Contenu principal

Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - décembre 2017

Données de base

Décembre 2017 a été marqué par un temps mitigé et ponctué d’averses et de chutes de neige en abondance. La température moyenne est descendue de 0,7 degré au-dessous des normales saisonnières relevées entre 1981 et 2010.
Les 3 et 4 janvier, les vents intenses et les fortes précipitations de la tempête Burglind ont balayé la Suisse. Des dégâts sont survenus surtout aux bâtiments et en forêt. Cependant, cette tempête a été bien moins violente que celles de Vivian (27.02.1990) et de Lothar (26.12.1999).

Production végétale

Fin novembre 2017, les stocks de pommes de terre étaient de loin mieux remplis que lors des deux années précédentes. Il faut remonter jusqu’en 2014 pour trouver des valeurs similaires. Dans la statistique des douanes, le trafic de perfectionnement s’est même exceptionnellement traduit par un excédent commercial (tableau 2.1). La récolte de betteraves sucrières s’est terminée fin 2017 sur des rendements moyens. Le résultat était bien meilleur que celui des deux années précédentes. Tandis que des rendements élevés ont permis de compenser les teneurs en sucre moyennes à la sucrerie de Frauenfeld, la sucrerie d’Aarberg a dû composer avec de faibles rendements et des teneurs en sucre élevées (tableau 2.2). Le 15 décembre 2017, les stocks de légumes de garde étaient supérieurs de plus de 20 % à ceux des deux années précédentes. En raison des conditions météorologiques favorables de l’automne 2017, la production de légumes en novembre a augmenté de 31 % en glissement annuel. À la fin du mois, cette production dépassait de 7,6 % celle de l’année précédente en cumulé (tableau 2.4). À la même période, les réserves de pommes et de poires n’affichaient respectivement que quelque 65 % et 25 % des volumes de l’année précédente (tableau 2.7), surtout à cause des gels tardifs survenus fin avril.

Économie laitière

Le volume de lait poursuit sa croissance constante. Pour novembre 2017, les livraisons ont été estimées supérieures de 3,1 % à celles de l’année précédente (tableau 3.1). En octobre 2017, la production des principaux produits laitiers a progressé en volume par rapport à octobre 2016 (tableau 3.2). Par exemple, le fromage a vu sa production augmenter de 6,8 %. En cumulé, la production totale est restée en dessous de celle de 2016, bien que la production de fromage (+4,0 %), de yogourt (+4,3 %) et de crème de consommation (+1,1 %) ait alors été déjà supérieure à celle de 2016. En octobre 2017, la teneur en graisse du lait (4,06 %) est repassée en dessous du niveau de l’année précédente (4,08 %) (tableau 3.3.). Fin octobre, il ne restait plus que 921 tonnes de beurre en stock. Il faut remonter à décembre 2013 pour trouver une valeur encore plus faible (783 tonnes) (tableau 3.6).

Économie animale

Fin novembre 2017, le cheptel bovin comptait presque le même nombre de têtes que fin 2016 (tableau 4.2). L’effectif de vaches laitières s’est réduit de 0,9 %, ce qui a une fois de plus précipité la diminution. Fin novembre, les effectifs de génisses âgées d’une année à deux ans étaient plus importants que lors des deux années précédentes (tableau 4.1). En novembre 2017, le poids mort de gros et de petit bétail était de manière générale supérieur à celui des trois années précédentes, à l’exception de celui des chèvres. Un nouveau record a été établi pour le poids mort des porcs, qui était de 91,6 kg par tête en novembre (tableau 4.4). Les abattages de vaches et de veaux ont diminué respectivement de 7,7 % et de 4,8 % (tableau 4.5), atteignant ainsi des volumes bien moins importants qu’en 2016. En revanche, les abattages de moutons et de chèvres ont augmenté respectivement de 8,5 % et de 10,1 %. Par ailleurs, la production de viande de bœuf a une fois de plus connu une légère régression, laquelle a été un brin plus marquée pour la production de viande de veau (tableau 4.8), tandis que les importations de viande de bœuf et de veau ont augmenté un peu. En novembre 2017, au vu des poids morts considérables, la production de viande de porc était supérieure d’environ 1 % à celle de l’année précédente, aussi bien en glissement annuel qu’en cumulé. De plus, la production de viande de mouton était supérieure de 10,7 % à celle de novembre 2016. En cumulé, elle s’élevait à la fin du mois environ au même niveau que l’année précédente. La production d’œufs a continué de croître en novembre, gagnant en cumulé 1,8 % par rapport à l’année précédente (tableau 4.9). L’importation d’œufs pour l’alimentation humaine a d’ailleurs elle aussi légèrement augmenté (+0,3 %). En novembre 2017, la production de viande de volaille a crû de 2,5 % en glissement annuel, soit 1,3 % en cumulé (tableau 4.11).

