Contenu principal

Que vaut encore le bien-être animal ?

Communiqué de presse de l’Union suisse des paysans, de Suisseporcs et de la Fédération suisse des engraisseurs de veaux du 11 décembre 2018 

Coop annonce qu’elle réduira de manière considérable, voire supprimera son programme Naturafarm à partir de 2019. Cette décision constitue non seulement une régression en matière de bien-être animal dans l’agriculture suisse, mais aussi un problème de grande envergure pour les familles paysannes qui ont investi en conséquence pour participer au programme. Cette mauvaise nouvelle intervient après celle de Migros, qui a annoncé qu’elle ne paierait plus de prime SRPA pour les veaux de boucherie à partir de 2019. Les producteurs demandent aux détaillants de revenir sur leurs décisions incompréhensibles et de négocier avec eux. 

 « Naturafarm : notre engagement en faveur des animaux. Les animaux des fermes Naturafarm peuvent se déplacer librement et aller à l’extérieur. Les stabulations sont organisées en aires, où ils peuvent manger, jouer, dormir », écrit Coop sur son site web. Le programme Naturafarm s’inscrit dans les engagements de Coop « Des paroles aux actes ». À présent, l’enseigne prévoit de tailler dans son offre de produits Naturafarm et d’orienter ses actes dans une autre direction. Ainsi, le programme des porcs Naturafarm sera réduit de 30 %, tandis que celui pour la viande de veau Naturafarm sera stoppé net. Pour justifier son action, Coop invoque un recul marqué dans la demande des programmes de viande sous label. Quelques jours auparavant, Migros a annoncé qu’elle arrêterait de payer la prime SRPA pour les veaux de boucherie à partir de 2019. 

Pour l’Union suisse des paysans (USP), Suisseporcs et la Fédération suisse des engraisseurs de veaux (FSEV), ces plans sont incompréhensibles. Les programmes en question reposent sur des prescriptions en matière d’élevage inscrites dans la loi suisse sur la protection des animaux, impliquant pour les producteurs des dépenses supplémentaires. Si Coop met fin à son programme Naturafarm, les familles paysannes perdront la plus-value dont elles ont besoin pour amortir leurs investissements. Sans partenaire fiable, il sera difficile d’accroître encore le niveau du bien-être animal et, partant, de créer de la valeur sur le marché. 

Tous les sondages révèlent qu’un niveau élevé de bien-être animal est la première exigence des consommateurs envers l’agriculture suisse. Une récolte de signatures est d’ailleurs en cours pour lutter contre l’élevage intensif soi-disant pratiqué en Suisse. Au vu du chiffre d’affaires insatisfaisant réalisé par la vente de viande sous label, il reste à savoir si ces engagements ne constituent désormais plus que des promesses sans lendemain. Le bien-être animal n’est-il finalement réduit qu’à une simple question d’argent ?

Renseignements

Markus Ritter

Markus Ritter

Président de l'Union Suisse des Paysans
Conseiller national

Téléphone 079 300 56 93
EMail markus.ritter@parl.ch

Jacques Bourgeois

Jacques Bourgeois

Union Suisse des Paysans
Directeur
Conseiller national

Téléphone 079 219 32 33
E-Mail jacques.bourgeois@sbv-usp.ch

Martin Rufer

Martin Rufer

Directeur de l'Union Suisse des Paysans

Téléphone 078 803 45 54
E-Mail martin.rufer@sbv-usp.ch

Meinrad Pfister

Président de Suisseporcs et de la commission permanente Production animale de l’USP
tél. 079 916 00 41 

Samuel Graber

Président FSEV

Téléphone 079 859 54 39

Sur le même sujet

Statistique de la semaine
Semaine 18-2022

06.05.22 | En 2020, la quantité d’aliments disponible pour le bétail de rente suisse a diminué de 0,6 % par rapport à l’année précédente. Elle a baissé de 7,80 million de tonnes de matière sèche à 7,75 millions de tonnes. La diminution de l’effectif bovin en était la raison principale. Comme 2020 était une bonne année agricole, la part des aliments indigènes a augmenté de 84,2 % à 86,4 %. Plus d’informations au sujet du bilan alimentaire seront disponible à partir du 10 mai sous « AGRISTAT Actuel ».

