112,2 points (décembre 2020 = 100) et a ainsi augmenté de 10,4 % par rapport au niveau du mois d’avril 2021. Ceci engendre des frais supplémentaires de 900 millions de francs estimés pour l’agriculture au cours de l’exercice actuelle. Une nette augmentation des prix pour les produits agricoles sera nécessaire, sinon le revenu des agriculteurs et des agricultrices va reculer de manière importante.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 21-2022

24.05.22 | Les livraisons d’engrais saisies dans HODUFLU ont augmenté au cours des années. Depuis 2014 les bulletins de livraison ont subi un accroissement de 37,7 % (échelle de droite du graphique). Cette croissance est à attribuer surtout aux engrais de ferme (+ 46,2 % depuis 2014 de l’azote total au stock). Les engrais de recyclage sont restés assez constants et fluctuent autour d’une moyenne de 4'670 tonnes d’azote total au stock.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 20-2022

20.05.22 | En Suisse, en 2020, 7'752'114 tonnes d’aliments pour animaux de rente (mesurées en matière sèche) étaient disponibles. La part la plus importante avec 78,9 % (6'113'293 tonnes) était destinée aux bovins. Suivent les porcs avec 9,6 % (741'555 tonnes) et la volaille avec 4,8 % (368'544 tonnes). La catégorie «autres» avec les équidés (chevaux, ânes, mulets) et les lapins a reçu 4,1 % (315'604 tonnes). Les moutons et les chèvres ont réclamé la part la plus modeste avec 2,7 % (213'117 tonnes). Plus d’informations au sujet du bilan alimentaire sont disponibles sous « AGRISTAT Actuel ».

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 19-2022

13.05.22 | En Suisse, en 2020, 7'752'114 tonnes d’aliments pour animaux de rente (mesurées en matière sèche) étaient disponibles. La part la plus importante avec 78,9 % (6'113'293 tonnes) était destinée aux bovins. Suivent les porcs avec 9,6 % (741'555 tonnes) et la volaille avec 4,8 % (368'544 tonnes). La catégorie «autres» avec les équidés (chevaux, ânes, mulets) et les lapins a reçu 4,1 % (315'604 tonnes). Les moutons et les chèvres ont réclamé la part la plus modeste avec 2,7 % (213'117 tonnes). Plus d’informations au sujet du bilan alimentaire sont disponibles sous « AGRISTAT Actuel ».

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - avril 2022

11.05.22 | Le premier tiers du mois d’avril a connu des chutes de neige jusqu’en plaine, accompagnées de gelées tardives en raison des températures basses. Ces phénomènes de gelées tardives se sont encore produits à la fin du deuxième tiers du mois. Les dégâts sans doute ainsi causés dans les cultures fruitières précoces (fruits à noyau et fruits à pépins) restent difficiles à évaluer à l’heure actuelle. Malgré les épisodes de froid, la plupart des régions ont affiché une température moyenne située dans les limites de la norme pluriannuelle. Pour le reste, le temps changeant typique d’avril a souvent prévalu. À la fin du mois, le sud du pays s’est vu arrosé des premières fortes précipitations de l’année.

Lire la suite