Commerce extérieur

La dégringolade du volume de légumes frais importés en novembre ainsi qu’en cumulé jusqu’à fin novembre s’est poursuivie (tableau 5.2). Exprimées en équivalents lait entier, les importations de produits laitiers étaient inférieures de 0,9 % en novembre 2017 par rapport à novembre 2016. En cumulé cependant, l’augmentation était toujours de 0,3 % (tableau 5.5). Les exportations ont quant à elles diminué de 8,1 % en novembre et de 8,9 % en cumulé. Malgré un recul de 1,9 % en novembre, les exportations de fromage en cumulé jusqu’à fin novembre 2017 ont augmenté de 2,3 % par rapport à l’année précédente (tableau 5.6). À l’exportation, Switzerland Swiss, les autres fromages frais et l’Emmental AOP ont accusé les plus lourdes pertes (tableau 5.7). L’augmentation la plus importante des importations du mois de novembre a atteint 5,9 % et concernait les fromages frais (tableau 5.8). En terme de valeur, aussi bien les importations que les exportations de produits agricoles ont augmenté (tableaux 5.9 et 5.10) : même en cumulé, cette augmentation a été de 4,6 % pour les importations et de 4,1 % pour les exportations. En novembre 2017, les importations de produits phytosanitaires ont amorcé une tendance nettement haussière, et ce aussi bien en terme de volume que de valeur (tableau 5.15).

Prix

Depuis le début du second semestre de 2017, les vaches mises aux enchères ont trouvé preneur à des prix légèrement plus élevés qu’au cours des trois dernières années (tableau 6.1). La baisse des prix du bétail d’étal (catégories MT, RG et OB) et des animaux de transformation (catégories RV et VK) s’est poursuivie en décembre. Dans les faits, les prix du bétail d’étal au mois de novembre étaient déjà inférieurs à ceux des deux années précédentes, alors que ceux des animaux de transformation sont parvenus à conserver le net écart qui les séparait des prix en cours lors des deux années précédentes. En décembre, les prix des veaux de boucherie se sont légèrement contractés, sans pour autant descendre en dessous de ceux de l’année précédente (tableau 6.4). La vitesse du repli des prix des veaux à l’engrais s’est réduite de manière significative en décembre (tableau 6.5). Depuis septembre 2017, les prix des porcs de boucherie sont restés stables (tableau 6.6). En décembre, les prix des gorets ont accusé une forte hausse saisonnière jusqu’à atteindre leur niveau de 2016 (tableau 6.6). En décembre, les prix des agneaux et des moutons ont reculé. Le prix des agneaux de boucherie s’élevait alors à 11.29 CHF/kg, soit en dessous de celui des deux années précédentes. En novembre, l’indice des prix à la production était supérieur de 1,2 % à celui de l’année précédente (tableaux 6.12 et 6.13). Les prix de la production végétale, à l’exception des prix des fruits, et des moutons de boucherie ont évolué à la baisse. Pour ce qui est du reste de la production animale, les prix des bovins de boucherie et des produits avicoles ont augmenté, de même que ceux des produits laitiers (tableau 6.11). Les prix d’achats des moyens de production agricole étaient de 0,8 % supérieurs à ceux de l’année précédente (tableaux 6.17 et 6.17). Ce sont surtout les prix de l’énergie et des engrais qui ont augmenté et, dans une moindre mesure, les prix des biens d’investissement et de leur entretien.

Le Rapport sur la situation de l'agriculture suisse est un extrait de la publication « Agristat - cahier statistique mensuel »