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 17-2022

29.04.22 | En Suisse, les graisses et huiles végétales ont largement remplacé les graisses animales utilisées par le passé. En 2020, 78 % des huiles et graisses utilisées étaient d’origine végétale. Ainsi, les huiles végétales ont livré presque 15 % de l’énergie alimentaire consommée et occupaient la troisième place après les céréales et le lait. Cepen-dant, il faut tenir compte du fait qu’une partie des huiles n’est pas vraiment mangée comme il y a des pertes im-portantes avec les huiles de friture, les vinaigrettes etc. L’huile de colza livre un tiers des huiles végétales con-sommées en Suisse. L’huile de tournesol, d’olives et de palme suivent. Toutefois, une partie des huiles végétales consommées ne peut pas être attribuée de manière univoque. Surtout dans le commerce extérieur, les indica-tions ne sont souvent pas assez détaillées. Ainsi, les chiffres dans le graphique doivent être interprétés avec pru-dence. Il est possible que la composition des huiles aille changer en 2022 comme l’Ukraine est l’exportateur le plus important d’huile de tournesol et l’Indonésie, en tant que producteur le plus important d’huile de palme, vient de restreindre ses exportations d’huile de palme.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 16/2022

22.04.22 | Les prix des huiles végétales étaient élevés déjà avant la guerre en Ukraine. Cependant, l’évolution actuelle a nettement accru la pression sur les prix comme c’est le cas pour la plupart des matières premières agricoles. Jusqu’à l’heure actuelle, l’Ukraine a livré plus que la moitié de l’huile de tournesol vendu sur le marché mondial. Vu que les huiles végétales sont largement interchangeables, les prix de toutes les huiles végétales ont pris l’ascenseur. Entre mars 2020 et mars 2022, c’est-à-dire dans une période de deux ans, les prix sur le marché mondiale ont augmenté de 100 à 170 %. Bien sûr, ceci a des conséquences pour les prix à la consommation dans le commerce de détail, aussi en Suisse. De plus, il devrait être possible d’augmenter les prix à la production des oléagineux en Suisse afin de couvrir les frais de production en hausse.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 15/2022

14.04.22 | Au cours des dernières années, en Suisse, la performance laitière moyenne par vache n’a que peu augmenté et a atteint le chiffre de 7089 kg de lait par vache et par an. Face à une production laitière total presque inchangée, cette évolution amène une baisse continue de l’effectif des vaches laitières. Ce dernier a atteint le chiffre de 538'746 animaux en moyenne annuel en 2021.

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - mars 2022 (Kopie 1)

11.04.22 | Le temps sec s'est poursuivi en mars. En raison d’une météo généralement ensoleillée, il n'y a eu qu'un seul jour de précipitations généralisées, le 30 mars. Les 13, 14, 18 et 31 mars, quelques précipitations ont été enregistrées dans certaines régions. Le 29 mars, la somme des précipitations n'avait même pas atteint 10 % de la norme de cette saison. En Suisse centrale et orientale, le mois de mars a donc été l'un des moins pluvieux de ces 100 dernières années. La dernière fois qu'il y a fait aussi sec, c'était en mars 1976. Dans l'ouest et le sud de la Suisse, les mois de mars secs sont un peu plus fréquents. Dans ces régions, le dernier mois de mars aussi sec datait de 2003. Le temps sec a provoqué des incendies de forêt dans les cantons de Berne, du Valais et du Tessin. À deux reprises (du 15 au 18 mars ainsi que le 29 mars), du sable du Sahara est arrivé jusqu’en Suisse, bien visible dans le ciel et laissant également des traces au sol. La floraison du noisetier, du tussilage et de l'anémone des bois a commencé nettement plus tôt (entre 7 et 13 jours) que la moyenne de la période 1991-2020.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 14/2022

08.04.22 | L’azote, le phosphore et le potassium sont les éléments nutritifs les plus importants des cultures végétales. Ils sont utilisés en grandes quantités à l’échelle mondiale. En 2021 déjà, des prix favorables pour les céréales, le soja et d’autres grandes cultures ont renforcé la demande en engrais. De plus, les frais de transport ont augmenté suite à la crise du coronavirus. À partir de l’automne 2021, des prix d’énergie élevés ont fortement renchéri la production des engrais azotés comme l’urée ou le nitrate d’ammonium. La guerre en Ukraine intensifie les problèmes comme la Russie produit une partie des engrais azotés et des engrais à base de phosphore pendant que le Belarus exporte des engrais potassiques. Le risque existe que moins d’engrais sera utilisé dans de nombreux pays suite aux prix élevés ce qui pourrait diminuer les rendements en production végétale à l’échelle mondiale.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 13/2022

01.04.22 | La production de lait de consommation peut servir comme mesure de la crise du coronavirus : Quand les gens sont restés plutôt à la maison, alors ils ont acheté plus de lait de consommation et surtout plus de lait upérisé. La production était très élevée lors du début de la crise au mois de mars 2020. En automne 2020 et durant les mois suivants, la production a profité encore une fois. Depuis l’été 2021, la production de lait de consommation diminue et indique de cette manière la normalisation de la situation.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 12/2022

25.03.22 | La production de fromage gagne de plus en plus en importance pour le secteur laitier suisse. En 2021, 47,6 % du ait – donc presque la moitié – ont été transformés en fromage et séré pendant que ce pourcentage s’élevait à 42,0 % en 2011. Dans cette période, la quantité de lait transformé a légèrement diminué de de 3446 millions de kilogrammes en 2011 à 3381 millions de kilogrammes en 2021 (-1,9 %).

Lire la suite