Contenu principal

Que vaut encore le bien-être animal ?

Communiqué de presse de l’Union suisse des paysans, de Suisseporcs et de la Fédération suisse des engraisseurs de veaux du 11 décembre 2018 

Coop annonce qu’elle réduira de manière considérable, voire supprimera son programme Naturafarm à partir de 2019. Cette décision constitue non seulement une régression en matière de bien-être animal dans l’agriculture suisse, mais aussi un problème de grande envergure pour les familles paysannes qui ont investi en conséquence pour participer au programme. Cette mauvaise nouvelle intervient après celle de Migros, qui a annoncé qu’elle ne paierait plus de prime SRPA pour les veaux de boucherie à partir de 2019. Les producteurs demandent aux détaillants de revenir sur leurs décisions incompréhensibles et de négocier avec eux. 

 « Naturafarm : notre engagement en faveur des animaux. Les animaux des fermes Naturafarm peuvent se déplacer librement et aller à l’extérieur. Les stabulations sont organisées en aires, où ils peuvent manger, jouer, dormir », écrit Coop sur son site web. Le programme Naturafarm s’inscrit dans les engagements de Coop « Des paroles aux actes ». À présent, l’enseigne prévoit de tailler dans son offre de produits Naturafarm et d’orienter ses actes dans une autre direction. Ainsi, le programme des porcs Naturafarm sera réduit de 30 %, tandis que celui pour la viande de veau Naturafarm sera stoppé net. Pour justifier son action, Coop invoque un recul marqué dans la demande des programmes de viande sous label. Quelques jours auparavant, Migros a annoncé qu’elle arrêterait de payer la prime SRPA pour les veaux de boucherie à partir de 2019. 

Pour l’Union suisse des paysans (USP), Suisseporcs et la Fédération suisse des engraisseurs de veaux (FSEV), ces plans sont incompréhensibles. Les programmes en question reposent sur des prescriptions en matière d’élevage inscrites dans la loi suisse sur la protection des animaux, impliquant pour les producteurs des dépenses supplémentaires. Si Coop met fin à son programme Naturafarm, les familles paysannes perdront la plus-value dont elles ont besoin pour amortir leurs investissements. Sans partenaire fiable, il sera difficile d’accroître encore le niveau du bien-être animal et, partant, de créer de la valeur sur le marché. 

Tous les sondages révèlent qu’un niveau élevé de bien-être animal est la première exigence des consommateurs envers l’agriculture suisse. Une récolte de signatures est d’ailleurs en cours pour lutter contre l’élevage intensif soi-disant pratiqué en Suisse. Au vu du chiffre d’affaires insatisfaisant réalisé par la vente de viande sous label, il reste à savoir si ces engagements ne constituent désormais plus que des promesses sans lendemain. Le bien-être animal n’est-il finalement réduit qu’à une simple question d’argent ?

Renseignements

Markus Ritter

Markus Ritter

Président de l'Union Suisse des Paysans
Conseiller national

Téléphone 079 300 56 93
EMail markus.ritter@parl.ch

Jacques Bourgeois

Jacques Bourgeois

Union Suisse des Paysans
Directeur
Conseiller national

Téléphone 079 219 32 33
E-Mail jacques.bourgeois@sbv-usp.ch

Martin Rufer

Martin Rufer

Directeur de l'Union Suisse des Paysans

Téléphone 078 803 45 54
E-Mail martin.rufer@sbv-usp.ch

Meinrad Pfister

Président de Suisseporcs et de la commission permanente Production animale de l’USP
tél. 079 916 00 41 

Samuel Graber

Président FSEV

Téléphone 079 859 54 39

Sur le même sujet

Statistique de la semaine
Semaine 35/2021

03.09.21 | Les informations disponibles concernant la récolte de blé signalent des rendements qui sont meilleurs que l’on craignait à cause des intempéries. On peut présumer qu’il n’y aura pas de mauvaise récolte comme en 2003 (trop sec) ou 2016 (trop humide). Selon une première estimation, la surface de blé a augmenté de 4,4 % par rapport à l’année précédente. Par conséquent, la récolte totale pourrait même atteindre le niveau de l’année précédente à peu près. Une partie du blé est cultivé depuis le début comme blé fourrager. A cela s’ajoute le blé cultivé pour l’alimentation, mais germé. Il s’agit de grains qui commencent à germer déjà avant la récolte, surtout à cause de conditions humides. Le blé germé ne peut être utilisé que pour l’affouragement. Son prix est nettement plus bas que celui du blé panifiable. Une quantité importante de blé germé a été récoltée en 2007, une année très pluvieuse. Dans l’année en cours, avec des précipitations nombreuses, la quantité de blé germé est également plus élevée. Un bon nombre d’agriculteurs doivent donc s’attendre à des pertes financières à cause de blé germé.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 34/2021

27.08.21 | En Suisse, les cerfs, daims, camélides du nouveau monde et les bisons forment la catégorie des « autres animaux consommant des fourrages grossiers ». L’effectif de ces herbivores a augmenté ces années passées. Par contre, il n’atteint pas l’importance des herbivores traditionnels, donc des bovins, des équidés, des moutons ou des chèvres. En 2020, l’effectif a plutôt stagné. Mesurée en unité de gros bétail, la part des autres herbivores à l’effectif suisse des animaux de rente s’élève à 0,2 % seulement. Comme ils passent leurs journées surtout au pâturage, on s’en aperçoit quand même facilement. Les camélidés du nouveau monde peuvent servir à la protection des troupeaux. Eventuellement, ceci entraînera une augmentation de l’effectif ces prochaines années.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 33/2021

20.08.21 | Par rapport à la valeur, la plupart des importations de biens agricoles (chapitres douaniers 1-24) proviennent de l’UE. Nos pays voisins, l’Allemagne, la France et l’Italie sont les pays d’origine les plus importants. La position tarifaire la plus importante en vue des importations allemandes est la position « aliments pour chiens ou chats, conditionnés pour la vente au détail » avec une valeur de 33,4 millions CHF à l’importation. Quant à la France et à l’Italie, c’est la position « vins rouges naturels en récipients d'une contenance <= 2 litres » avec une valeur de 122,5 et 97,0 millions de CHF à l’importation. Vous trouverez beaucoup d’autres informations concernant le commerce extérieur agricole dans l’édition actuelle du chapitre « commerce extérieur » de la publication « Statistiques et évaluations concernant l’agriculture et l’alimentation ».

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 32/2021

13.08.21 | Malgré un léger recul de la production dans les années 2018 et 2019, la viande de porc reste toujours la viande indigène la plus importante avec une production brute de 223 986 tonnes en 2020. La production de viande de bœuf (118 190 tonnes en 2020) défend bien sa place en dépit de la diminution de l’effectif bovin. La production de viande de bœuf profite de la diminution de la production de viande de veau (25 496 tonnes en 2020). La production de viande de volaille augmente depuis plusieurs années et s’approche avec 105 513 tonnes en 2020 du niveau de la production de viande de bœuf. La production de viande de mouton (4315 tonnes) a diminué de 8 % en 2020. Tous les autres types de viande (gibier, lapins, chèvres, chevaux) sont nettement moins importants.

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - juillet 2021

10.08.21 | Juillet 2021 se classe parmi les cinq mois les plus pluvieux depuis le début des mesures. En fait, les sols étaient déjà largement saturés d’eau à la fin du mois de juin. Les grandes quantités de précipitations sont tombées principalement pendant la première moitié du mois, à partir du 5 juillet. Elles ont provoqué des inondations, des glissements de terrain et des laves torrentielles. Les crues ont aussi mené à la suspension temporaire de la navigation sur le Rhin. Plusieurs orages accompagnés de grêle ont causé des dégâts importants les 7 et 8 juillet ainsi que les 12 et 13 juillet. Par endroits, les cultures agricoles telles que les légumes et les vignes ont subi des pertes totales. Une phase de temps un peu plus ensoleillé a suivi du 17 au 23 juillet, avant qu’une situation dépressionnaire ne s’installe à nouveau. La grêle s’est encore abattue sur le pays le 24 et le 28 juillet, avec des grêlons atteignant une taille qui n’est attendue que tous les 20 à 50 ans. Au total, huit jours de grêle ont été enregistrés dans toute la Suisse en juillet. En juin déjà, les dommages causés par la grêle étaient déjà bien supérieurs à la moyenne, avec 6927 sinistres déclarés (tableau 1.5). En juillet, la température moyenne était de 0,3 degré inférieure à la norme 1981-2010, tandis que la température sur le versant sud des Alpes était dans la norme.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 29/2021

23.07.21 | Depuis 2012, la production de viande de veau a diminué de près d’un quart. Comme l’effectif de vaches baisse continuellement, il y a toujours moins de veaux à disposition. En plus, les veaux sont utilisés plus fréquemment pour l’engraissement au pâturage ou pour l’engraissement de gros bétail. En 2020, les engraisseurs de veaux ont beaucoup souffert pendant le confinement à cause de la fermeture des restaurants, vu que les restaurants sont des acheteurs importants de viande de veau.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 28/2021

16.07.21 | L’année 2011 était très favorable pour l’agriculture suisse : une année très sèche avec une répartition uniforme des précipitations a permis des rendements exceptionnels dans de nombreuses cultures, aussi bien par rapport à la quantité que par rapport à la qualité. L’année 2016 représente le contraire : des précipitations abondantes versaient surtout pendant la période de végétation. Ceci a amené des mauvaises récoltes dans la production végétale. L’année 2012 a connu autant de précipitations comme 2016, par contre, la distribution des précipitations était nettement plus favorable pour l’agriculture. En ce qui concerne les précipitations, l’année 2021 était plutôt discrète jusqu’à la fin de la deuxième décade du mois de juin. Cependant, avec les fortes pluies de ces derniers jours, le niveau de l’année 2016 a été atteint. Les perspectives sont aussi désagréables. En plus, les dégâts de grêle et élémentaires sont déjà plus grands qu’en 2016.

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - juin 2021

12.07.21 | Les journées caniculaires enregistrées notamment vers le milieu de juin 2021 ont en fait le quatrième mois de juin le plus chaud depuis le début des mesures en 1864. Le tonnerre a grondé surtout dans le premier et le dernier tiers du mois. De violents orages accompagnés de fortes pluies, de grêle et de vents tempétueux ont balayé la Suisse à partir du 18 juin. À certains endroits, de grandes quantités de pluie se sont abattues en un court laps de temps, entraînant des inondations dans plusieurs régions du versant nord des Alpes. La grêle avait déjà causé de nombreux dégâts en mai (tableau 1.5). Agristat ne dispose pas encore de données exactes pour le mois de juin. Cependant, le nombre de jours de grêle s’est montré très élevé. Une averse de grêle d’une ampleur exceptionnelle est survenue en particulier le 28 juin, avec des grêlons atteignant jusqu’à 7 cm de diamètre. De nombreux dommages sont donc à supposer. Après un mois de mai froid et humide, les paysans ont récolté beaucoup de foin en juin. La fenaison a donc commencé assez tard cette année, plus exactement avec six jours de retard par rapport à la date moyenne de la période de référence 1981-2010.

Lire la suite